D&D en prison… quel genre d’évasion ?

Pour les prisonniers, les jeux de rôle sur table peuvent être un loisir important.

  • « Par dessus tout, sans erreur, tous les liens de gangs, les appartenances religieuses ou les affiliations raciales sont dépassées par les liens du jeu. (…) Dungeons and Dragons est ma réhabilitation avec laquelle je m’échappe dans ma propre réalité pour résoudre mes propres problèmes. » (1)
  • [justifications d’un prisonnier pour avoir planté un stylo dans la jambe d’un autre prisonnier qui venait interrompre sa partie: ] « Dans la prison, on a 3h par jour d’accès aux tables communes et où on n’est pas enfermé. Alors on a très peu de temps pour jouer et temps doit être partagé avec les appels téléphoniques, les douches, etc.» (1)
  • Les prisonniers peuvent être très ingénieux pour construire leurs propres dés (normalement interdits) (2)

Pour le système pénitentiaire américain, les activités de jeux de rôle peuvent :

  • Amener à des comportements de gang, « les joueurs regardant le Maître de Jeu, au lieu de la hiérarchie d’autorité précautionneusement construite de la prison. » (3)
  • « Bloquer la réhabilitation (…) développer une obsession d’évasion de la vraie vie et du milieu correctionnel. » (3)
  • Promouvoir « la compétition hostile, la violence et les comportements d’évasion systématiques, ce qui compromet sa réhabilitation et sa reprogrammation positive. » (3)
  • Être banni de la prison car « la punition est un aspect fondamental de l’emprisonnement, et les prisons peuvent choisir de punir les prisonniers en les empêchant de participer à leurs passes-temps favoris. » (3)

Si l’évasion est une stratégie d’échapatoire, dans ce cas « la distraction des souffrances causées par le prisonnier», l’ennui en prison,… Frode Stenseng (4) a trouvé que cela pouvait amener à des résultats négatifs. Il a appelé cette stratégie d’évasion auto-suppressive (self suppression escapism). [NB: d’autres ont dit que ce type d’évasion pouvaient avoir des effets positifs, surtout en prison où l’ennui peut mener à des psychopathologies (5)]

Si l’évasion est un cadre pour développer de nouvelles compétences ou fortifier sa personnalité, dans ce cas développer des comportements coopératifs, communiquer, pratiquer des calculs de math simples, exercer son imagination active, jouer le rôle d’un personnage qui expérimente une croissance personnelle,… cela peut amener à des résultats positifs. Stenseng a appelé cette stratégie d’évasion auto-expansive (self-expansion escapism).

(1) Dragons in the Department of Corrections
(2) Comment jouer à « Donjons et Dragons » en prison
(3) source: US Court of Appeals, 7th Circuit; avec Google Scholar, chercher Case Law with « Singer v Raemisch ». Contexte: en 2010, la cour a affirmé un jugement permettant le bannissement de D&D en prison.
(4) U Oslo, Psychologie.
(5) How to survive solitary confinement.  
Other sources used : When Dragons Plays Dungeons + Zotero database > History of RPG > RPG bashing and defense > prison.

Colloque Jeu de Rôle 2017: Engagements et Résistances

https://www.facebook.com/ColloqueJeudeRole

Programme

Vendredi 16 juin – La Chaufferie, Université Paris 13

Enregistrements 1Enregistrements 2

09h30-10h00 : Accueil et ouverture

10h00-10h30: Sanne Stijve « Adapter le jeu de rôle à l’enfant »

10h30-11h00: Christophe Chelabi « Formes et enjeux pédagogiques dans le jeu de rôle : (se) former, transmettre et apprendre pour co-construire le « savoir jouer »

11h00-11h20 : Pause

11h20-11h50 : Julien Blondel « Résistance en jeu de rôles : de la désobéissance à la révolution, moteurs de scénarios et limites de l’engagement des joueurs »

11h50-12h20 : Vivien Feasson « Jeu de rôle, jeu de récit »

12h20-14h00 : Repas

14h00-14h30 : Coralie David « Les systèmes de jeu de rôle : engager la créativité narrative et diégétique des joueuses »

14h30-15h00 : Fabien Fernandez « Le jeu de rôle engagé : message ou jeu en priorité ? »

15h00-15h20 : Pause

15h20-15h50 : Benjamin Bérut « Le JdR est-il soluble dans le transmédia ? »

15h50-16h20 : Noémie Roques « Engagements ludiques multi-fenêtrés : le jeu de rôle sur table médié »

16h20-16h40 : Pause

16h40-17h10 : Jérôme Larré « Les ateliers, des outils pour favoriser l’engagement. Panorama et enseignements pour la pratique du jeu de rôle sur table »

17h10-17h40 : Christophe Dang Ngoc Chan « Les livres-jeux, un engagement à créativité limitée ? »

17h40-19h00 : Table ronde : « Autres formes de résistances et d’engagements » avec la participation de Coralie David (Lapin Marteau), Renaud Guezennec (Rolisteam), Mélisande de Lassence (Opale Rôliste), Audrée Mullener (Orc’Idée), David Robert (FFJdR), Sanne Stijve (Di6dent), etc.

Samedi 17 juin – La Chaufferie, Université Paris 13

9h30-10h00 : Ugo Roux « Jeu de rôle sur table : proposition d’une modélisation des phases de création du personnage de fiction ludique »

10h00-10h30 : Julien Pouard « L’appropriation d’un personnage par un joueur de jeu de rôle »

10h30-10h50 : Pause

10h50-11h20 : Olivier Caïra « En défense des rôlistes somnolents »

11h20-11h50 : Thomas Munier « S’engager corps et âme dans le jeu de rôle »

11h50-13h30 : Repas

13h30-14h00 : Quentin Le Pluard « Origine, place et fin de la règle dans le jeu de rôle. Du « rôliste » au juriste et vice versa »

14h00-14h30 : Valentin Thouzeau « Quels engagements théoriques et pratiques pour quels discours sur le jeu de rôle ? »

14h30-14h50 : Pause

14h50-15h20 : Isabelle Périer « Pour une poétique des valeurs en JdR »

15h20-15h50 : Arnaud Cuidet « Un engagement dont VOUS êtes le héros »

15h50-16h10 : Pause

16h10-16h40 : Jonathan Bocquet « Logiques biographiques de l’aventurier et décentrement éthique »

16h40-17h10 : Le Grümph « De l’aventure politique à la politique en aventure : le cas des journalistes de Panopticom dans un univers Cyberpunk »

17h10-19h : Table ronde « Paroles d’auteurs sur les formes de résistances et d’engagements dans le JdR » avec la participation de Arnaud Cuidet, Vivien Féasson, Fabien Fernandez, Le Grümph, Jérôme Larré, Thomas Munier, Isabelle Périer, David Robert, Olivier Servais, Vincent Berry, etc.

Dimanche 18 juin – EPITA/EPITECH

Parties de JdR à l’EPITA/EPITECH 24 rue Pasteur, Kremlin-Bicêtre, organisées par ANTRE et Opale Rôliste.

Donjons & Dragons à la CIA [buzz médiatique + contexte historique]

Quatre agents de la CIA ont participé au festival SXSW à Austin, Texas en mars 2017. Ils ont présenté quelques jeux de rôles/ de plateau pour former les agents de la CIA.

Parmi les bénéfices de ces jeux :

  • Coût de développement faible
  • Rapidité et facilité de conception, de modification et d’adaptation
  • Stimule la collaboration et la coopération en équipe
  • Apprend la gestion de ressources, de budgets et du temps
  • Aide à analyser, modéliser, synthétiser et prévoir les environnements complexes et les problèmes d’un monde réel en changement rapide
  • Force les joueurs à gérer plusieurs scénarios simultanément
  • Développe le sens critique sur le modèle du jeu et ses biais

« Les gens jouent à un jeu, ensemble ils explorent le modèle mental que le concepteur du jeu a conçu. […] Ils apprennent, très vite, parce qu’ils sont immergés et ils agissent dedans le jeu. Ils lancent des actions, réagissent, voient ce qu’il se passe. Les histoires vous imprègnent et les joueurs vont se souvenir de ce qu’ils ont vécu car c’est devenu personnel […] Le plus grand pouvoir des jeux de simulation c’est que les joueurs doivent faire fonctionner le jeu eux-mêmes et en connaître les règles. » (David Clopper, CIA Senior Collection Analyst, programme de conception de jeu depuis 2008, joueur de Donjons & Dragons).

Sources: Ars Technica, SXSW & LaPresse

*

Précédents notoires d’utilisation de jeux pour le renseignement et la guerre:

  • Chine: Wei-hai (-500) et Weiqi (-400) comme jeux d’encerclement et de conquête de territoires pour la caste des lettrés.
  • Allemagne: différents Kriegspiels (de 1797 à 1876) sont des jeux de simulation de bataille pour entraîner les officiers de l’armée. Pendant la Première guerre mondiale, le haut commandement allemand playteste les offensives finales du printemps 1918.
  • Angleterre: le Ministère de la guerre conçoit des Règles pour simuler la guerre sur une carte en 1896 (HG Wells publie le jeu de guerre commercial Little Wars en 1913)
  • États-Unis: la RAND Corporation conçoit le Jeu de la guerre froide (1955-1956): quatre parties de jeu de rôles politiques massivement multijoueur. Le jeu de guerre Tactics a été publié une avant auparavant et a lancé l’âge d’or du jeu de guerre aux États-Unis.

Sources: cf. Zotero TRPG-JDR > History of RPG > Cold War-Wargames