Hommage (universitaire) à Greg Stafford

Alors que je travaille sur les pratiques de citation dans les jeux de rôle, j’ai récemment été touché par le fait que Runequest (1ère et 2ème éditions) ont été parmi les premiers produits publiés qui ont cité et crédité clairement des auteurs de jeu de rôle pour leurs innovations. Dave Arneson, puis Gary Gygax (dans cet ordre), puis Ken St-Andre sont cités en dédicace sur la première ligne de la première page du livre de règles.

 DEDICATED to Dave Arneson, and Gary Gygax, who first open Pandora's box, and to Ken St. Andre, who found it could be opened more.
Runequest 1ère édition, page 1

Dans la première édition, la dédicace est suivie d’une liste de playstesteurs et de personnes d’inspiration. A la page 116, il y a une demi page de réferences bibliographiques.

Dans la seconde édition, les critiques, les remerciements spéciaux et les contributeurs de Alarums & Excursion, de The Wild Hunt et de The Lords of Chaos sont ajoutés aux playtesteurs. A la page 111, il y a une page complète et dense de réferences bibliographiques, citant non seulement des réferences littéraires (Tolkien, Leiber, Howard,…) mais aussi 27 jeux de rôle!

L’éditeur et le concepteur du monde était Greg Stafford. J’ai besoin de rassembler plus de faits pour bien comparer, mais je considère que c’est vraiment quelque chose pour 1978.

1er octobre : API Dave Arneson Game Day

Le 1er octobre est devenu le « Jour du jeu honorant Dave Arneson », le co-auteur méconnu du premier jeu de rôle sur table. C’est l’occasion de tester les API de Zotero, ie. une manière d’interroger une base de données de références bibliographiques à partir de requêtes.

Voici une première recensant toutes les références contenant le mot-clé _arneson (446523= identifiant de la base de données; format=bib renvoie une liste bibliographique) :

https://api.zotero.org/groups/446523/items?tag=_arneson&format=bib

Pour lister rechercher dans les champs Creator et Title, on utilise une requête q= en séparant les mots par le caractère + à la place des espaces :

https://api.zotero.org/groups/446523/items?q=dave+arneson&format=bib

Pour ajouter des critères, on ajoute & avec une autre requête. Par exemple: toutes les références avec le mot-clé _fr ou sans (avec un tiret -) le mot clé _fr :

https://api.zotero.org/groups/446523/items?tag=_arneson&format=bib&tag=_fr
https://api.zotero.org/groups/446523/items?tag=_arneson&format=bib&tag=-_fr

Pour grouper des critères (OR), on utilise la double barre || précédée et suivie d’un espace comme ceci (pour certains navigateurs, remplacer ces espaces par %20) :

https://api.zotero.org/groups/446523/items?tag=_arneson || _gygax&format=bib

Pour en savoir plus: la page Zotero des syntaxes de recherche API. Le nombre maximal de références affichées est 150. Pour consulter la base de données au complet sur le site de Zotero, cliquer ici.

Projets jeuderôlogiques de l’année 2018-2019

  • Conception de ThesaurusRex, une liste contrôlée hiérarchique de mots clés sur le jeu de rôle sur table: recherche académique, game design et les techniques : en cours (80%).
  • Rédaction d’articles académiques :
    • sur l’hospitalité et les jeux de rôles : étude de la littérature sur le sujet (20%)
    • sur les pratiques de citation dans les jeux de rôle : analyse du corpus (20%)
    • sur les pratiques de téléchargements de PDF de jeux de rôle : embryonnaire [création du questionnaire, méthodologie, questions légales et éthiques] (10%)
  • Lancement du projet Donjons & Données probantes 2018
    • Journée d’étude du 2 novembre : prise en charge par Sébastien Savard
    • Atelier de contribution à Wikipédia du 24 octobre pour la page Le jeu de rôle au Québec : en cours (50%)
    • Montage d’une exposition sur les jeux de rôle à la Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal, du 13 au 28 octobre : en cours (80%).
      • Sélection des objets : 90%
      • Sélection des documents académiques : 100%
      • Création des cartels d’explication : 0%
      • Affiche de l’exposition : 20%
      • Création d’un poster sur les innovations de game design de jeu de rôle depuis 1974 : en cours (+/-80%)
  • Restructuration de la base bibliographique sur Zotero :
    • Attribution du tag TRPG pour les documents purement Tabletop RPG : fini 100%
    • Attribution du tag Peer-reviewed et Evidence Based pour les documents révisés par comité de lecture et/ou basés sur des données probantes (ie. pas de théorie pure) : embryonnaire 3%
    • Transfert des documents annexes aux jeux de rôle (larps, wargames,…) dans une autre base de données (side-B): 90%
  • Présentation d’une conférence sur l’utilisation pédagogique d’une feuille de personnage pour les apprenants: fait (100%).
    • Une autre conférence sur le même sujet à venir (70%).
    • Un billet à publier sur le sujet en janvier 2019 sur TribuneCI (10%).

Sondage du Thiase sur les rôlistes 2018

LogoLes pays ont leurs recensements, la Jeuderôlie a la chance d’avoir les sondages du Thiase.

Pour les aider à avoir une image des pratiquants des jeux de rôle sur table, merci de participer en investissant environ 5 minutes de votre temps ici : http://www.le-thiase.fr/qui-sont-les-rolistes/sondage-2018-sur-les-rolistes.

Les sondages de 2010 et 2014 sont en accès libre sur leur site web.

ThesaurusRex : un thésaurus documentaire pour les jeux de rôle

À l’invitation de Sébastien Delfino le ludographe, j’ai commencé à concevoir un thésaurus documentaire pour indexer et retrouver des références sur :

  • la recherche sur les jeux de rôle;
  • le game design de jdr;
  • et les techniques des jdr.

Consulter et commenter le ThesaurusRex ici

Un thésaurus est une liste contrôlée (limitée, vérifiée) de mots clés (descripteurs, tags, keywords) servant à indexer des documents. Deux règles principales :

    1. Il y a un seul mot clé par concept ou idée. Ce mot clé rassemble tous les synonymes. Ça permet à l’usager d’avoir un seul à utiliser pour rassembler tous les documents sur un sujet.
      Exemple : game master = utilisé pour GM, dungeon master, DM, maître de jeu, MJ, gardien des arcanes, referee, etc.
    2. Les mots clés sont souvent organisés hiérarchiquement : il y en a des plus spécifiques et des plus généraux. Ça permet à l’usager de naviguer dans sa recherche, en allant chercher des notions plus larges ou plus précises.
      Exemple : mechanics > task resolution > action > extended action. Si l’usager commence une recherche avec pacing + action, mais ensuite l’usager veut aller plus loin, le thésaurus lui indique quels termes combiner avec pacing.

      Merci Faerandel !

Quelques conseils d’usage :

  • Pour commencer, n’utiliser que le terme le plus général d’un concept.
  • N’utiliser que le terme adapté, pas tous les termes de la hiérarchie s’il y en a une.
  • La question souveraine est : « En utilisant ce mot clé, est-ce que l’usager sera satisfait de repérer cette référence-ci ? ».
    • Corollaire : Ne pas décrire tout le contenu en utilisant plein de mots clés de tout ce qui est abordé. Seulement, les mots clés qui décrivent le cœur du sujet du document.
  • Un thésaurus n’est pas une classification.
    • Corollaire : pas la peine de lister tous les sous-thèmes.
    • Corollaire : parfois la hiérarchie suit plutôt les intérêts de recherche de document plutôt qu’une sémantique exacte. Exemple: j’ai placé suspension of disbelief sous immersion parce que je pense que les usagers seront intéressés à explorer ces concepts proches. Pourtant, il aurait dû être placé sous fiction car c’est un concept plutôt utilisé dans ce domaine.

Je l’utilise désormais pour indexer la base de données de références bibliographiques sur le jeu de rôle ZOtRPG. À l’invitation de Sébastien, je vais inclure désormais des références de game design et de techniques d’animation de table. Pour ne pas trop encombrer le tout, je commence aussi à migrer plein de références de littérature, de jeux vidéo, de ludologie en général dans une autre base de données : ZOtRPG_B-side.

C’est jeudi, c’est bibliométrie : jeu de rôle dans PubMed

J’ai lu dans l’excellent ouvrage de référence en recherche sur les jeux de rôles Role-Playing Game Studies :

« By 1960, the concept [of role-play] had been introduced in settings ranging from schools (Gillies 1948) to industry (Bavelas 1947) to prisons (Lassner 1950). Many papers would follow. Having been wholly absent from psychology journals before 1948, « role-playing » appeared as a keyword in three Pubmed citations in 1960, rising to a hundred papers per year in 1975 and even more thereafter. » (Bowman & Lieberoth 2018, p. 245)

PubMed est une base de données en libre accès sur la santé. En cherchant avec le mot clé "role-play*" cela donne ce résultat. Il est possible de l’exporter au format CSV et de le travailler dans Excel pour produire ceci :

Le terme "Role Playing" a été inclus dans la liste des MESH (Medical Subject Headings, le thésaurus de tous les termes contrôlés de la National Library of Medicine) en 1991. Avant, de 1975 à 1990, c’était une redirection du terme "psychodrama" dont il s’est ensuite émancipé.
____________
Bowman, Sarah Lynne, et Andreas Lieberoth. 2018. « Psychology and Role-Playing Games ». Dans Role-Playing Game Studies: Transmedia Foundations, édité par Sebastian Deterding et José P. Zagal, 245‑64. London: Routledge.

La question en jeu de rôle : questionnement socratique et théâtre d’improvisation

La question traditionnelle du maître de jeu à ses joueurs est « Que faites-vous ? » Cependant, depuis quelques années avec la vogue des jeux inspirés par Apocalypse World, le maître de jeu pose de plus en plus de questions d’auteur en jeu à ses joueurs. Par exemple, « Dis-moi là maintenant pourquoi tu es l’ennemi de cette personne ? », « Décris-moi cette ville que tu as visité auparavant. » etc.

Ce type d’échange se base sur le théâtre d’improvisation où chacun construit avec bienveillance sur les propositions passées avec le moins de blocage ou de négation possible. Il se base aussi sur une technique pédagogique bien connue des juristes (qui en mange beaucoup dans leurs formations): le questionnement socratique. Il s’agit de poser une série de questions:

  • orientées (concentrées sur le sujet en cours de discussion)
  • stimulantes (pertinentes ou surprenantes ou défiantes, leurs réponses ont un impact)
  • synthétiques (reprendre et renforcer des éléments déjà établis)
  • et inclusives (pour rassembler le plus de joueurs dans la fiction).

L’Inquisition, pas le bon modèle pour la question.

Cela demande plus de préparation et/ou d’expérience de la part du maître de jeu. Les risques sont qu’il peut être (réellement ou perçu comme) non-respectueux, inintéressant, incompétent, manipulateur ou fainéant. Par exemple :

  • les questions masquent un manque ou une absence complète de préparation,
  • les questions le posent en adversaire des joueurs,
  • les réponses des joueurs sont sans conséquence,
  • les joueurs doivent répondre ce que le maître de jeu veut entendre.

Pour poser de bonnes questions, les principes sont :

  • la confiance (les joueurs savent que le maître de jeu ne va pas les humilier ou les punir pour les réponses),
  • la réciprocité (le maître de jeu apprend des joueurs, donne de la valeur aux réponses, et répond aussi aux questions),
  • l’ouverture (exposer tous les tenants et les aboutissants, le processus de discussion, les risques et les émotions que cela pourrait susciter),
  • l’équité (chaque joueur est considéré de manière égale).

Ce billet est inspiré du billet Is the Socratic Method Unethical? de Mitchell M. Handelsman.

Entretien dans les Chroniques d’Altarides

No. 42, pp. 56-58.

Benoît Chérel des Chroniques d’Altarides m’a invité pour un entretien dans son magazine en libre accès sur les jeux de rôle. J’y parle de mon passé rôliste et surtout de mon présent avec mes différents projets universitaires en lien avec le jeu de rôle: formations, base de données, blogues, graphes, publications, etc.

Vous pouvez télécharger le numéro 42, ou le lire en ligne, ou le commander en version papier.

Appel à contribution: un chapitre dans Essays on Transmedia Storytelling, Tabletop Role-Playing, and Fandom

Call for Papers: Essays on Transmedia Storytelling, Tabletop Role-Playing, and Fandom

Un chapitre dans un ouvrage collectif sous la direction de Jennifer Grouling & Stephanie Hedge, publié par la maison d’édition McFarland & Company, Inc.’s dans la collection Studies in Gaming.
Les contributions seront révisées par les pairs.

Date limite de soumission: 15 juillet 2018
Courriel: transmediatrpg@gmail.com

Trois outils pédagogiques universitaires, ludifiés grâce aux jeux de rôle

Je vais présenter 4 outils pédagogiques au congrès WILU 2018 à Ottawa, le jeudi 7 juin 2018. Trois de ces outils ont été ludifiés grâce aux jeux de rôle.

  • Le premier outil est une « feuille de personnage » de jeune chercheur

    que j’utilise dans mes formations de compétences informationnelles pour les cycles supérieurs. Elle est disponible en accès libre (CC-BY), ainsi que le document du formateur et la présentation WILU, sur le sandbox de l’ACRL (association nord-américaine des bibliothécaires de recherche).

  • Les deux autres outils sont ce que j’appelle des « quêtes secondaires ». Comme je n’ai pas le temps de tout montrer en formation et que tous les étudiants ne sont pas intéressés à aller plus loin sur certains points, je lance la minorité d’étudiants motivés dans des parcours structurés en plusieurs étapes. Le premier est pour apprendre à contribuer à Wikipédia, l’autre est pour débuter son blogue de recherche [mise en abîme: j’ai commencé le blogue vous lisez en ce moment pour tester la formule]. Là encore, les documents sont disponibles en libre accès (CC-BY).

Je reviendrai en détail sur ces outils d’ici quelques mois car je les présenterai à nouveau à Montréal dans le cadre du Colloque des bibliothèques de l’enseignement supérieur qui aura lieu le mardi 13 novembre 2018 au Centre Mont-Royal de Montréal, dans le cadre du ​Congrès des professionnels de l’information (CPI).

North American Simulation and Gaming Association (NASAGA): inscriptions 2018

Les inscriptions sont ouvertes pour la conférence annuelle de la North American Simulation and Gaming Association qui aura lieu du 16 au 19 octobre 2018 à  Rochester, NY.

North American Simulation and Gaming Association (NASAGA) est une association regroupant des concepteurs de formation, des développeurs de jeux, des enseignants,… qui utilisent des méthodes d’apprentissage actif pour augmenter l’engagement, la rétention et les performances des apprenants.

(via PaxSims)

Role Playing in Children’s Literature. Zilpha Keatley Snyder and The Egypt Game [Compte rendu]

The Egypt Game, 1e éd.

Le jeu de rôle dans la littérature de jeunesse. Zilpha Keatley Snyder et The Egypt Game [article révisé par les pairs, en libre accès]

Martin, Cathlena. “Role Playing in Children’s Literature. Zilpha Keatley Snyder and The Egypt Game.American Journal of Play 10, no. 2 (2018): 208–28.

La chercheuse universitaire Cathlena Martin montre comment The Egypt Game (1967), un roman de jeunesse populaire de Zilpha Keatley Snyder, a précédé (et peut être influencé) la conception et le gameplay du jeu de rôle Dungeons & Dragons (1974). À travers les éléments de création de monde, de collaboration, de jeu de rôle et d’immersion, elle rapporte que :

« Snyder codifie sa fiction et montre aux jeunes lecteurs un jeu dans lequel un joueur assume une identité qui est celle d’un personnage fictif. (…) [les joueurs] se créent volontairement des obstacles et tentent de les surmonter en jouant The Egypt Game. Pour utiliser une terminologie de jeux vidéo, il s’agit d’un jeu qui se joue en état d’immersion créative dans un monde ouvert (ou bac à sable), ce qui veut dire qu’il offre plus de liberté de choix que les structures linéaires habituelles de l’attitude ludique. Et c’est un jeu qui inclue des règles que les joueurs acceptent de vivre via le jeu de rôle. » (p. 225-6).

De plus, le roman est aussi une invitation à créer son propre jeu et à y jouer :

« Les personnages du roman jouent leur jeu, et ce faisant ils sont des modèles pour les lecteurs. Ce roman pour enfant n’est pas qu’une évasion, mais aussi un manuel de jeu, montrant les possibilités ludiques aux autres enfants (…) Quand vous lisez The Egypt Game, vous voyez des potentialités de jeu de rôle à implémenter vous-même dans votre arrière-cour, dans un lieu abandonné, autour d’une table ou devant un ordinateur. » (p. 226)

Le roman n’a pas été traduit en français. [Recherches Worldcat, Memento et Index Translationum]

Sur les épaules des nains: Pratiques de citation dans les jeux de rôle

Nain sur les épaules d’un géant. Détail d’un manuscrit allemand du XVe, Library of Congress.

Depuis quelques temps, je collecte les pratiques de citations dans les jeux de rôles. J’en ferai un essai complet. Par mon métier de bibliothécaire et ma passion pour le progrès scientifique, l’adage Sur les épaules de géants résonne tout particulièrement en moi et je le fais résonner aux oreilles de mes étudiants tous les jours.

J’ai été agréablement touché par un exposé qu’à fait Romaric Briand sur son podcast La Cellule à propos d’un playtest de son dernier jeu Vade+Mecum. Voici ce qu’il dit dans le podcast #31 d’avril dernier (le surlignement rouge est de moi):

« (01:42:30) Dans Vade+Mecum, je fais l’effort, chaque fois que j’emprunte une mécanique qui provient d’un autre jeu, de citer son auteur et de citer le jeu d’où elle vient. Je ne prétends pas avoir inventé l’eau chaude. Et dans le jeu que je suis en train d’écrire en ce moment, je fais exactement la même chose. Je veux pour mes jeux, à partir de maintenant, que systématiquement quand une proposition de règles est inspiré d’un autre jeu, celui-ci soit taggué clairement et que les gens qui lisent ce jeu puissent aller voir ce que ça donne dans le jeu taggué.

» C’est à dire qu’il y ait cette rigueur philosophique qu’on nous a enseigné à la fac, (…) c’est-à-dire que : quand tu as une idée elle ne vient jamais de nulle part. La moindre des choses, c’est de refiler une bibliographie et une référence précise. Pas à la fin du bouquin, là où personne va jamais la voir. Pas dans les remerciements, où les gens ne savent pas vraiment ce que tu remercies. Mais dans le corps du texte. (….)

» Et j’aurai pu comme ça aller beaucoup plus loin dans l’analyse et la réflexion et faire donc de chacun de mes jeux des outils de recherche à part entière. Et ça permet quoi ? Ça permet de faire ce que vient de faire Fabien [dans cette émission]: une critique extrêmement fine. Tu vois quand tu dis, « ben là on a un jeu qui est l’exemple d’une théorie. La théorie, le jeu et, tu vois… Grâce à une expérience, tu vois les limites de la théorie. On arrive presque à un jeu de rôle scientifique. Un jeu de rôle qui a valeur d’expérience au sens scientifique du terme. Le jeu de rôle est une expérimentation de la théorie. Mais tu vois, tu ne pouvais pas me faire plus beau compliment. Si mon jeu de rôle inspiré du Maelstrom permet d’en saisir les limites et donc à terme de me faire critiquer, et de me faire grandir, et de me faire voir dans mes prochains jeux des choses que je n’avais pas vues. Comme ce gars à Lille qui m’a dit « Romaric, tu n’as pas vu la dimension non-verbale du Maelstrom.» Et qui du coup, me fait grandir et m’apporte etc. Putain, mais je dis banco quoi!

» C’est en se rendant accessible qu’on se renforce. On s’ouvre à la critique et ce faisant, on avance. »

D’une part, il me semble son jeu Vade+Mecum soit le premier jeu à citer sa ludographie dans le texte. C’est un énorme progrès. Depuis une dizaine d’années, avec l’apparition des jeux dits « indépendants », j’avais remarqué que les pratiques de citation se faisaient de plus en plus. Exemples:

D’autre part, Romaric Briand partage une idée intéressante sur les caractéristiques d’un jeu de rôle qui testeraient une théorie rôlistique. En effet, par son design itératif, par sa pratique de corrections et par sa prise en compte les rétroactions, la conception d’un jeu ressemble en de nombreux points à la démarche scientifique. J’en parle un peu dans un entretien que j’ai donné aux Chroniques d’Altaride (numéro 42).

Le titre de ce billet est humoristique. C’est important de pouvoir « monter sur les épaules des nains pour gifler les elfes qui n’arrêtent pas de se plaindre que c’était mieux avant ». Il n’y a pas de liens avec le très bon podcast On the Shoulders of Dwarves.

Role-Playing Game Studies: Transmedia Foundations [sortie de livre]

Deterding, Sebastian, et José Zagal, éds. Role-Playing Game Studies: Transmedia Foundations. London: Routledge, 2018.

Un nouveau livre académique et multidisciplinaire sur le jeu de rôle sur table. Les éditeurs ont rassemblé la plupart des auteurs renommés dans le domaine pour écrire chacun un chapitre avec un angle disciplinaire différent.
Sans conflit d’intérêt, je vous suggère de demander à votre bibliothécaire universitaire d’en acquérir un. Je l’ai fait.

Bowman, Sarah Lynne, et Andreas Lieberoth. “Psychology and Role-Playing Games.” Dans Role-Playing Game Studies: Transmedia Foundations, édité par Sebastian Deterding et José P. Zagal. London: Routledge, 2018.

Un chapitre très clair, complet et basé sur les données probantes. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir à propos des jeux de rôle et de la psychologie mais étiez confus par les réponses. Il est partiellement lisible via Google Books.

Le jeu de rôle comme rituel d’hospitalité et d’invitation (introduction)

British Museum Royal Game of Ur

British Museum Royal Game of Ur

Il est possible que les premiers échanges de jeux de plateau fasse partie du rituel de transaction de cadeaux diplomatiques entre membres des élites sociales de l’Antiquité. Tout d’abord en tant qu’objet de luxe,

« Many of the first board games appear to have been diplomatic gifts to signify status (…) » (Mark Hall, interview with Discovery News)
[ma traduction: Plusieurs des premiers jeux de plateau semblent avoir été des cadeaux diplomatiques pour affirmer un statut social (…)]

mais aussi, grâce aux fonctions intrinsèquement ludique du cadeau, comme source d’interaction sociale.

« As an arena of performance they [the games] can both foster interaction and exchange and sublimate competition. They can be taken readily from one cultural context to another with or without changes of meaning, which do not have to be immediate. » (Hall et Forsyth 2011, 1335)
[ma traduction: Dans un contexte de parade de présentation, [les cadeaux] peuvent susciter à la fois de l’interaction, des échanges et sublimer la compétition. Ils peuvent être transposé facilement d’un contexte culturel à un autre avec peu de changement de sens, avec peu d’exigence d’immédiateté]

Récemment, sur le podcast de La Cellule, une intervenante témoignait

00:55:00 : « (…) Je crois que ce qui m’emmerde c’est que ces gens-là ils se rendent dans mon salon et qu’en fait c’est hyper-intrusif. Et avoir des sales cons dans le milieu du slam, bon ben voilà on fait la teuf ensemble et finalement il y a un moment où le lendemain matin heu… c’est oublié d’une certaine façon. Je les ignorerai la fois suivante (…) c’est quelque chose d’assez passager, on peut éviter les gens. [Mais] le fait de les avoir accueilli [c’est différent], le fait que ce soit des petits groupes, qu’il y ait une implication, qu’il y ait eu une préparation de la partie, on investit peut être beaucoup dans ce genre de trucs (…) » (Briand, 2018)

Le maître de jeu d’une table de jeu de rôle peut être associé par analogie aux rôles, attentes et statuts d’un hôte. On dit « inviter ses joueurs», « accueillir à la table », « faire jouer sa campagne », « recadrer les personnages », … Que ce soit par des dispositifs extra-diégétiques (ie. entourant la partie de jeu) ou par des mécanismes ludiques (principalement autour de la figure du maître de jeu), je propose que le jeu de rôle sur table soit envisagé comme une déclinaison du rituel d’hospitalité (envers des inconnus) ou d’invitation (envers des personnes familières).

En effet, selon moi (lectures et les témoignages entendus depuis 1985, CM2 avec M. Danino), beaucoup moments de plaisir de jeu, de situations ennuyeuses ou problématiques peuvent être analysés selon la grille d’analyse du rituel d’hospitalité ou d’invitation.

Une série de billets sur le sujet vont suivre ce blogue. Plan (provisoire):

  • Hospitalité et invitation
  • Analogie avec le jeu de rôle
    • extra-diégétique (contrat social,…)
    • mécanismes ludiques (maître de jeu et joueurs sont les 2 premiers rôles du jeu de rôle)

______________
Briand, Romaric, Jérôme S, Pierre Rozier, Adrien Cahuzac, Frédéric De-Nève Leroy, and Emmanuelle Meffray. “Podcast JDR : Pourquoi les rôlistes ont-ils une mauvaise opinion des rôlistes ?” Podcast. La Cellule (blog), March 22, 2018. http://www.lacellule.net/2018/03/podcast-jdr-pourquoi-les-rolistes-ont.html.
Hall, Mark A., and Katherine Forsyth. “Roman Rules? The Introduction of Board Games to Britain and Ireland.” Antiquity 85, no. 330 (November 2011): 1325–38. https://doi.org/10.1017/S0003598X00062086.