Index des billets du blogue Jeu de rôle sur table

Le jeu de rôle sur table, un jeu des attentes

L’an passé, je concluais une présentation pour la journée d’étude « Donjons & Labo : les lieux du jeu » avec une diapositive très lacunaire sur le jeu de rôle sur table comme un jeu sur les attentes. Après avoir lu l’article « Pretensive Shared Reality: From Childhood Pretense to Adult Imaginative Play » (1), j’ai enfin l’opportunité de développer ce point aujourd’hui.

Les attentes, une sous-catégorie du rôle

Tout rôle social peut être décrit avec de nombreux éléments : des statuts, des fonctions, … et des attentes (role expectations) :

  • des attentes d’autres sur le détenteur d’un rôle,
  • ou du détenteur du rôle sur lui-même,
  • ou du détenteur d’un rôle sur les autres.

Quand les attentes ne sont pas explicites et partagées par tous les agents, chacun est dans la présomption (assumption). Les relations sociales sont problématiques quand les présomptions sur autrui (connaissances, émotions, motivations) sont erronées. La meilleure manière d’éliminer les présomptions est de poser des questions adaptées.

Dans la vie de tous les jours, chacun endosse une série de rôles. Ces rôles peuvent s’emboîter, se chevaucher, être en conflit, s’alterner, etc. Cette multitude de rôles vient avec une multitude d’attentes. En psychologie sociale, la théorie des rôles ou role theory étudie spécifiquement ces phénomènes.

Il peut être difficile pour quelqu’un de lister/expliciter les attentes, de les hiérarchiser, de les clarifier, de comprendre leur étendue ou leurs limites. Certaines attentes peuvent être perçues comme non choisies et potentiellement infinies. Cette confusion peut générer de l’anxiété.

Les attentes, dans une séance de jeu de rôle

Lorsque l’on joue à un jeu de rôle ou un jeu de faire semblant dans une réalité alternée partagée (pretense shared reality) (1), on adopte seulement deux rôles clairement emboîtés l’un dans l’autre : un rôle de joueur et un rôle de personnage. Contrairement aux attentes de la vraie vie, les attentes en situation de jeu sont délimitées dans le cadre du jeu (concept de cercle magique ou magic circle) et elles sont choisies (participation volontaire et consciente au jeu).

Parfois, quand le rôle de joueur est prépondérant, alors les attentes sont principalement sociales. La dimension de l’hospitalité peut être importante (2) : certains sont hôtes, d’autres sont invités. Certains maîtrisent les règles, certains ont l’autorité sur la narration, certains génèrent de la fiction, d’autres y réagissent, etc.

Parfois quand le rôle de personnage est prépondérant, alors l’accent est mis sur l’immersion. Dans ce cas, les attentes sont principalement narratives et diégétiques (c’est-à-dire elles proviennent de la fiction).

Depuis une dizaine d’années, de nombreux jeux et accessoires poussent à clarifier les attentes autour de la table avec outils dits « de sécurité émotionnelle ». Ces innovations ont rencontré une résistance, principalement sous le prétexte que c’étaient des méthodes infantilisantes. Selon Ludomancien, clarifier les attentes est une preuve de maturité. Exemples : la X Card de John Stravopoulos (2012), les principes du maître de cérémonie de Apocalypse World, le Same Page Tool de Bankui, etc.

Jouer un rôle, réduction de l’activité cérébrale

Une étude récente (3) montre que lorsque des acteurs improvisent des réponses à des situations où ils incarnent les personnages de Roméo & Juliette, leur activité cérébrale est moins intense. Cela suggère une baisse du sentiment de soi (loss of self). Hypothèse : Cela est peut être dû au fait que l’acteur ne se soucient pas des attentes. Ce qui nous amème à élaborer d’autres hypothèses…

Hypothèses

  • Une séance de jeu de rôle est satisfaisante, plaisante et mémorable si les attentes des rôles de joueurs et de personnage ont été comprises, reconnues, respectées et accomplies par chacun.
    • À l’opposé, un participant qui n’aurait pas compris les attentes des autres, qui n’aurait pas vu ses attentes respectées, etc. n’aurait pas une bonne expérience de jeu.
    • Un jeu qui sait structurer les questions posées réduirait mécaniquement les présomptions.
  • Entrer dans une séance de jeu, c’est réduire les dimensions mentales à un plus petit ensemble d’attentes (plus simples, plus facile à expliciter, moins engageantes,…) que dans la vraie vie.
    • Le jeu de rôle sur table serait le type de jeu qui restreindrait le moins les dimensions de la vraie vie puisque tout peut y être tenté, sous la validation d’un ou des autres joueurs.
  • Si entrer dans une réalité alternée partagée, c’est voyager dans un sous-univers aux dimensions réduites :
    • Y a-t-il un plaisir spécifique à manipuler le méta ? une sorte de libido contextus ? De savoir qu’on est capable de passer d’un univers à l’autre et d’y ramener des choses (expériences, valeurs, idées, etc.) ? De savoir qu’on est dans la distance, le surplomb ou l’ironie ?
  • Moins il y a d’attentes, plus on fait des économies mentales et plus ils est facile de jouer, de penser, de vivre des émotions, d’être en empathie et de se laisser aller.
    • Du coup, on est moins anxieux ou moins confus ? Les joueurs de jeu de rôle sur table ont peut être plus d’anxiété sociale que la moyenne et cela expliquerait pourquoi ils s’engagent avec passion dans ce hobby pourtant fortement relationnel.
    • Dans quelle mesure cela peut s’appliquer aux simulations en général ou aux autres types de jeu : « In games like chess, everybody has the same set of choices, so its easier to go into other peoples minds than regular interactions. Easier empathy.» (4)

  1. « Pretensive Shared Reality: From Childhood Pretense to Adult Imaginative Play » de Kapitany, Hampejs et Goldstein (2022). Le jeu de rôle sur table serait un résidu évolutif du jeu de faire-semblant des enfants à l’âge adulte. Il aurait les mêmes mécanismes MAIS : il doit nécessairement être partagé socialement, il a un cadre et des règles plus nombreuses et il a un système de quarantaine mentale (=cercle magique) pour encadrer le jeu. L’article détaille aussi pourquoi il est intéressant d’étudier les jeux de rôle sur table pour comprendre le comportement humain.
  2. Voir série de billets
  3. Brown Steven, Cockett Peter and Yuan Ye , 2019, The neuroscience of Romeo and Juliet: an fMRI study of acting. R. Soc. open sci.6181908181908 http://doi.org/10.1098/rsos.181908
  4. Entretien avec C Thi Nguyen, vers la 12e minute

Faim, famine et cannibalisme dans les jeux de rôle sur table

La famine sert parfois de cadre ou de thème principal dans des fictions imaginaires.  Avec le changement climatique, il est possible que les premiers défis existentiels soient ceux de la famine et de leurs conséquences, bien avant ceux des températures ou du niveau des mers élevés. Si les fictions peuvent permettre de se préparer émotionnellement à des événements difficiles, il peut être intéressant de s’interroger sur la place de la famine dans les jeux de rôle sur table.

Avertissement : hormis les tableaux de Goya, «Saturne dévorant un de ses fils» et de Tattegrain « Les bouches inutiles » et la gravure de De Bry, ce billet ne comporte pas d’images liées aux sujets abordés.

La famine dans les fictions

Dans les fictions de l’imaginaire, la famine est parfois abordée comme un sujet central avec une distance ironique. Par exemple, le film Solyent Green (1973), qui se déroule en 2022, révèle une conspiration cachant l’ingrédient principal de la nourriture d’un monde surpeuplé. Dans Love and Monsters (2020), la faim et le vol de nourriture y est présenté avec humour noir. Dans La plateforme (2019), la faim et la distribution de nourriture sont racontés dans une fable dystopique invitant à l’analogie ou la réflection allégorique. Dans d’autres fictions imaginaires, la famine est racontée en creux et elle est cachée sous un voile pudique comme le Grand Ravin dans La forêt sombre (2008, Liu Cixin) qui a tué les deux tiers de l’humanité mais qui n’est jamais décrit, voire qui est volontairement oublié par les personnages.

Le genre post-apocalyptique aborde parfois la faim comme dans la série des Mad Max où elle explique les comportements sauvages, ou bien comme dans la série des Hunger Games, où la faim est un instrument d’humiliation politique. Dans le genre du film de zombies, la faim est l’attribut des monstres et l’analogie de l’effondrement de la civilisation.

«Saturne dévorant un de ses fils», Francisco de Goya, 1819-1823c. Wikimedia Commons.

Fictions comme préparation émotionnelle ?

Il est possible que l’un des premiers défis majeurs du changement climatique soit la raréfaction systémique de ressources alimentaires, entrainant des changements sociaux majeurs et peu anticipés. Pour se préparer mentalement à ces défis, ou à l’éco-anxiété associée, on peut effectuer des expériences de pensée sous forme ludique avec des jeux de rôle sur table [1]. Pourquoi ? Dans les famines, les conséquences des décisions humaines ont été un facteur souvent plus aggravant que celui du climat : arrogance, incompétence, pouvoir, etc. Or, les jeux, et spécialement les jeux de rôle sur table, sont un excellent cadre cognitif (un peu) et émotionnel (surtout) pour explorer les conséquences des choix. Nous allons voir comment la faim, la famine et enfin le cannibalisme y sont traités.

La faim dans les jeux de rôle sur table

La faim individuelle occupe une place marginale dans les jeux de rôle sur table en terme de gameplay et de description dans les règles de jeu.

Mécaniques marginales

Bien que les mécaniques d’attrition soient un élément essentiel du gameplay des premières explorations de donjons, les règles de faim y étaient très peu développées. Ainsi,

« les règles de OD&D (1974), partiellement basées sur celles du jeu de plateau Outdoor Survival (1972), n’avaient pas de mécaniques pour les conséquences du manque d’eau ou de nourriture. » (DeltaD&D).

Il faut attendre le chapitre Food & Water du supplément Wilderness Survival Guide (1986, p. 50-60) pour AD&D 1ère ed. pour avoir des règles plus précises sur les conséquences de la faim. Dans les éditions suivantes, la faim est à peine développée à l’exception notable du cadre de campagne Dark Sun (voir plus loin). Dans certains jeux du mouvement OSR, friands de thèmes sombres et de gameplay autour de l’attrition, la faim est plus ou moins mécanisée par les règles.

Wilderness Survival Guide (1986), extrait page 50.

Outre ces jeux de type « exploration impitoyable de donjon » (gritty dungeon crawling), les jeux utilisant la faim sont souvent des jeux de type post-apocalyptique ou d’horreur.

Règles courtes

Dans plusieurs jeux, on remarque une section sur la faim ou la soif qui varie de un à quelques paragraphes.

Jeux Règles de faim/nourriture Type
A Song of Ice and Fire vfr p.201  
Animonde p.46  
Basic Role-playing 4 p.219-220  
Birthright d20 p.89  
Bloodlust Metal p.259  
Fellowship p.37  
First Fantasy Campaign p.11  
GURPS p.426  
Holodomor p.7-11  
Legends of the 5 Rings p.89  
RuneQuest v3 p.81  
Rêve de Dragon 1e éd. p.50  
Rêve de Dragon 2e éd. p.54  
D&D 3 p.86 DMG  
D&D 4 p.159 DMG  
D&D 5 p.185 PHB  
AD&D1 Wilderness Survival Guide chapitre complet p.50-60 GDC
Lamentations of the Flame Princess p. 36 GDC
OD&D, Basic D&D, AD&D 1 partiel GDC
MouseGuard p.123,127,186 et partout GDC
Symbaroum v1

règle optionnelle dans guide du maître

GDC
Torchbearer nombreuses mentions GDC
Appel de Cthulhu v6fr p.99 H
Aquelarre v3es p.108 H
Eclipse Phase p.208 H
Vampire: the Masquerade 1st ed. p.14-15 Diablerie H
Aftermath p.63-65(2) PA
Apocalypse World v1fr p.262 PA
Bitume MK5 p.40 PA
Dark Sun p.42-43,89 PA
Twilight 2000 p.15 PHB PA
Twilight 2013 p.95-96, p.169-170 PA
Ultraviolet Grasslands p.153 PA

GDC=Gritty Dungeon Crawl; H = Horreur; PA = Post-Apocalyptique

Dans MouseGuard (par Luke Crane, 2008), la faim a une place centrale. Elle figure parmi les Conditions en plein milieu de la feuille de personnage. La mécanique de Faim (Hungry) y est développée et elle influence tous les conflits. La classe de personnage du cuisinier permet de la faire baisser.

Mouse Guard, détail de la feuille de personnage

Dans la totalité des cas recensés (sauf Dark Sun et Vampire), les conséquences de la faim sont purement physiques et aucune mention n’est faite sur les conséquences mentales.

Sortilèges et magie

Dans les éditions de D&D, les sortilèges liés aux domaines de la nourriture, de la faim ou de la famine sont presque toujours des sorts divins de clercs ou des sorts druidiques. Dans OD&D, les deux sorts pour créer de l’eau et de la nourriture requéraient d’avoir un clerc de très haut niveau pour ce jeu : niveau 6 (Create water) et 7 (Create Food). Au fur et à mesure des éditions ultérieures, le niveau de clerc pour lancer ce type de sort a été diminué car le gameplay s’est éloigné de l’attrition pour aller vers un style plus héroïque : niveau 5 dans AD&D 1st ed. (p. 46) pour le sort Create food and water, niveau 3 dans D&D 3e ed. (p.189) (via TheAlexandrian). Le sort Heroes’ Feast est un sort de plus haut niveau permettant une restauration plus puissante de points de vie et de moral. Notons qu’il est possible pour les clercs d’inverser ces sorts et de pourrir les aliments et de polluer l’eau.

Dans Rolemaster Classic (1981), la liste de sort Creations permet de créer de créer de l’eau et de la nourriture en quantité variable. Elle est disponible pour les jeteurs de sort de type channeling (équivalent aux sorts divins). Il semble que les règles de faim/soif n’apparaissent vraiment que dans le Companion V (1991) avec la table des critiques nommée Starvation/Dehydratation Crit. Strike Table (by Tim Taylor, p.109).

Rolemaster Companion V (1991), p. 109

 

Dans Dungeon Crawl Classics (2012), le sort divin s’appelle Food of the Gods et il évolue en puissance avec le niveau du personnage (p. 262). Mais il n’y a pas de règles sur la faim dans ce jeu.

Dans Unknown Armies, un exemple est donné d’un adepte du domaine de la nourriture et comment ce dernier peut colorer ce domaine avec ses propres valeurs, aussi bizarres et tordues soient-elles (3e ed. p.133).

Monstres

Dans la plupart des jeux, les créatures associées à la faim sont principalement :

  • des morts-vivants (vampires, dhampirs, goules, ghasts)
  • des esprits ou des dieux tel que le Wendigo (D&DCall of Cthulhu,…)
  • ou des démons tels que Yeenoghu (D&D).

« The hunger felt by an undead with the need for sustenance is akin to an addiction. Like living creatures with an extreme craving for some chemical substance, hungry undead are prone to erratic, violent, and sometimes self-destructive behavior if they are denied their preferred morsels. »
— Dungeons & Dragons, “Libris Mortis: The Book of Undead, Chapter 1 All About Undead”

Pour aller plus loin, voir la remarquable section Tabletop Games de l’article Horror Hunger sur TV Tropes qui contient de nombreux détails sur les monstres et la faim dans les univers de Deadlands, Dungeonverse, ExaltedWarhammerW40KWorld of Darkness, etc.

La famine

Si la faim individuelle est peu abordée dans les jeux, la famine l’est encore moins. Il est possible que cela soit dû à sa nature intrinsèquement perturbante et des mécanismes émotionnels de peur, de déni, de honte ou d’oubli qui y sont associés. Ce n’est tout simplement pas amusant ou divertissant de jouer avec la famine.

On pourrait penser que les jeux de plateau pourraient proposer une meilleure compréhension de la famine parce qu’ils encadrent l’expérience de jeu par des mécaniques pures et non par de la fiction. Cependant, je pense que pour la famine, un jeu de rôle peut être pertinent s’il arrive à produire un cadre interactif, crédible et implacable pour susciter des émotions. En effet, je pense que le jeu de rôle sur table se distingue des jeux de plateau principalement par une expérience ludique émotionnelle que plutôt que cognitive [2].

Un jeu de rôle sur table peut encadrer cette expérience émotionnelle en utilisant :

  • un cadre de campagne avec une thématique de famine ;
  • des mécaniques de gestion de domaine ;
  • des mécaniques de changement de personnalité.
« Les bouches inutiles » de Francis Tattegrain (1886). Wikimedia Commons.

La famine, thème de campagne

La famine peut faire partie intégrante du cadre de campagne à différents niveaux d’intensité.

Rencontres

Dans le cadre d’une exploration de donjon ou d’extérieur, la famine peut conditionner la réaction des PNJs et des créatures rencontrées (p.68 AD&D 1st ed. DMG). Par exemple, dans le module B2 The Keep on the Borderlands de D&D, les stirges sont décrits comme « quite hungry. In fact, this hunger makes it 90% likely that they will be squeaking and hooting to one another, so the party won’t be surprised. (…) Fire Beetles too are hungry and will hasten to attack any persons entering their area. » (p. 20)

Dans AD&D 1st ed., il y a un objet magique maudit nommé le Carillon de la faim (Chime of Hunger) dont le pouvoir est de changer le comportement de tous les êtres vivants alentour.

« Chime of Hunger: This device exactly resembles a chime of opening. When it is struck all creatures within 6” are immediately struck with ravenous hunger. Characters will tear into their rations, ignoring everything else, and even dropping everything they are holding in order to eat. Creatures without food immediately available will rush to where the chime of hunger sounded and attack any creatures there in order to kill and eat them. (…) » (p. 140, Dungeon Master Guide)

Motivation

Dans le module Famine in Far-Go (Michael Price, 1982) pour Gamma World, les personnages doivent sauver leur communauté agricole menacée de famine et voyager pour trouver une solution. De même, dans la 1ère édition de Rêve de Dragon (1985), la faim est la seule motivation pour partir en aventure et retrouver le secret des galettes d’Oyoulé, le Guerrier-Pâtissier.

« Son haut-fait est d’avoir vaincu un monstre terrifiant : le Tournedent, et de n’avoir accepté en récompense qu’un peu de farine pour fabriquer des galettes. D’étonnantes galettes, toujours fraîches et capables de nourrir une population entière. […] Au cours de la nuit, les personnages vont tous faire des rêves pénétrants […] Il va […] apparaître que trouver les Galettes est la seule chance de survie aussi bien du village que des personnages eux-mêmes. »

Dans MouseGuard, la famine est aussi une motivation d’aventure (p.185-188). Ces motivations fonctionnent si les joueurs ont (ou font comme s’ils avaient) un attachement avec leur communauté. Cela fonctionne encore mieux si les conséquences des décisions des joueurs sont la cause de la famine (voir module Hunger pour Paranoïa, plus loin).

Menace

La famine peut servir de menace lointaine. C’est le cas par exemple des Cannibal Sectors de SLA Industries (1993). Ce sont de vastes quartiers qui ont été scellés par des murs pour contenir une menace. Les habitants emmurés ont survécu en se mangeant entre eux. Si l’univers du jeu est naturellement dangereux, les Cannibal Sectors sont sur une coche supérieure et ils impressionnent les PJs lorsqu’ils sont obligés de s’y rendre à un moment de leur carrière.

Dans le cadre de campagne Deadlands et Hell on Earth, Famine est un puissant démon qui erre dans l’Ouest sauvage. Pendant un temps, Famine a inspiré la faction du révérend Grimme et sa secte de Lost Angels. Outre cette faction, il constitue une source de pouvoir pour de nombreux antagonistes des joueurs. Par exemple, les morts-vivants de Famine sont appelés faminites et ils se répandent rapidement par infection (HoER, p.188).

Dans Apocalypse World (2010), la famine est une des pénuries majeures du monde post-apocalyptique et elle sert de moteur pour les événements en jeu et pour l’évolution du cadre de campagne.

Dans Judge Dredd d20 (2002), le conflit entre deux factions antagonistes est centré autour du rationnement alimentaire et peut offrir l’opportunité de scénarios :

« Segregation Blocks were conceived after the Apocalypse War to keep thousands of fatties from stealing from the food ration queues caused by war damage to the city’s food stocks. » (p. 123 et 133)

Cadre sombre

Dans GURPS 4e ed. (2004), un univers ayant souffert d’une grande famine a été rétrogradé à un Tech Level 3, donc un niveau de civilisation médiévale. Il est décrit comme un désastre écologique :

« On Lenin-2, this led to global warming, flooding, heavy weather, and a massive famine; the few million survivors are now living at TL3. » (p. 528) « They wrecked the environment big time over the next century (…) famines killed billions of people (…) We wouldn’t have found that lost conveyer before the cannibals got to it. » (p. 322)

Dans le jeu de rôle indépendant Holodomor (2005), les joueurs incarnent des personnages pris dans la famine en Ukraine du même nom de 1932-1933 et ils doivent simplement survivre.

Dans le module Qelong (de Kenneth Hite, 2013), les réfugiés sont décrits comme affamés et de manière déshumanisés :

« They can, if given food, tell the characters what they are fleeing from. They will also beg for food, protection, etc. and generally make a nuisance of themselves (…) A cruel Referee could hide a higher-level Specialist or spell-caster (in addition to the aakom-cursed) among their ranks, planning to strike from the protective coloration of a filthy, stinking mob of peasants. » (p. 31)

Mécaniques de gestion de domaine

Le D&D Companion Set (1984) offre des règles partielles et lacunaires pour gérer les événements d’un domaine. En effet, il manque les mécaniques de conséquences de pertes de ressources puisque seul l’augmentation du niveau de rébellion du domaine est mentionné (p.10). Plus généralement, les sortilèges climatiques (souvent possédés par les prêtres et les druides) se révèlent souvent un atout essentiel pour préserver la prospérité agricole d’un domaine. Jouer cette dimension permet de leur donner un rôle central dans la politique locale.

Dans Dogs in the Vineyard (2004), la famine fait partie de la seconde étape de dégénérescence de la communauté que les joueurs doivent absolument purger avec violence sous peine de la voir être détruite par les démons (p. 97).

Dans le jeu Sagas of the Icelanders (2014), une mécanique propulsée par l’Apocalypse permet de collecter des points de Food pour gérer la maisonnée.

Cependant, c’est dans un module pour le jeu Paranoïa que la famine est utilisée dans le cadre diégétique de la manière la plus perturbante pour les joueurs dans la mesure où ce sont leurs décisions qui créent et accélèrent la famine du lieu sous leur responsabilité. En effet, dans le scénario Hunger pour Paranoia XP (de Dan Curtis Johnson, dans le recueil WMD, par Traitor Recyclying Studio, 2005), les joueurs incarnent des gestionnaires d’une partie du Complexe Alpha en charge d’une méthode «miraculeuse» de production de nourriture en cuve. Bien entendu, la méthode ne fonctionne pas et les joueurs doivent tout de même produire des résultats positifs. L’escalade inexorable du pire, son analogie explicite et sourcée avec l’histoire du XXe siècle, et la position décisionnaire des joueurs en fait l’un des scénario les plus noirs jamais publié pour un jeu de rôle.

Mécaniques de changement de personnalité

Dans Dark Sun (1991), une section optionnelle de la boîte de base (Alignment in Desperate Situations) est la première codification d’un changement moral en temps de privation. Tous les alignements reçoivent des indications de comportement. De plus, en situation de soif intense et désespérée, l’alignement de tout personnage devient temporairement Chaotique Mauvais s’il échoue un test de Sagesse. Le joueur doit absolument jouer cet alignement sans pitié, sinon il perd le contrôle de son personnage qui devient temporairement un PNJ du maître de jeu (p. 42-43).

Le jeu indépendant Holodomor (de Sambucus, 2005) utilise une mécanique de Désespoir qui réduit le Moral. Le score de Moral sert en cas de conflits ou pour inspirer les autres. Les Émotions sont des contraintes libres (on ne peut aller contre) mais elles servent à résister au Désespoir. The Will to Survive est une Émotion que tout joueur possède en début de jeu à un score de 10.

Dans Trail of Cthulhu (de Kenneth Hite, 2007), si le personnage découvre qu’il a commis un acte de cannibalisme, il perd 6 points de Stabilité (dans une liste d’éléments pondérés de 1 à 8).

« Canibais » Theodor de Bry. Wikimedia Commons.

Famine et cannibalisme

Le cannibalisme est une conséquence directe de la famine. La culture populaire s’est emparée de ce sujet, et les jeux de rôle aussi. Si de nombreux jeux utilisent ce sujet, il semble que ce soit plutôt pour donner une couleur ou pour épicer un cadre de jeu car le sujet est peu développé en profondeur.

Mention de cannibalisme dans les jeux de rôle

Une astérisque* indique que le sujet est plus développé qu’une courte mention :

Jeux Anthropophagie/Cannibalisme
Aftermath! *Section sur le cannibalisme p.65, avec bibliographie
Call of Cthulhu  
D&D 5 Table aléatoire de motivation
Dark Sun *Hobbit cannibales et Thri-kreen mangeurs d’elfes
Deadlands Reloaded : The Flood *chapitre Famine’s Domain p.36
Degenesis Cockroach clan
Eclipse Phase v1 Autophagy p.212, Exhumans p.362, Virus p.369
GURPS 4e Monde de Lenin-2
Hell of Earth Reloaded Famine et Grimme
Hot War p.165-171
Kult 1st ed. Limitation: Cannibalism, p.74
Qelong Rencontre aléatoire, p. 24
SLA Industries Cannibal Sectors
Trail of Cthulhu Famines des années 30 (p.170), Gol-Goroth (p.93), Ithaqua (p.95), rat-things (p.145)
Transhuman Space Clonibalisme ou clone-cannibalisme (supplément Toxic Memes, 2004) p.87
Underground Tastee Ghoul fast-food chain
Aftermath! (1981), extrait, p.65

Tabou

Le cannibalisme est un interdit social puissant qui a marqué toutes les civilisations. Le Wendigo, utilisé dans plusieurs jeux (DeadlandsHell on Earth, ou aussi nommé Ithaqua dans Call of Cthulhu) est une créature de la mythologie amérindienne dont la fonction est de soutenir ce tabou. La légende dit que pendant la famine d’un long hiver, si on mange un humain alors on errera sous forme monstrueuse dans la forêt, sans but et éternellement affamé.

Dans la campagne The Flood pour Deadlands Reloaded, les actes de cannibalisme ne se traduisent pas automatiquement par une conséquence, outre la perte de points de relance en cas d’échec au lancer de dés.

« Those who knowingly kill and eat a human being (or partake in human flesh more than a few times) must make a Spirit roll each time they do so. Success means they linger on in their contemptuous life. Failure means they succumb to the power of the Reckoning. In cold climes, eaters of flesh become wendigos, and in warmer locales, the sinners degenerate into wretched ghouls (see Deadlands Reloaded for both). » (p. 36)

Dans cette campagne, l’esprit maléfique Famine est l’antagoniste principal. Il agit à travers le révérend Grimme, de son culte et de ses monstres (p. 26-34).

Cliché subverti

Dans la campagne Dark Sun, il est notable que les hobbits sauvages sont organisés en tribus cannibales. Cette information est éparpillée anecdotiquement dans la description du monde de la boîte de base mais elle n’est pas explicite dans la section qui décrit de la race du halfling (jouable). Le concept de hobbit cannibale est l’une des subversions de clichés les plus intéressante de cet univers de jeu.

« a tribe of halflings tried to eat me » (p. 4)
« the greatest gift a clan can offer its chief is a feast. And the finest feast a halfling can imagine is a delicious human or demi-human who has wandered into their territory and been hunted down» (p. 24)
« [on a raid] The animals (and sometimes the people) they eat immediately » (p. 34)
« They consider anything else (including intelligent races) fair game for the stew pot… I tried to explain that it is not common practice for humans to eat their guests, but my little friend refused to believe it. » (p. 36)
« I can terrify you with stories of being stalked through the forest by hungry halflings,» (p. 39)
« It is the halflings that you must watch out for. They consider anything that enters their territory including other intelligent races – fair game… Should you be taken alive, this is not a fate you should hope for. Some halfling kings are so savage that they prefer to eat humans and demihumans presented to them alive. Others are more civilized, and will at least have the decency to kill and cook their meals first. » (p. 62)

NB: Dans Dark Sun, il y a aussi des thri-kreen qui sont très friands d’elfes.

Cadre de jeu monté à 11

Comme mentionné plus haut, les Cannibal Sectors de SLA Industries offrent un cadre de jeu intense pour les joueurs. Dans le même ordre d’idée, le module Isle of the Ape pour AD&D offre aussi un cadre extrêmement difficile pour les joueurs qui doivent évoluer dans une jungle habitée par une tribu cannibale. Dans ces deux cadres, les cannibales habitent non seulement un milieu très hostile, mais ce milieu défi aussi les lois habituelles du monde (magie partiellement efficace, pourrissement rapide de nourriture, mutations, etc.).

Absorption de pouvoir

Même lorsqu’on joue un monstre comme dans Vampire : the Masquerade, le cannibalisme (nommé Diablerie ou Amaranth) est sévèrement condamné socialement par la communauté des vampires. En effet, boire le sang d’un autre vampire permet d’absorber une partie de son âme et donc de son pouvoir. Si le vampire cannibalisé est d’un rang plus élevé, cela permet de court-circuiter la hiérarchie vampirique instituée de la Camarilla. Les membres du Sabbat ou des Assamites trouvent cette pratique acceptable.

Dans plusieurs jeux, de nombreux monstres se mangent les uns les autres et absorbent leurs pouvoirs. Voir les articles Cannibalism SuperPower et Monstrous Cannibalism (TV Tropes)

Jeux Cannibalisme “non-humain”
Call of Cthulhu Ghouls, Innsmouth horror
D&D Gnolls, Aboleths, Brain collectors,…*
D&D 5 table aléatoire de motivation
Kobolds ate my baby Kobolds
Pathfinder Neothelids, Spawn of Rovagug
Shadowrun Ghoul virus, Ghoul Nation
Vampire : the Masquerade Diablerie
Warhammer Skavens, Ogre Kingdoms

* L’ogre est une créature présente dans de nombreux cadres de campagne et de nombreux monstres ont des attributs semblables. Dans D&D et de nombreuses jeux d’heroïc fantasy, on pourrait définir tous les humanoïdes (trolls, goblins, orcs, etc.) comme potentiellement cannibales. comme si le fait se manger les uns et les autres les repousseraient au-delà de la civilisation.

Zombie

De nombreux jeux de r¸ôle émulent le genre du film de zombie (All Flesh Must Be Eaten, Outbreak : Undead, Zombie Apocalypse, Sombre, etc). Non seulement les zombies sont affamés de chair humaine, mais l’effondrement social associé à leur déferlement est aussi une expérience allégorique du chaos et de la confusion causé par une famine. Une étude récente a montré que les fans de film de zombie avaient eu une plus grande résilience aux premiers temps de la pandémie de Covid-19 en raison de leur « préparation mentale ». Peut être que les jeux de rôle sur les zombies ont un effet similaire…

L’origine des jeux selon Hérodote : oublier la faim

Pour terminer sur une note plus légère que cette sombre recension, suivons le témoignage de Hérodote sur l’invention des jeux. Selon lui, les Lydiens inventèrent les jeux (dés, osselets, balles) pour distraire leurs esprits d’une grande famine.

« On jouait alternativement pendant un jour entier, afin de se distraire du besoin de manger; et le jour suivant, on mangeait, au lieu de jouer. » (Histoires d’Hérodote, Vol. I, no. 94)

Cela dura 18 ans. Puis le roi divisa la population en deux et la moitié partit en migration. S’il est difficile d’attester la véracité historique de ce passage, il est intéressant de noter une nature puissamment distractive du jeu. Il semblerait que nous voyons en lui une sorte de « pilier de la santé mentale »[3] permettant d’échapper à la folie engendrée par la privation.


  1. Aborder le sujet de la famine permet de sortir de l’oubli, du déni ou de l’ignorance. Malgré son nombre colossal de morts pendant le XXe siècle et malgré les souffrances engendrées sur plusieurs générations pour les survivants, ce n’est pas un thème dont on parle souvent dans la sphère publique. Par exemple, ces jours-ci, nous sommes exactement 100 ans après la famine russe de 1921. Les trois seules fois où j’en ai entendu parlé c’était dans Tintin au Pays des Soviets, puis quelques années plus tard en cours d’histoire à l’Université et enfin il y a une dizaine d’années par un ami tatar. Je n’en ai plus entendu parlé depuis↩︎

  2. Par ailleurs, même dans un jeu de plateau comme Pandémie, des joueurs adoptant un rôle purement fonctionnel ont tout de même un engagement émotionnel. En effet, des épidémiologistes ont joué à ce jeu et ils ont commenté que, même si les mécaniques n’étaient pas concluantes du point de vue biologique, les émotions en jeu étaient fortes et intéressantes. ↩︎

  3. Le concept de pillar of sanity est une mécanique de protection de la santé mentale des personnages décrite dans le jeu Trail of Cthulhu. ↩︎

L’Enfer de Dante dans les jeux de rôle sur table

En ce moment, de nombreux événements célèbrent le 700e anniversaire de la mort Dante Alighieri (14 septembre). Ce poète italien du XIVe siècle est l’auteur de la Divina Commedia (« Divine Comédie ») où il raconte à la première personne une quête initiatique de transformation personnelle. La première partie Inferno L’Enfer ») est la plus connue. Elle possède une forte puissance évocatrice en raison de la description de lieux souterrains infernaux, variés et hantés par les tourments des suppliciés. L’Enfer de Dante a beaucoup influencé la culture, et donc la culture populaire, et donc la culture du jeu de rôle sur table. Dante était un joueur d’échecs. Est-il aussi un lointain ancêtre des rôlistes ?

« Continuez dans la forêt obscure, allez en 13. Sinon retournez en 256. »
[Gustave Doré, Inferno, Canto 1, 1861, CC0]

Un donjon dirigiste ?

L’Enfer pourrait être une inspiration ancienne de l’exploration de donjon (dungeon crawl) au point de vue esthétique en raison du caractère souterrain, lugubre et fantastique. Il est possible que les domaines de la Moria et du Mordor du Seigneur des Anneaux y aient empruntés des motifs.

Cependant, on pourrait reprocher à la quête initiatique de Dante d’être très dirigiste (railroading) car elle s’apparente plus au parcours linéaire d’un labyrinthe d’église (labyrinth en anglais) que de l’errance à choix multiples dans un labyrinthe de minotaure (maze en anglais).

Différence entre un labyrinthe (maze) et un labyrinthe (labyrinth).
CC-BY-NC : Sketchplanations.

Dirigisme ? Au début, Dante est perdu dans une forêt obscure. Il cherche à éviter successivement 3 bêtes sauvages qui le poussent à rencontrer Virgile. C’est un poète admiré de Dante mais surtout un PNJ donneur de quête et guide-accompagnateur qui sera abandonné à la fin de l’Enfer. Virgile sera ensuite remplacé par d’autres PNJs : Beatrice et Saint Bernard de Clairvaux pour le Purgatorio («Purgatoire») et le Paradiso («Paradis»). Ces PNJ sont omniprésents, ils répondent aux questions (même les plus impertinentes) et ils empêchent Dante de se perdre.

Comme dans les labyrinthes d’église, Dante a une agentivité très limitée : il a seulement le choix d’entrer dans le monde souterrain et de continuer. La porte qui mène aux enfers, et qui est peut être douée de parole comme avec le sort Bouche magique, annonce :

« Vous qui entrez, abandonnez toute espérance. » (Enfer III, 3).

C’est une introduction digne de tout bon donjon. Auguste Rodin a fait de cette porte son œuvre maîtresse.

Exploration extraplanaire

Plutôt qu’une exploration de donjons, la quête de Dante s’apparenterait plus à un arpentage des plans (planar crawl), c’est à dire à une visite de mondes parallèles ordonnés. Dante visite les neufs cercles concentriques et en spirale du cône des Enfers, puis le chemin ascendant du mont du Purgatoire, puis les cercles célestes et enfin les cercles angéliques du Paradis.

Structure des plans de la Divine comédie, Michelangelo Caetani, 1855, CC0.

Les premières esquisses des plans extérieurs (outer planes) dans Dragon Magazine pour OD&D (1977, no. 8, p. 4) et dans le Players Handbook pour Advanced Dungeons & Dragons, (1978, p. 120-121) doivent sans doute beaucoup à Dante. On y retrouve les Neufs Enfers, domaines des diables et de l’alignement loyal mauvais (Nine Hells of absolute Lawful Evil). Les autres plans d’existence ont la même structure empilées (ex : les 666 plans des Abysses chaotiques mauvais, etc.) et il faut normalement passer par la première couche avant d’accéder aux niveaux plus profonds. Il y a aussi une hiérarchie de puissance (D&D) ou de sévérité (Dante) entre les niveaux des enfers, les niveaux supérieurs étant plus bénins et plus vastes que les niveaux plus profonds.

Outer planes
En haut : plans extérieurs dans OD&D (Dragon Magazine no. 8, p.4, 1977) En bas : plans extérieurs dans AD&D (Players Handbook, 1978)

Dans Dragon Magazine no. 35 (1980), William Fawcett, concepteur de jeux et futur co-fondateur de Mayfair Games, mentionnait dans un article sur « Angels in Dungeons & Dragons » (p.18) [ajout après suggestion de Jon Peterson]:

« This article is intended as a supplement to the games of D&D and AD&D. Though the information it contains is based on both religious literature and theological speculations, it is not intended to be representative of any religion’s actual beliefs. Its sources also include popular fiction such as Dante’s Inferno and Milton’s Paradise Lost. »

Dans Dragon Magazine no. 75 (1983), Ed Greenwood, le futur concepteur du monde des Royaumes oubliés mentionnait dans son article « Nine Hells, part I » (p. 17) :

« A vast number of writers have offered their own religious or primarily fantastic conceptions of the infernal regions (those lands of the dead that are linked with evil spirits and, usually, punishment of the souls of the dead). The chief sources of geographically detailed descriptions of the hells are listed here, for DMs who want to develop their own versions: Dante’’s Inferno; Homer’’s Odyssey, book XI; Virgil’’s Aeneid, book VI; Spenser’’s Faerie Queene, book II canto 7; Ariosto’’s Orlando Furioso, book XVII; Tasso’ ’s Jerusalem Delivered, book IV; Milton’’ s Paradise Lost; Fenelon’’s Telemaque, book XVIII; and William Backford’’s fantasy romance Vuthek. Libraries are the best sources for the above books. »

Le module Inferno, publié par Judge Guild (1980), tente une première exploration des Enfers directement inspirées de Dante, mais il n’aura jamais de suite. Dedans, on y retrouve les 3 bêtes, mais aussi Charon, Minos, etc. Le supplément To Hell and Back  de Role Aids (1993) se base aussi sur l’Enfer de Dante. Le jeu de rôle Abyss (1997) prend aussi explicitement l’Enfer de Dante comme cadre de campagne et permet de jouer les conflits entre les différents seigneurs des Enfers ou de jouer les forces d’interposition. Plus récemment, Inferno: Dante’s Guide to Hell (2021) pour D&D 5e est la toute dernière tentative d’exploration de l’Enfer de Dante dans une campagne.

Visite d’un autre monde

Un autre point commun entre la Divine comédie et les jeux de rôle fantastique est le thème de la visite d’un autre monde (visitation theme) qui a été décrit par Jon Peterson comme un trope littéraire qui a précédé et préparé l’apparition des jeux de rôle sur table dans Playing at the World. Ce sont des voyages d’évasion et de transformation personnelle. Le protagoniste fait face principalement à l’émotion de peur et la surmonte avant de retourner dans son monde d’origine :

The formula is a simple one: plausible contemporary persons undertake a journey to an undiscovered, fantastic realm, where after some adventures they return to their place of origin.

Exemples : Alice in Wonderland, The Wonderful Wizard of Oz, The Lion, the Witch, and the Wardrobe, A Connecticut Yankee at King Arthur’s Court.

« – Seulement des kobolds ?
– Seulement des kobolds. »
[Gustave Doré, planche n°7, “L’Enfer” de Dante, 1857, CC0]

 

Selon Edgar Dubourg, La Divine Comédie est l’une des premières fiction qui accorde une place importante au monde imaginaire. En effet, sa description est indépendante des besoins de l’intrigue et elle explore en détail des aspects précis et structurels qui vont au-delà de l’histoire. « D’ailleurs, durant le XVème siècle, un architecte du nom d’Antionio Maneti a créé une carte à partir de ce texte. Cette première carte imaginaire a lancé un débat très original pour l’époque : de 1450 à 1600, les intellectuels italiens l’ont débattu tout en essayant de l’améliorer à partir des écrits originaux, ce qui est l’un des premiers signes, dans l’histoire de la réception littéraire, d’un intérêt prononcé pour un monde imaginaire en lui-même ». [ajout 29 sept.]

Réenchantement du quotidien

Outre ce thème de la visite, Dante incorpore dans son voyage des personnes issues de sa culture humaniste (Virgile, Homère, etc.) ou de sa vie quotidienne (hommes politiques, religieux, etc.).

Cette démarche de sublimation d’émotions (colère ou amertume face à l’injustice ou la corruption, tristesse ou nostalgie de l’amour perdue) en les incorporant dans une fiction peut être proche de la démarche créative de joueurs et de maîtres de jeu. Les auteurs de fanfiction (une sous-culture proche du jeu de rôle sur table) ont aussi parfois une démarche semblable.

Économie du salut et ludification

Dans les lieux visités par Dante, les pécheurs sont punis proportionnellement aux fautes commises. Du Purgatoire au Paradis, il y a une progression par épreuves et par niveaux, avec lieux-clés et récompenses. Par exemple, au Purgatoire, Dante se voit inscrit sur le front 7 fois la lettre P (un pour chacun des péchés), à chaque étape d’élevation un P lui est effacé par un ange.

Cette modélisation scénarisée et simple d’action-conséquence correspond bien aux modèles de ludification (gamification) des jeux ludiques et des jeux sérieux. Le salut y est une démarche personnelle et collaborative, progressive, négociée, pédagogique, mesurable/ quantifiable et autotélique. Comme le jeu [de rôle sur table].

Avec D&D, il est intéressant de noter un changement théologique dans la signification des Enfers. Dans Dante et la théologie chrétienne, le diable est un ange qui refuse l’alliance avec Dieu, se détourne de lui, le trahit, le quitte pour demeurer seul. Dans D&D, Asmodée est un ange qui a dupé les dieux en leur faisant signer un contrat contenant des clauses cachées à son avantage (cf. Naetherion « Les Neufs Enfers »). D’une théologie de l’obéissance, on passe à une théologie du contrat. Le contrat est sans doute une valeur plus parlante dans le monde de l’édition.

Symbolisme

Le monde magique, accessible et décryptable, renvoie aussi à de nombreux thèmes de l’urban fantasy. Parfois une interprétation symbolique pertinente donne accès, ou aide à la compréhension ou à la maîtrise du monde magique ou du monde réel. Dans une sorte de démarche gnostique, certains jeux de rôle comme Nephilim ou Kult ont utilisé ce thème du symbolisme décrypté pour acquérir des connaissances qui donnent plus de pouvoir aux personnages. Il en va de même dans la Divine comédie où la compréhension ou l’anticipation des mécanismes du salut permet de choisir ensuite une vie bonne.

Dans Nephilim (3e édition, Manuel des joueurs, p. 102, 2001), Dante serait un Rose-Croix au côté de Paracelse, Agrippa, Descartes ou Goethe. Inferno (2003), un supplément de Kult 3e édition, cite et reprend légèrement les éléments de Dante. Dans Tenebrae (2013), l’Enfer de Dante est évoqué brièvement dans les secrets de l’univers de jeu permettant de jouer des paladins pendant la guerre de 30 ans. Dans Mélencholia (2020), un scénario pour Mantra – Oniropunk, les joueurs doivent parcourir les enfers pour rassembler neufs fragments.

Quelques jeux propose un cheminement de personnage-joueur proche de l’arc narratif de la découverte du salut de Dante :

  • L’ascension divine dans D&D Immortal rules.
  • L’éveil dans Kult.
  • La quête de l’Ascension dans Mage.
  • L’illumination spirituelle de l’Agartha dans Nephilim.

Dans les jeux cyberpunk

Dans quelques jeux de type cyberpunk ou post-apocalyptique, Dante est évoqué comme un clin d’œil.

Dans Shadowrun, Dante’s Inferno est une immense boîte de nuit iconique de Seattle, la ville centrale de l’univers de jeu. Il contient 9 étages avec de nombreux hologrammes simulant des flammes. On y entre par le toit en passant devant Charon, le videur, et on descend les étages. À chaque étage, à l’accès filtré, correspond un péché. L’étage le plus bas s’appelle Hell.

Dans le Monde du progrès, l’univers de jeu de SLA Industries, Dante est une planète de type « monde de guerre », en conflit perpétuel, où l’espérance de vie moyenne d’un soldat fraîchement débarqué ne dépasse pas quelques minutes. Les rares survivants qui en reviennent sont des vétérans de guerre fous qui hantent la ville de Mort City. Dans Mort City, on retrouve aussi une boîte de nuit immense et multi-étagée : The Pit.

At the entrance (“Deth’s Door”, after the Shaktar that runs gate security for The Pit) the words “Lasieate ogin sperenga voi ch’entrate” are written, which is Killian for “Abandon hope, all ye who enter here.”
SLA Industries: Mort Sourcebook (1995).

Dans Mage: the Ascension, le personnage sur la carte de tarot de la couverture (1ère éd.) est un Adepte du virtuel qui s’appelle Dante, un PNJ important du jeu. Dans le jeu post-apocalyptique Stygmata, les Anges de Dante sont des « motards convaincus que [l’Europe d’]Eden est un enfer à dominer. »

Dans beaucoup de jeux cyberpunk, certaines épreuves dans la matrice (monde parallèle informatique) peuvent être comparées au parcours infernal dantesque.

Dante, auteur de jeu de rôle ?

Dans Wraith : The Oblivion, Dante est l’auteur apocryphe (fictif) de l’Historia Popularis Stygiae (“Une histoire populaire de Stygie”). Il s’agit d’une section du jeu de rôle de base décrivant l’histoire du monde des ombres (2e édition, p. 59-75) :

(…) Here I cannot be silent, Readers. Hear me swear to you, as you go through this world, do not forget hope. Feed it, nourish it, conjoin with one another and encourage it, make it a powerful, lively thing. Do not forget the words of Charon, or the Lady of Fate, who have promised for us the path to eternal peace. I charge thee all, be faithful to the great goal, and there shall we all find Transcendence.
By Charon’s Oar,
Dante Aligheri

Une citation épigraphique non-apocryphe (donc vraie) de Dante est aussi présente à la page 236 :

« Trasumanar significar per verba non si poria. »
– Dante, Paradiso, Chant I. 70–71
Traduction : S’élever au-dessus de l’humain ne peut se décrire par des mots. NB: trasumanar est un mot inventé par Dante.

Citations de Dante

Que l’Inferno de Dante soit utilisé directement ou indirectement, Dante est assez souvent cité dans les jeux de rôle sur table. C’est dans les jeux du Monde des Ténèbres (World of Darkness) de White Wolf que l’on retrouve le plus de citations directes, de mentions dans le texte, dans la bibliographie, voire de textes apocryphes.

Jeu Liste bibliographique Citation épigraphique Mention dans le texte
Players Handbook. AD&D (1978) 0 0 0
Inferno (1980) 0 0 1
Dragon Magazine no. 35 (1980) 0 0 1
Dragon Magazine no. 75 (1983)
1 0 0
To Hell and Back (1993)
     
Abyss (1997)      
The Book of Madness (1994) pour Mage The Ascension 1e éd. 1    
Wraith : The Oblivion 1e éd. (1994)
1   1
Wraith : Player’s guide (1995)
0   1
Wraith : The Oblivion 2e éd. (1996)
0 1 p. 59-75
Mage: The Sorcerer’s Crusade (1998)
0 2.5  
Nephilim, Manuel des joueurs (3e éd. 2001)
0
0
1
Inferno, pour Kult 3e éd. fr. (2003) 0
0
p. 6-11
Casus Belli magazine (3e éd. no.3)
0
0
1
Tenebrae (2013)
     
Mélencholia (2020)
     
Inferno: Dante’s Guide to Hell (2021)
     

Même sans ces liens de citation explicite, il est raisonnable de penser à une influence de la Divine comédie sur de nombreux jeux de rôle sur table. Les motifs esthétiques de l’Enfer, la progression de la quête et l’organisation ordonnée des plans en seraient les principales manifestations.

____________________

Rédigé grâce à des recherches sur Le Guide du Rôliste Galactique, Wikipédia, DragonDex (index du magazine Dragon) et RPGGeek. Parcourir la Comédie avec Dante (fr, en, it).

Merci de partager en commentaires vos références ou réflexions sur Dante dans les jeux de rôle sur table!

La feuille de personnage du jeune chercheur : une activité pédagogique ludifiée pour améliorer l’engagement

Lundi 17 mai 2021, je présente la feuille de personnage du jeune chercheur dans la journée d’étude « Donjons & Labo : les lieux du jeu » , organisée par l’Université de Grenoble Alpes, UMR en Littérature & Arts du spectacle de la région grenobloise. Merci aux organisatrices pour leur invitation : Marielle Devlaeminck, Audrey Dominguez et Hélène Godin.

J’y présente comment cet élément de game design issu des jeux de rôle sur table permet d’améliorer l’engagement des étudiants dans un cycle d’activités d’apprentissage.

Suivre le blogue de recherche Donjons & Labo et la journée d’étude en libre accès à tous : https://donjonsxlabo.hypotheses.org/

Télécharger la présentation et les références bibliographiques à : http://hdl.handle.net/1866/25029

Télécharger la feuille de personnage et les explications de l’activité (CC-BY) : https://github.com/pmartinolli/TM_SchoCharSheet (la version anglaise est traduite par Jennifer AW. Stubbs).

Captation audio de la dernière journée Donjons & Labo, réalisée Laurène PFAJFER.

Transcrire automatiquement vos enregistrements audio en texte avec Kdenlive

Un billet technique pour facilement transformer vos fichiers audio et vidéo en transcription textuelle : enregistrements de parties, entretiens, podcasts, etc. Il est possible de les passer à la moulinette et d’obtenir automatiquement un fichier texte de qualité raisonnable. Le logiciel gratuit Kdenlive, appuyé par des packages et des programmes tiers, va servir d’outil central pour ce processus.

Installations préalables

  • Installer Python.
    • Installer PIP (installateur de packages Python). *
      (* : je ne rentre pas dans les détails, cela peut beaucoup varier selon votre ordinateur et la version de Python que vous avez. Ici vous avez une méthode possible)
      • Installer le package vosk *
      • Installer le package srt *
  • Télécharger un fichier de reconnaissance de langue.
    • Par exemple : Le modèle French : vosk-model-fr-0.6-linto-2.2.0 qui se trouve sur cette page https://alphacephei.com/vosk/models
    • Ne pas dézipper et placer dans un répertoire durable de vos documents sur votre ordinateur.
  • Installer Kdenlive.

Paramétrages de Kdenlive

  • Configuration > Configurer Kdenlive > + > sélectionner le fichier zip du modèle de langue.
  • Affichage > Activer ou cocher les panneaux de :
    • Moniteur du projet
    • Montage
    • Sources du projet
    • Sous-titres
  • Redémarrer votre ordinateur.

Processus de transcription

  • Lancer Python avec Windows > Exécuter : Python
  • Lancer Kdenlive
  • Dans le panneau Sources du projet, importer un fichier mp3 ou autre.
  • Glisser-déposer le fichier mp3 dans le panneau de Montage en bas du logiciel. Caler le fichier mp3 à gauche.
  • Se placer au début du fichier mp3. Dans le panneau Moniteur du projet, cliquer sur l’icône Définir le début de la zone.
  • Se placer à la fin du fichier mp3. Cliquer sur l’icône Définir la fin de la zone.
  • Dans le panneau de Montage, repérer l’icône Modifier l’outil de sous-titres. Cliquer dessus, cela fait apparaître la piste des sous-titres.
  • Au début de la piste de sous-titres, cliquer sure la baguette magique Speech Recognition.
  • Un panneau avec le modèle de langue sélectionné et Timeline Zone (all…) devrait s’afficher. Cliquer sur Process.
  • Attendre.
  • Les fichiers de sous-titres sont produits.
  • Projet > Sous-titres > Exporter un fichier de sous-titres. Créer un fichier .srt de sous-titres.
  • Utiliser un logiciel ou un service en ligne pour transformer le fichier .srt (avec time code) en un fichier texte simple- (sans time code). Exemple.
Cliquer pour agrandir et repérer où sont les icônes

Résultats

 TypeDurée du fichier de sonTemps de traitementQualité de la transcription
« Les idées claires »podcast pro9 min.1 min. 40 s.8/10
« La méthode scientifique »podcast pro59 min.20 min.7/10
« Radio Rôliste » no. 111podcast amateur1h 33 min.26 min.6/10
« Par-delà les montagnes hallucinées » no.1actual play amateur2h 18 min.35 min.6/10
et vous ?   Télécharger les 4 résultats
Il semble que beaucoup d’interruptions mutuelles de personnes enregistrées peuvent causer de la confusion dans la retranscription. Les longs monologues passent bien.
La qualité sonore de l’enregistrement ne semble pas jouer beaucoup.

Et ensuite ?

Il est très possible que les modèles de langue s’améliorent à l’avenir, rendant la transcription de meilleure qualité.

Si vous connaissez une manière de faire des traitements en lot, merci de les partager car cela peut être un besoin des étudiants en SHS. En tout cas, je pense que cette méthode va sauver beaucoup de temps et de labeur aux étudiants qui ont besoin de faire des transcriptions.

Si vous voulez faire du textmining sur 159 parties de jeux de rôle (en anglais), je vous conseille de télécharger les transcriptions (bien propre car toutes corrigées à la main) de Critical Role à https://github.com/RevanthRameshkumar/CRD3 au format json.

Blackmoor : 50 ans pour reconnaître la naissance du jdr

Aujourd’hui, nous fêtons le 50e anniversaire de la première partie de Blackmoor, le 17 avril 1971, dirigée par Dave Arneson dans son sous-sol de Saint Paul, Minnesota.

Invitation à la 1ère partie de jdr dans Corner of the Table Top (1971)
Tous droits réservés à Secrets of Blackmoor. Copyright Secrets of Blackmoor.

Dans le documentaire Secrets of Blackmoor, il est bien expliqué comment la création de ce nouveau type de gameplay a émergé de l’expérience des wargame avec figurine et des tables de Braunstein de David Wesely. Avec une approche histoire et anthropologie culturelle, les documentaristes nous montrent bien le processus Copie + Transformation + Combinaison à l’œuvre dans la démarche d’innovation de Dave Arneson et ses amis depuis les années 60. On y découvre aussi une manière de jouer très freeform et centrée sur les joueurs. Une démarche de jeu qui est revenu à la mode avec le mouvement FKR (Free Kriegsspiel Renaissance). Le billet de blogue d’aujourd’hui de Secrets of Blackmoor témoigne de l’innovation radicale du gameplay, avant même sa marchandisation avec D&D.

Pour l’occasion, j’ai un peu complété l’identifiant Wikidata de Blackmoor et j’ai remonté la liste des inspirations jusqu’au Koenigspiel allemand. Il est possible de naviguer l’arbre des inspirations avec l’outil Entitree : https://www.entitree.com/en/inspired_by/Blackmoor_(campaign_setting)?Q106370103=d&Q22906898=d&Q85803680=d

Entitree, ici basé sur la propriété Inspired by

J’avais pas mal travaillé sur les pages Wikipédia de Dave Arneson en français et en anglais ces vacances de Noël. C’était un peu en friche. C’est dommage qu’il n’y ait pas une meilleure connaissance de la naissance du hobby car il y a des choses à en tirer pour l’amélioration de l’expérience de jeu aujourd’hui. Jon Peterson, historien des jdr, s’était désolé que l’histoire du hobby s’était constituée trop tard et que l’on avait perdu énormément de sources (les deux principales étant Dave Arneson et Gary Gygax eux-mêmes).

C’est aussi pour cela que la reconnaissance de la transmission culturelle par la citation est importante : pour nous faire comprendre de manière durable par où la sève est passée, où elle a bloqué et où elle a porté des fruits. Cela peut être la garantie pas de créer de meilleurs jeux ou d’avoir de meilleures expériences de jeu. C’est un peu ce que j’essaye de faire avec le projet On the Shoulders of Cloud Giants.

Castle Blackmoor, dessiné par Dave Arneson.
Source: Jon Peterson

Ce sujet sera abordé dans le livre à paraître en octobre de cette année : Peterson, Jon. 2021. Game Wizards. The Epic Battle for Dungeons & Dragons. MIT Press. https://mitpress.mit.edu/books/game-wizards.

Il a été abordé (mais de manière insatisfaisante selon moi) dans le livre : Kuntz, Robert J. 2017. Dave Arneson’s True Genius. TLS1001. Scottsdale, AZ: Three Line Studio. https://www.threelinestudio.com/store/dave-arneson-s-true-genius/. On attend toujours la sortie d’un livre plus ambitieux du même auteur.

Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (2/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. Ce billet fait suite à un premier billet publié l’an dernier.

Quelques ajustements de méthode

Codage des variables

Le codage des variables a été compilé dans un fichier CSV déposé dans le projet OtSoCG sur GitHub. Le fichier est mis à jour au fur et à mesure. Les scripts R vont récupérer les données de ce fichier.

J’ai changé la manière de coder les variables. Par exemple, pour le type d’épigraphe, au lieu de tout mettre les types ensemble dans une même colonne (ex: lahr) je les ai mis chacun dans une colonne séparée (ex: colonne l, colonne a, colonne h, etc.). En cela, je suis les conseils de notre bibliothécaire des données numériques qui a relayé les principes de Tidy data de Hadley Wickham.

Principes de Tidy data de Hadley Wickham

Note : il faudrait que j’apprenne à utiliser des Jupyter notebook pour constituer des dictionnaires de code des variables (nom, format, sélection, etc.).

Noms des variables

  • qid : identifiant Wikidata du jeu générique ou de l’édition précise parfois (ex: Q5457)
  • edition : label du nom de l’édition (ex: 2nd, 2nd revised, etc.)
  • series_ordinal : rang de l’édition en nombre entier
  • label : nom du jeu (nom générique de la gamme, ou de la ligne de jeu). Rassembler les jeux le plus possible pour pouvoir faire des séries longitudinales.
  • date : date de publication
  • nb_forged : nombre total d’épigraphes inventés par le jeu pour le cadre intra-diégétique du monde
  • nb_work : nombre total d’épigraphes tirés d’œuvres pré-existantes au jeu (ie. le jeu contient au moins un) :
    • academic (codé a) : essai, ouvrage d’histoire, article, etc.
    • literature (l) : roman, nouvelle, poésie, etc.
    • historical (h) : citation de personnage historique
    • music (m): parole de chanson
    • religious (r) : issu de textes sacrés, religieux ou spirituels
    • game (g) : jeu (de société, de plateau, de carte, grandeur nature, etc.) ou parole de game designers
    • unknown (u) : je n’ai pas trouvé le type
    • bd (b) : bande dessinée, comic, manga, manwa, etc.
    • cinema (c) : film ou série tv
    • videogame (v) : jeu vidéo
    • franchise (f) : œuvre littéraire ou autre, précédent le jeu et dont le jeu est issu de la franchise ou qui est une inspiration explicite directe.
  • confusing_mix (x) : si les épigraphes inventés par les concepteurs du jeu et ceux tirés d’œuvres existantes se mélangent et créent une confusion fictif-réel.
  • notes (non codé) : notes diverses

Exclusions

Ont été exclus de la recension:

        • Les textes épigraphiques issus des scénarios (souvent des props : articles de presse, lettres etc.).
    • Les épigraphes attribués à une classe de personnage pour illustrer cette classe.
    • Les épigraphes sans source.

Premiers résultats

Quelques remarques pendant ce travail de recension.

Mise en page des épigraphes

Dans les jeux de rôle, la plupart des épigraphes ont une mise en forme semblable :

  • Section : Souvent dans la partie « fluff » du livre de jeu. Plus rarement dans la partie règle. Presque jamais parmi les listes d’éléments dans les règles (listes de sorts, listes d’équipement, listes de compétences).
  • Positionnement : En tête de chapitre, sous le titre du chapitre; ou en tête de paragraphe, sous le titre du paragraphe. Plus rarement, dans un encart encadré.
  • Structure : Texte de l’épigraphe, suivi de la source.
  • Paragraphe : Retrait à droite, ou à gauche ou les deux.
  • Police : Légèrement différente du texte régulier de tout le jeu (ex: en italique, ou dans une police différente, ou de taille plus réduite ou plus grande).
  • Mise en forme de la source : Auteur, suivi du nom de l’œuvre. Souvent précédé par un tiret cadratin. Exemple :
Zantabulous Zorcerer of Zo (2006), p. 5

Citations apocryphes

Dans mes formations, je mets souvent en garde mes étudiants contre les citations apocryphes (fausses citations) pour qu’ils ne fassent pas l’erreur d’en insérer dans leurs travaux. En effet, c’est une perte de crédit immédiate puisque cela prouve que l’étudiant n’a pas vérifié que l’auteur de la citation a vraiment dit une chose et dans quel document.

Quelle a été ma surprise de voir une (probable) fausse citation de Einstein dans Faery’s Tales Deluxe (p. 1) et dans Zantabulous Zorcerer of Zo (p. 89) !

Un bibliothécaire de la Library of Congress a fait une enquête sur cette fausse citation.

Épigraphes graphiques

Parfois, je suis tombé sur des citations de cases de bandes dessinées (Prince Valiant, Les Quatres de Baker Street), ou des gravures sous-titrées (Baron Munchausen).

Source : Prince Valiant : The Story-Telling Game (1989)

Données quantitatives

Le code R pour produire les résultats ci-dessous se trouve ici : https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/R/OtSoCG_epigraphs.R

Il peut être aussi être exécuté en ligne à partir de cette page (où j’ai reporté la plupart des scripts : https://colab.research.google.com/drive/1gb9XBBNy3qniJ-aRlq1r_LtAue0wBNxy

Épigraphes inventés intra-diégétiques

Certains jeux font un usage abondant de citations épigraphiques inventées par les concepteurs du jeu. Le but est principalement d’augmenter l’immersion dans l’univers du jeu en apportant une touche de vraisemblance. En effet, ce sont des épigraphes intra-diégétiques donnant la parole à des personnages non-joueurs.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes
inventés
Nobilis1st. ed.373
EarthdawnClassic242
Earthdawn3rd ed.111
Rogue Trader99
ChampionsThe New Millenium92
Corporation92
Cyberpunk202084
SLA Industries1.1 (2000)73
SLA Industries1st ed. (1993)73
Nephilim20e anniversaire64
Top 10 des jeux avec le plus d’épigraphes inventés

Confusion entre œuvres réelles et fictives

Edgar Alan Poe et H.P. Lovecraft aimaient mélanger des œuvres fictives (ex: le Necronomicon) avec des œuvres réelles (Harnušek 2013). Sans doute pour produire un effet de vraisemblance des œuvres fictives, troubler le lecteur, jouer avec lui et le mettre dans un état de confusion.

Certains jeux inventent des livres fictifs et les mélanges à des livres existants. Par exemple Call of Cthulhu reprend ce que faisait Lovecraft en listant des livres du Mythos avec des livres occultes existants. Ou bien Baron Munchausen 3rd ed. mentionne une douzaine de titres de faux-livres en faisant un astucieux mélange d’humour et d’érudition geek.

Cependant l’essentiel de ce procédé littéraire est repris dans les épigraphes. En effet, j’ai repéré 21 épigraphes d’œuvres inventées mélangés avec des épigraphes d’œuvres existantes, ou bien des citations pseudo-historiques de personnages historiques ayant existé à côté de citations réelles d’autres personnages historiques. La plupart de ces jeux peuvent être classés dans la catégorie de genre urban fantasy ou horreur contemporaine.

Source : Godlike: Superhero Roleplaying in a World on Fire, 1936-1946 (2001)
JeuxÉdition
Achtung Cthulhu!
Armageddon: The End Times2nd ed.
Bitume10e anniversaire
Changeling: The Dreaming1st ed.
Corporation
Cypher System
Fanhunter, el juego de rol épicodecadente
Godlike
In Nomine Satanis – Magna Veritas1ere éd.
In Nomine Satanis – Magna Veritas4e éd.
Nephilim3e éd.
Nephilim20e anniv. (4e)
NephilimEnglish
Orpheus
Over the Edge2nd ed.
Retrofuture
Sorcerer
Space Master2nd ed.
The Laundry
Werewolf: The Apocalypse2nd ed.
Z-Corps
Liste des 21 jeux mélangeants des épigraphes réels à des épigraphes fictifs inventés

Épigraphes d’œuvres existantes

Parmi les œuvres existantes, les types d’épigraphes les plus représentés (en général, voir note ci-dessous) sont :

Types d’épigrapheNombre de fois représentées
literature125
academic69
historical58
franchise44
religious39
music38
cinema31
confusing mix21
bd, comic, manga20
game17
unknown10
videogame1
Je n’ai pas indiqué le % proportionnel de chaque type car il peut y avoir plusieurs types pour un même jeu.

Note : Je n’ai pas compté le nombre de chaque type d’épigraphes. Je pense que c’est une erreur car j’aurai pu avoir un codage plus fin et plus pertinent. Je ne l’ai pas fait en croyant que je me gagnerai du temps mais, in fine, je ne pense pas que cela m’aurait créé plus de travail.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes d’œuvres existantes
Buffy the Vampire Slayer Roleplaying Game410
SengokuRevised ed.310
The Lord of the Rings Roleplaying Game273
Arcana Mvndi125
Mage: The Ascension1st ed.112
Vampire: The Masquerade1st ed.93
A Game of Thrones92
The Dying Earth Roleplaying Game91
Miles Christi90
The One Ring Roleplaying GameAdventurer’s book90
Top 10 des jeux qui citent le plus d’œuvres existantes

Futures pistes de recherche

  • Recenser d’autres jeux.
  • Recenser les pratiques de citations dans les bibliographies, les listes d’inspiration, les conseils de lecture, les références historiques, etc.
    • Comparer si les jeux avec une bibliographie sont aussi des jeux avec épigraphes. Corrélations ?
  • Constituer une liste de jeux notables avec un système de pondération pour donner une valeur aux données issues de chaque jeu. Par exemple, Vampire: The Masquerade n’a pas eu le même poids dans la culture du jeu de rôle que La méthode du Dr. Chestel. Établir des critères objectifs : nombre d’éditions, nombre de traductions, nombre de citations par d’autres jeux, existence d’une page Wikipédia, etc.
    En effet, je me suis rendu compte que présenter des données sans ce type de pondération avait moins de pertinence et moins de valeur car on peut moins généraliser.
    • Une fois la liste des jeux avec indice de notabilité constituée, dessiner un graphe avec le nombre d’épigraphes par années pour voir s’il y des tendances.

Mais pourquoi tout ça ?

  • Les jeux de rôle sur table et les citations me permettent de faire de la science amateur.
  • Cela permet de produire des connaissances modestes sur les jeux de rôle sur table, un domaine de niche mais que j’ai à coeur depuis l’école primaire.
  • Cela me permet d’exercer des méthodes pour ensuite être plus proche cognitivement et émotionnellement des étudiants et des chercheurs que j’accompagne.
  • Dans la démarche scientifique, il y a un aspect important : une douloureuse et irrationnelle obsession (painful irrational obession). On ne peut pas faire l’économie d’une collecte des données éreintante et coûteuse en persévérance. Un peu comme les scientifiques qui comptent les oiseaux sur des îles sans plage. Je pense que la science ne peut se passer de cette dimension fastidieuse. Savoir ça c’est bien, mais le pratiquer met bien les choses en perspective.
  • Je pense qu’en étudiant un sujet à fond, quel qu’il soit (alors autant que ce soit un hobby passionnant), on accroit sa culture générale. De plus, en étudiant ce sujet à fond, cela nous oblige à aller découvrir des méthodes et des bonnes pratiques (que l’on peut ensuite appliquer ailleurs).

Références

rdrr.io : Incorporer du code R dans une page web

Harnušek, Ondřej. « Lovecraft and Poe: Masters of the Macabre of Providence ». B.A. English Language and Literature, Masaryk University, 2013. https://is.muni.cz/th/361731/ff_b/Lovecraft_and_Poe_Masters_of_the_Macabre_of_Providence.pdf

Rothman, Joshua. « How Does Science Really Work? » The New Yorker, https://www.newyorker.com/magazine/2020/10/05/how-does-science-really-work. Consulté le 15 avril 2021.

Szalai, Jennifer. « Modern Science Didn’t Appear Until the 17th Century. What Took So Long? » The New York Times, 7 octobre 2020. NYTimes.com, https://www.nytimes.com/2020/10/07/books/review-knowledge-machine-irrationality-created-modern-science-michael-strevens.html.

Mises en demeure et pratiques de citation dans l’industrie des jeux de rôle sur table

Les lettres de mises en demeure (cease & desist letters ou cease-and-desist order) sont un élément important dans la pratique et dans la culture de la propriété intellectuelle de l’industrie des jeux de rôle sur table. Je vais montrer comment ces actions judiciaires ont eu un impact négatif sur les pratiques de citation et comment elles ont longtemps freiné les dédicaces, les hommages, les attributions et les reconnaissances explicites dans les œuvres.

Définition

Une lettre de mise en demeure (cease & desist letters) a pour but d’interpeller précisément, explicitement et formellement une personne ou une organisation à propos d’un conflit. Elle peut être rédigée par n’importe qui (par un cabinet d’avocat elle a juste un peu plus de crédit et potentiellement plus de précision légale). Elle contient aussi souvent une manière de résoudre ce conflit, habituellement cesser une activité (cease) et s’engager à ne pas l’entreprendre à nouveau (desist).

Zachary C. Strebeck, avocat spécialisé en droit d’auteur des jeux, estime qu’aux États-Unis un envoi de lettre de C&D par un avocat coûte entre 300$ et 1000$ (pour 1 à 2 h de travail) en 2018. Il nuance en disant que cela peut varier beaucoup selon les cabinets d’avocat (8).

C&D et D&D

Dungeons & Dragons a été le premier jeu de rôle publié, et les C&D de TSR (surnommé «T$R» ou «They Sue Regularly») ont été les premiers à marquer la communauté du jeu de rôle. De plus, TSR et WotC étant les principaux acteurs du secteur du jeu de rôle, leurs pratiques ont eu une influence significative. Plus tard, l’introduction de l’Open Game License par WotC a été un moment marquant pour la propriété intellectuelle et une sorte d’inversion de la logique des C&D.

Tactical Studies Rules (1973-1975)

TSR reçoit un C&D en 1974, de la fondation E.R. Burrough Estate pour Warriors of Mars (15).

TSR envoie un C&D en 1975 contre Robert Ruppert, qui vendait des feuilles de personnages estampillées “Dungeons & Dragons Character Sheet” pour 2 cents (3, p.108).

TSR Hobbies, Inc. (1975-1983)

Avec Tunnels & Trolls

Dans la première édition de Tunnels & Trolls (1975), publié par Flying Buffalo, son auteur Ken St-André mentionne Dungeons & Dragons dans sa découverte du jeu de rôle.

Tunnels & Trolls 1st ed. (p. 4)
Tunnels & Trolls 1st ed., p. 4.

TSR envoie un C&D vers 1975 ou 1976 contre la compagnie Flying Buffalo et le magazine Metagaming Concepts pour leurs publicités et leurs critiques de Tunnels & Trolls où ce dernier est qualifié étant un jeu « comme D&D ».

« The lawyers claimed that even using the words “Dungeons & Dragons” to help describe Tunnels & Trolls infringed on TSR’s rights. Flying Buffalo deleted any such comparisons from future advertisements. » (3, p.108)

Sans surprise, la référence à D&D disparaît dans les éditions suivantes de Tunnels & Trolls.

Avec Tolkien

TSR reçoit un C&D en fin 1977, de Saul Zaentz (via sa division Elan Merchandising qui avait acquis les droits dérivés non-littéraires de Tolkien) pour les créatures citées Hobbit, Ent, Balrog, etc. (5, p. 29).

Avec Arduin Grimoire

TSR envoie un C&D entre 1977-1979 contre David Hargrave pour son Arduin Grimoire (4). Dans la préface du premier volume de Arduin Grimoire, David Hargrave est explicite sur le changement de ton et de valeur dans la communauté du jeu de rôle dû à un énorme succès commercial.

Arduin Grimoire, vol. 1. p. 2.

Avec Chaosium

Jeff Pimper et Steve Perrin démarchèrent TSR pour publier un recueil de monstres et ils reçurent une lettre de C&D de TSR en retour (5, p. 250). Finalement, ils publièrent leur fameux All the Worlds’ Monsters avec Chaosium en 1977, quelques mois avant le Monster Manual de TSR. Depuis ce succès, Chaosium devint une maison d’édition de jeu de rôle importante.

En 1978 et en 1979, les auteurs de RuneQuest (Chaosium) ont dédicacé les deux premières éditions de leur jeu à Dave Arneson, Gary Gygax et Ken St-André (discuté dans un billet précédent).

runequest-1st-ed-p1
RuneQuest 1st ed., p. 1.
RuneQuest 2nd ed., p. 1.

La deuxième édition de RuneQuest inclua une page complète de références bibliographiques, parmi elles : AD&D, D&D, mais aussi Tunnels & Trolls et Arduin Grimoire.

runequest2-p111
RuneQuest 2e éd. p.111
 

TSR reçoit un C&D en 1981 de Chaosium pour la section inspirée de H.P. Lovecraft et de Michael Moorcock dans le Deities & Demigods (9 ; 12).

Les dédicaces et la bibliographie disparaissent de RuneQuest à la 3e édition (de Games Workshop en 1984). Une mention à D&D réapparaît dans la 6e édition du jeu (p. 4, 2012). Une bibliographie littéraire réapparaît à l’édition HeroQuest – Roleplaying in Glorantha (p. 266, 2003).

TSR, Inc. (1983-2003)

TSR envoie un C&D en 1992 contre Gary Gygax et son jeu Dangerous Dimensions (DD) avant sa publication, puis Dangerous Journey après publication (1992). (5, p.101)

TSR envoie des C&D en 1993 contre de très nombreux sites FTP ou sites web qui contiennent du matériel pour D&D, même des sites sans élément sous droit d’auteur (2).

« As the Internet exploded onto the public consciousness in the early- to mid-90’s, D&D players naturally brought their chosen hobby online. TSR followed them, issuing dozens of cease and desist orders that shut down fan sites.  The company even tried to prevent D&D fans from discussing the game in chat rooms and on message boards, earning derisive nicknames such as: “They Sue Regularly” (TSR) or “T$R”, to stress the appetence for money of TSR managers. » (11). Cela causa une animosité significative dans les communautés de jeux de rôle sur table (1, p.155).

Entre 1991 et 1994, Shannon Appelcline, historien des produits TSR/WotC (product historian), se souvient d’avoir été très en colère ( « very angry ») quand il a reçu par courriel un C&D de TSR pour un site web qu’il administrait mais qui ne contenait pas spécialement de contenu lié à D&D (16, à 9 min. 30 s.) :

« Most of the people would have had the same reaction, hey we don’t like this [T$R] already and now they send these nasty letters for legal rights they probably don’t have, and they are doing it incorrectly too. (…) After receiving that letter I didn’t touch anything related to TSR until 98-99 or so. (…) It pretty damages my relation with the company as a fan, yes. »

Cette vague de C&D semble avoir été assez massive et a été surnommée « TSR vs. The Internet » (17).

(Ajout 2020-09-06: il semble qu’aux États-Unis dans les années 90 « it was a scary time for IP rights, there was a real concern about losing rights because of the assine way US law forces active defense to retain things. Case law didn’t exist yet to protect rights-holders from fan-work. » (Armorlord).

Wizards of the Coast (1997-maintenant)

2000. WotC introduisit une nouvelle pratique dans la publication des jeux de rôle : l’Open Game License (v.1.0). Cette innovation s’inscrit dans la vague du mouvement des free software licenses et du copyleft. Elle fait aussi un contrepoint aux valeurs et aux dommages faits par les vagues de C&D de TSR.

2008. Un retour arrière de WotC vers une licence plus restrictive (Game System License, GSL).

WotC envoie un C&D en 2010 contre Die Cast Games (6).

WotC envoie un C&D en 2010 contre Masterplan où un fan commente : « It’s almost a badge of fandom. Only the Real Fans of the game get C&D letters – the ones who genuinely care about and love the game so much that they’re willing to invest substantial time and effort into building tools, forums and sites which support it. (…) A friendly email request would doubtless resolve any issues born out of simple ignorance or over-enthusiasm. Using C&D as a first solution is like burning a Daily Power on a Minion – total overkill (…) » .

2016. WotC revient à une licence OGL plus ouverte (v.1.0a).

Autres Cease & Desist

En lançant quelques recherches sur Internet, j’ai repéré ces quelques autres cas. Comme précédemment, il y a un biais de recherche et de sélection, donc ces faits ne sont pas représentatifs.

Le terme Fanwork Ban du wiki TV Tropes regroupe plusieurs cas intéressants.

La compagnie Palladium Books est célèbre dans le monde du jeu de rôle pour ses nombreuses lettres de C&D envoyées à des compagnies ou à des particuliers, spécialement pour ceux qui font des conversions vers d’autres règles de jeu (7 ; 14).

Games Workshop restreint aussi la diffusion de matériel ludique ou de bricolage maison fait des fans.

En 2001, Other Hands Magazine, conçu fait par un fan de MERP, a reçu un C&D de Tolkien Enterprises.

En 2007, le jeu de rôle Exodus, basé sur l’univers de Fallout, reçu un C&D de Bethesda.

2011. La 20th Century Fox envoie un C&D à de jeu de rôle de fans de Firefly.

2015. Le jeu de rôle amateur Mass Effect RPG pour Fate a été supprimé de la compétition des Ennies Awards par un C&D de BioWare/EA.

Date inconnue. C&D reçu par une MJ pour une partie en ligne de Harry Potter, de la part de Warner Bros (source).

Impact sur les pratiques de citation

Dans le mémoire de Colin Stricklin, ce dernier avance que les jeux de rôles sont des produits incomplets qui nécessitent le dialogue entre l’autorité des « hauts auteurs » des jeux (higher order author) et l’autorité des « bas auteurs » (lower order author), ie. des maîtres de jeu. Leur interaction créé une culture de convergence équitable et plus démocratique. Selon lui, les Cease & Desist y seraient naturellement moins fréquents que dans les autres média culturels (10, p. 67). Aucune étude de comparaison a été faite avec d’autres médias. De plus, en voyant cette recension, il semblerait que ce ne soit pas le cas. Enfin, les participants avertis du hobby sont familiers avec la pratique du C&D et ils savent qu’elle n’est pas rare.

Ainsi, on peut raisonnablement avancer que les pratiques de mise en demeure (par Cease & Desist) ont profondément marqué l’industrie du jeux de rôle et les commautés de fans. De plus, elles ont potentiellement influencé négativement les pratiques de citation, de dédicace, d’hommage, d’attribution et de reconnaissance explicite dans les jeux de rôle publiés. Souvent, on pratique la citation pour faire partie d’une communauté. Or, l’effet d’exclusion et de rejet d’une lettre de mise en demeure va à l’encontre de cette volonté d’appartenance ou d’inclusion. 

À l’inverse de cette tendance, j’élaborerai dans un prochain billet comment l’Open Game License dans des jeux de rôle dérivés pousse à la citation systématique.

(Ajout 2021-01-06: J’ai déposé un fichier tabulé des C&D recensé ici https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/data/ceasendesist_data.csv)

(Ajout 2021-04-08 : Une SUPERBE visualisation graphique des mises en demeure de TSR par Shannon Appelcline)

Références

(1) Peterson, Jon (2012). Playing at the World. San Diego, California: Unreason Press.

(2) Brown, Janelle (1997). Disaffected Fans Cheer D&D Buyout. Wired. https://www.wired.com/1997/04/disaffected-fans-cheer-dd-buyout/

(3) Ewalt, David M. (2014) Of Dice and Men: The Story of Dungeons & Dragons and The People Who Play It, Simon and Schuster. p.108.

(4) Hartlage, David (2015, juin 24). Once subversive, the Arduin Grimoire’s influence reaches today’s games [BLog]. DMDavid. https://dmdavid.com/tag/once-subversive-the-arduin-grimoire-reached-into-every-role-playing-game/

(5) Appelcline, Shannon. 2015. Designers & Dragons: The 70s. 2e éd. Silver Spring, MD: Evil Hat Productions.

(6) « Insidious (DCG1 Version) ». s. d. RPGGeek. Consulté le 25 juillet 2020. https://rpggeek.com/rpgitem/79231/insidious.

(7) Ninjafingers. 2010. « Why the Palladium Hate? » RPGnet Forums. https://forum.rpg.net/index.php?threads/why-the-palladium-hate.516154/.

(8) Strebeck, Zachary C. 2018. « How Much Does a Trademark Attorney Cost? [And What Do They Do?] ». Video Game Lawyer | Zachary C. Strebeck | Attorney at Law (blog). 2 octobre 2018. https://strebecklaw.com/trademark-attorney-cost/.

(9) Collins, Daniel R. « James Ward on Deities & Demigods ». Blog. Delta’s D&D Hotspot (blog), 6 mars 2015. https://deltasdnd.blogspot.com/2015/03/james-ward-on-deities-demigods.html.

(10) Stricklin, Colin. 2017. « Off the Rails: Convergence through Tabletop Role-Playing Modules ». M.A. English Literature, Laramie, WY: University of Wyoming. https://search.proquest.com/pqdtglobal/docview/1933767019/abstract/C78AFEE5079444BAPQ/14.

(11) Demil, Benoît, et Xavier Lecocq. 2014. « ‪The Rise and Fall of an Open Business Model‪ ». Revue d’économie industrielle 146 (2): 85‑113. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=REI_146_0085

(12) Hartlage, David. « The True Story of the Cthulhu and Elric Sections Removed from Deities & Demigods ». Blog. DMDavid (blog), 8 janvier 2019. http://dmdavid.com/tag/the-true-story-of-the-cthulhu-and-elric-sections-removed-from-deities-demigods/.

(13) Peterson, Jon. 2013. « Character Sheets in 1975 ». Blog. Playing at the World (blog). 7 juillet 2013. http://playingattheworld.blogspot.com/2013/07/character-sheets-in-1975.html.

(14) Alien Rope Burn. 2004. « The Palladium Megaverse Gigathread ». The Something Awful Forums. https://forums.somethingawful.com/showthread.php?threadid=3547622&pagenumber=1.

(15) Steve Zieser. “Warriors of Mars”, Iron Rationales, August 28, 2010; et James Maliszewski “Retrospective: Warriors of Mars”, Grognardia, March 14, 2012.

(16) « RPG Historian Shannon Appelcline Told to Cease & Desist by TSR ». 2019. Plot Points. https://plotpoints.libsyn.com/rpg-historian-shannon-appelcline-told-to-cease-desist-by-tsr-ep166.

(17) Vassilakos, Jim. 1995. « TSR vs. The Internet ». 1995. http://d7.pipemaze.com/tsr-vs-the-internet/.

Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (1/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. L’idée m’est venu d’un des épisodes de Podcast Science d’il y a quelques années où une intervenante voulait faire une étude des utilisations d’épigraphes dans les articles scientifiques.

Généralités sur les épigraphes

Définition

Un épigraphe est une courte citation, habituellement d’un autre auteur, placée au début d’un texte, un livre ou un chapitre par exemple. C’est généralement un proverbe, un vers, une phrase d’un roman, etc. Cet élément de paratexte peut avoir des buts différents : poser une ambiance, jouer avec le lecteur, etc.

Histoire

Selon Pelish (7) qui s’appuie sur l’expertise de Flesh (8), les épigraphes littéraires sont apparus au XVIIe et ils sont devenus la mode au XVIIIe siècle.

Exemples d’œuvres influentes contenant des épigraphes (1,2,5) :

  • Les plus anciens que mes sources (1-5) ont investiguées remontent aux Canterbury Tales de Chaucer (c.1400).
  • Des épigraphes fictifs se trouvent dans Don Quixote (1605) et dans Gulliver’s Travels de Swift (1726) expliquant que Gulliver existe.
  • En latin : dans De l’esprit des lois de Montesquieu (1748) ou les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand (1848).
  • Pour chaque chapitre dans de nombreux romans gothiques : Le Moine de Lewis (1796), Melmoth de Maturin (1820), les nouvelles de Edgar Allan Poe, etc.
  • Il semble que les romantiques en font une utilisation abondante comparativement à leurs prédécesseurs : comme dans Han d’Islande de Victor Hugo (1823).
  • Moby-Dick de Melville (1851) contient peut être le plus long épigraphe.
  • Mode chic dans les années 20 avec Hemingway ou Fitzgerald.
  • Beaucoup d’auteurs de fantasy les utilisent [projet futur : en faire une recension] : J.R.R. Tolkien, C.S. Lewis, moi, etc.

Graphe de Google ngram comptant les occurrences des termes epigraph* dans le corpus numérisé de Google Books (NB : j’ai tenté de limiter les occurrences comptant le sens archéologique du terme)

Épigraphes et droit d’auteur

[NB: Les informations qui suivent ne constituent pas un avis juridique.]

Même si un épigraphe est un extrait court, cela ne dispense pas la personne qui diffuse un épigraphe issu d’un extrait d’un texte sous copyright de demander une autorisation pour son utilisation. Par exemple, les paroles de chanson ou les vers de poésie, même cités très laconiquement, sont susceptibles de poser problème.

Dans certains cas particuliers, une utilisation équitable peut être invoquée. Par exemple, le sens de l’épigraphe est directement relié au sens du texte qui suit (il n’est donc pas purement décoratif).

Buts

S’ajoutent ensuite des fonctions que je dirai « apéritives », spécifiques à l’épigraphe (2,3,4,5) :

  • Susciter une émotion (mood) chez le lecteur : une humeur, une disposition. Et ainsi donner un aperçu de l’esprit du texte, du ton, de l’ambiance, du genre, du thème, ou d’un changement de ton.
  • Interpeller la capacité d’interprétation du lecteur : amorce, clé de compréhension, commentaire du texte, éclairage nouveau sur un personnage, effet de loupe sur une idée.
  • Créer un espace de « transaction » entre le texte et le monde extérieur au texte, une « zone indéfinie », dans le but d’améliorer la réception du texte (1, p. 1-2).
  • Révéler ou présager un évènement à venir (foreshadowing), ou créer une attente chez le lecteur.
  • Exposer l’univers de manière diégétique et non magistrale pour donner un effet de vraisemblance et d’immersion. Exemple : l’épigraphe du Seigneur des Anneaux
Épigraphe des 3 volumes du Seigneur des Annneaux
Épigraphe des 3 volumes du Seigneur des Anneaux

Mais aussi :

  • Jeu avec le lecteur : épigraphes apocryphes (purement inventés), en contrepoint ou comme distance ironique avec le texte, épigraphes fictifs.
  • Caution intellectuelle ou morale des auteurs cités, ou connexion du texte à un corpus plus large d’œuvres.
  • Procédé d’accumulation baroque d’éléments très hétérogènes pour pousser des valeurs de métissage, de syncrétisme, de dialogue et de mélange des cultures (6).
  • Exposition de l’univers culturel de l’auteur du texte, et disons-le étalage de sa culture ou de son érudition.
  • Impression de mise en abime avec des mini-histoires derrière chaque épigraphe.
  • Rappel au lecteur que l’auteur aussi est un lecteur.
  • Faire joli en variant la mise en page.

Et dans les jeux de rôle sur table ?

Le site TV Tropes a brillamment synthétisé le concept d’épigraphe comme élément d’exposition diégétique avec le terme « Encyclopedia Exposita » (le site détaille aussi le terme Épigraphe, mais il est moins complet). Dans la sous-section Tabletop Games, il recense quelques jeux de rôle qui utilisent les épigraphes comme outils d’exposition sans douleur (painless exposition).

On y trouve (en mai 2020):

  • Une association avec le texte de fluff des cartes Magic: The Gathering.
  • Un commentaire sur les épigraphes très nombreux de Nobilis, épigraphes d’œuvres qui n’existent pas.
  • Une mention que les jeux de White Wolf, les Van Richten’s Guides de TSR, Shadowrun, Paranoia XP, Chuubo’s Marvelous Wish-Granting Engine et la gamme Warhammer 40.000 en font un usage régulier.

À ma connaissance et à ce jour, c’est seule la page web contenant de l’information sur les épigraphes dans les jeux de rôle (à part une discussion de forum portant sur les épigraphes dans les jeux SJG).

Pour aller plus loin

Dans le cadre de mon projet On the Shoulders of Cloud Giants, j’ai décidé d’ajouter une variable Épigraphe pour recenser tous les types d’épigraphes et leur quantité dans un jeu de rôle donné.

Codage de la variable

La variable est codée selon une série de caractères. Par exemple, une valeur peut être hrs ou bien gcab. Il n’y a pas d’ordre dans les lettres

s : several (more than 10) 0 : none (no epigraph) l : literary, written arts a : academic, essay h : historical r : religious p : pseudo-historical f : in fiction / purely diegetic g : game designers m : music c : cinema/tv v : videogame b : bd, manga, comics u : unknown

Script R Studio pour fusionner une variable dans une table locale avec une table de données existante

Le codage Épigraphe se fait à la main dans un fichier csv formaté comme il suit : "","citing","citingLabel","epigraph" "94","http://www.wikidata.org/entity/Q16382652","Athanor","rmlu" Voir le code https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/extractnmerge_epigraph.R

Quelques remarques pendant ce travail de recension

En attendant les résultats complets, voici ce que j’ai remarqué :

  • Dungeon World (25 épigraphes), Nobilis et Sorcerer (19) sont de grands champions du nombre d’épigraphes.
  • Nobilis contient bien des épigraphes complètement fictifs mais quasi-réels. Leur caractère purement diégétique n’est pas évident à premier abord puisqu’ils ressemblent à des épigraphes d’œuvres qui pourraient exister. Cela créé un effet de confusion intéressant.
  • Plusieurs jeux ont exactement six (6) épigraphes.
  • Pendragon explique (p. 6) les trois types de citations épigraphiques incluses dans le livre des règles et leurs significations.

Exemple :

kult-p240
Épigraphe graphiquement mis en évidence dans le texte du livret de base du jeu Kult (v.1 English), p.240. Extrait des paroles de musique de Dead Can Dance.

Et ensuite ?

À suivre pour les résultats de l’analyse : Partie 2

Références

  1. Genette, Gérard, Seuils, Paris, Editions du Seuil, 1987, p. 136-148.
  2. Ahern, Rosemary, éd. The Art of the Epigraph: How Great Books Begin. New York: Atria Books, 2012.
  3. Thiebaut, Guy. « L’effet-épigraphe dans le Facundo de D.F. Sarmiento ». América : Cahiers du CRICCAL, Les Formes brèves de l’expression culturelle en Amérique Latine de 1850 à nos jours : Poésie, Théâtre, Chanson, Chronique, Essai, 18, nᵒ 2 (1997): 547‑57. https://doi.org/10.3406/ameri.1997.1291.
  4. Kieffer, Kristen. « Should You Include an Epigraph in Your Novel? » Well-Storied (blog), 2016.
  5. Shemshurenko, Oksana, Guzel Golikova, et Monika Ševečková. « Poetics of the Psychological Game: The Role of the Epigraph in the Short Stories by E. A. Poe ». Astra Salvensis 1, nᵒ 4 (2017): 95‑101.
  6. Fabrice Parisot, « Espace micro-textuel et création romanesque : réfléxion autour des épigraphes dans El reino de este mundo d’Alejo Carpentier », Cahiers de Narratologie 8, 1997, p. 295-309. https://doi.org/10.4000/narratologie.11623
  7. Pelish, Alyssa. « A Defense of Epigraphs ». 3 Quarks Daily (blog), 11 avril 2011. https://3quarksdaily.com/3quarksdaily/2011/04/a-defense-of-epigraphs.html.
  8. William Flesch

Contribuer en lot à Wikidata avec QuickStatements

Après avoir fait plus de 14 000 modifications à la main dans Wikidata, je me suis enfin penché sur les modifications semi-automatiques de QuickStatements, une API qui permet les modifications en lot. Voici la méthode pour se sauver du temps et de l’ennui avec l’exemple de la propriété P123 Publisher pour les maisons d’édition de jeux de rôle sur table :

Exporter une table csv depuis Wikidata

  1. Lancer une requête SPARQL avec, pour chaque élément, une colonne pour l’identifiant Q Wikidata et une colonne pour le label. Dans l’exemple, item = élément de base Q Wikidata du jeu, itemLabel = nom du jeu, publisher = élément Q de la propriété P123, publisherLabel = nom de la maison d’édition.
SELECT DISTINCT ?item ?itemLabel ?publisher ?publisherLabel WHERE {
  {
    { ?item wdt:P31 wd:Q1643932. } #TTRPG
    UNION
    { ?item wdt:P31 wd:Q2164067. } #System
    UNION
    { ?item wdt:P31 wd:Q71631512. } #supplement
    UNION
    { ?item wdt:P31 wd:Q4418079. } #setting
    UNION
    { ?item wdt:P31 wd:Q4686479. } #adventure, campaign
  }
  SERVICE wikibase:label { bd:serviceParam wikibase:language "en". }
  OPTIONAL { ?item wdt:P123 ?publisher.}
}
ORDER BY (?itemLabel)

Try it!

  1. Enregistrer au format csv.

Éditer le fichier csv

  1. Ouvrir le fichier csv dans LibreOffice Calc (le meilleur éditeur libre de fichier csv).
  2. Modifier les éléments désirés en ajoutant les Label dans la colonne Publisher Label. Bénéficier de la saisie semi-automatique si l’élément existe déjà.
    Si l’élément n’existe pas, le créer dans Wikidata et le rajouter dans la colonne Q ET la colonne Label.
  3. Trier la colonne Label. Copier-coller les Q manquants très visibles dans les trous de la colonne.
  4. Supprimer les colonnes Label.
  5. Sauvegarder les deux colonnes restantes au format csv.
  6. Déboublonner le fichier csv. J’ai testé 3 méthodes, la meilleure est Notepad++ avec l’extention TextFX. Voir annexe.
  7. Sur la première ligne, remplacer item, publisher par qid,P123. Le fichier devrait ressembler à ceci :
qid,P123
Q270118,Q2832284
Q2703461,Q762106
Q27102849,Q28466028
Q2720180,Q1433597
Q2755273,Q1543201

Verser dans Wikidata avec QuickStatements

  1. Aller sur QuickStatements, connectez-vous avec votre identifiant Wikimedia. Nouveau lot > Collez le contenu du fichier csv dans la case puis cliquez sur le bouton Importer les commandes CSV.
  2. Et voilà!

Annexe : comment dédoublonner des fichiers txt, csv,…

Cas: j’ai 1575 lignes à dédoublonner dans un fichiers csv. Trois méthodes sont testées :

A. Dans Calc : Bien.

  1. Sélectionner LES DEUX colonnes > Données > Plus de filtres > Filtre Standard > Nom du champs = “Aucun” + Options = “Sans doublons” > OK.
  2. Copier-coller le résultat dans Notepad++. Remplacer (mode étendu) les \t par des virgules ,

B. Dans Notepad++, par expression régulière : Pas robuste.

  1. Remplacer (mode expression régulière) ^(.*?)$\s+?^(?=.*^\1$) par rien. Cocher .match newlines
  2. Échec : ne fonctionne que pour 300-400 lignes max.

C. Dans Notepad++, avec extension TextFX : Bien.

  1. Installer TextFX : Plugins > Plugin Manager > Show Plugin Manager > Available tab > TextFX > Install
  2. Sélectionner tout. TextFX > TextFX Tools > Activer : +Sort Ascending et +Sort output only…
  3. Puis TextFX > TextFX Tools > Sort lines cases Sensitives (at colums)

Résultats A et C : 901 lignes restantes.

Fouille de texte dans les éditions de D&D (Étape 1 : choisir l’extraction pdf)

Cet essai est un bac à sable pour expérimenter un flux de données et leur traitement en fouille de texte (text mining). Cette première partie compare différentes méthodes pour sortir des données des pdf.

Les fichiers pdf sont extrêmement hétérogènes. Cela va du fichier produit professionnellement et électroniquement au fichier numérisé à la main dans un garage avec plein de bugs dans la structure.

Flux de données

1. Sélection du corpus des données

Seuls les livrets ou la boîte de base de chaque édition de D&D sont sélectionnées.

2. Récolte des différentes éditions en pdf

Cette récolte a été effectuée par des moyens que les lois sur la propriété intellectuelle réprouve. Je brave le risque en me disant que je fais ça dans un but purement académique.

3. Renommage des fichiers

Old Dungeons & Dragons (1974 ed.)
1974-odd-mnm : booklet no.1, Men & Magic
1974-odd-mnt : booklet no.2, Monsters & Treasures
1974-odd-unw : booklet no.3, The Underworld & Wilderness
Adventures
1974-odd-rs : reference sheet

D&D boxed set Holmes ed. (1977)
1977-ddholmes-box

D&D Moldvay ed. (1981)
1981-ddmoldvay-basic : Basic boxed set
1981-ddmoldvay-expert : Expert boxed set

D&D BECMI Mentzer ed. (1983)
1983-ddbecmi-b : Basic boxed set
1983-ddbecmi-e : Expert boxed set
1983-ddbecmi-c : Companion boxed set
1983-ddbecmi-m : Master boxed set
1983-ddbecmi-i : Immortal boxed set

Advanced Dungeons & Dragons (1979)
1979-add1-mm : Monster Manual
1979-add1-phb : Player’s Handbook
1979-add1-dmg : Dungeon Master Guide

Advanced Dungeons & Dragons 2nd (1989)
1989-add2-phb : Player’s Handbook
1989-add2-dmg : Dungeon Master Guide
1989-add2-mm : Monstrous Compendium vol.1

Advanced Dungeons & Dragons 2nd Revised ed. (1995)
1995-add2r-phb : Player’s Handbook
1995-add2r-dmg : Dungeon Master Guide
1995-add2r-mm : Monster Manual

Dungeons & Dragons 3rd ed. (2000)
2000-dd3-phb : Player’s Handbook
2000-dd3-dmg : Dungeon Master Guide
2000-dd3-mm : Monster Manual

Dungeons & Dragons 3.5 ed. (2003)
2003-dd35-phb : Player’s Handbook
2003-dd35-dmg : Dungeon Master Guide
2003-dd35-mm : Monster Manual

Dungeons & Dragons 4th ed. (2008)
2008-dd4-phb : Player’s Handbook
2008-dd4-dmg : Dungeon Master Guide
2008-dd4-mm : Monster Manual

Dungeons & Dragons 5h ed. (2014)
2014-dd5-phb : Player’s Handbook
2014-dd5-dmg : Dungeon Master Guide
2014-dd5-mm : Monster Manual

4. Déplacement de tous les fichiers

Tous les pdfs sont placés dans un dossier \pdfraw à la racine du projet.

5. Préparation des pdf : OCR

Je lance une reconnaissance de caractères (OCR) dans les pdf numérisés qui n’ont pas encore reçu ce traitement. Il y en a peu (2 seulement).

Avec le logiciel Adobe Acrobat 2017 : Passe à 600 dpi. Traitement en lot possible mais la sélection des fichiers à reconnaître doit être faite manuellement.

Dans le logiciel PDF Converter Elite 5, l’OCR se fera toute seule lors de l’exportation (étape 6). Cela va même plus loin puisque ce dernier ignore les OCR effectuées et enregistrées précédemment et il refait les siennes (ça prend un temps fou du coup : 5h).

6. Exportation des PDF aux format TXT et XML.

Quand l’option est disponible, je choisis l’encodage UTF-8.

Avec Adobe Acrobat 2017

  • TXT (brut, plain).
  • TXT (accessible, acessible).
  • XML 1.0 : sans images.

Traitement en lot décevant : 1) automatisation possible via le créateur d’Actions mais beaucoup trop de fenêtres intermittentes stoppant le processus et demandant des clics de validation; 2) quelques erreurs de transcriptions au format txt; 3) le format txt (Accessible) ignore beaucoup contenus de fichiers (0 Ko ou 3 Ko); 4) le format XML 1.0 est mal formé (très dur de le charger dans R) et contient plein d’erreurs.

Avec Calibre 4.13

Traitement en lot décevant aussi (le processus est facile et continu mais l’exportation échoue pour plusieurs PDF). Paramétrage nécessaire pour garder le nom de fichier original.

Avec le package pdftools de R Studio

Globalement bon et rapide, mais il y a des erreurs et je n’arrive pas à identifier où car les logs d’erreurs ne le disent pas (mentions de PDF error: read ICCBased color space profile error et PDF error: not an ICC profile, invalid signature).

Syntaxe du code R pour charger les données :

# install.packages("pdftools")
library(pdftools)

# make a list of all pdf files in pdfraw folder
files <- list.files(path="pdfraw", pattern="*.pdf", full.names=TRUE)

# put all the files into a bigdata variable
bigdata <- lapply(files, pdf_text)

Avec PDF Converter Elite 5

Traitement en lot en continu. Comme mentionné précédemment : le logiciel lance un OCR sur tous les fichiers pdf numérisés, même ceux avec déjà une couche OCR.

Tableau de comparaison des exportations

Acrobat 2017 Calibre 4.13 pdftools PDF Conv. 5
logiciel propriétaire libre libre propriétaire
formats xml 1.0 / txt:plain / txt:acessible txt txt txt
flux du traitement batch interrompu constamment quelques interruptions continu continu
durée du traitement : 33 fichiers, 1Go total 30 min. / 30 min. / 30 min. 14 min. 2 min. 5h
nb mots total du corpus (6 756 pages) en millions 5,07 (c) / 4,68 (a) / 2,54 (a) 3,44 (a) 5,53 (b) 4,69 (a)
fichiers ignorés (ou dont +95% est manquant) 0 / 4 / 33 11 1 6

Méthodes de calcul du nombre de mots du corpus

(a)

Calculé avec le logiciel Notepad++ et son plugin Combine 1.0 (à installer et qui combine tous les fichiers ouverts dans le logiciel dans un nouveau fichier).
Puis avec l’option Affichage (View) > Résumé (Summary) sur le nouveau fichier combiné.

(b)

Calculé en exportant les données de R Studio avec le script suivant :

#install.packages("erer")
library(erer)
write.list(bigdata,"output.txt")

Et ensuite avec l’option Affichage (View) > Résumé (Summary) sur le fichier output.txt (vu le volume j’ai ignoré le mot result mais il aurait pu être enlevé en multiremplacement dans NP++ pour un corpus plus petit, voir plus bas).

Bonus : un script R pour sortir les fichiers txt procédés par pdftools dans un dossier /pdfexports/pdftools :

library(pdftools)
files <- list.files(path="pdfraw", pattern="*.pdf", full.names=TRUE)
nb_files <- length(files)
for(i in 1:nb_files) {
  onefile <- pdf_text(files[i]) #1 
  x <- gsub("pdfraw/","",gsub(".pdf","",files[i])) #2
  write(onefile,file=paste("pdfexports/pdftools/",x, ".txt", sep="")) #3
}
# 1. process (i) pdf file into onefile
# 2. strip the path and the .pdf to keep the core name
# 3. write a txt file in the subdirectory
# How to encode in utf-8?

(c)

J’ai tenté de charger les xml générés par Acrobat dans R Studio et créer un fichier compilé mais il y a beaucoup de messages d’erreur.

library(readr)
files <- list.files(path="pdfexports/acrobat_xml", pattern="*.xml", full.names=TRUE)
bigdata_xml <- lapply(files, read_csv)
# ici on s'aperçoit de plein de messages d'erreur
library(erer)
write.list(bigdata_xml,"output_xml.txt")

Du coup, j’ai combiné tous les fichiers xml comme dans le point (a). Puis, toujours dans NP++, je multiremplace (Ctrl+H) en mode Expressions régulières :
<[^>]*<[^>]*>[^>]*>|<[^>]*> par rien.
Enfin, j’utilise l’option Affichage (View) > Résumé (Summary) pour compter le nombre de mots.

Moralité

  1. Le format pdf est un format atroce pour faire de la fouille de texte.
  2. pdftools de R Studio est rapide, gratuit mais il peut manquer des choses dans des pdf mal formés.
  3. Les exportations xml 1.0 de Acrobat ne sont pas bien formatées, en tout cas pas assez bien pour les charger aisément dans R Studio. Celle en plain txt est meilleure car moins verbeuse. Dans tous les cas, c’est fastidieux de cliquer à la main pour tous les fichiers.
  4. PDF Converter Elite 5 semble faire une exportation correcte et fluide tant qu’on le laisse tourner pendant la nuit.

Prochaine étape

Je vais faire une analyse plus qualitative des exportations en comparant les différents corpus de txt extraits.


Ce billet a été pré-rédigé dans HackMD puis exporté en html. Je le conseille vivement.

Le jeu de rôle comme rituel d’hospitalité et d’invitation (suite)

Ce billet est la suite de Le jeu de rôle comme rituel d’hospitalité et d’invitation (introduction) d’avril 2018. Depuis ce dernier, j’ai donné une conférence sur le thème de la relation d’hospitalité dans les ateliers de formation « De maître-élèves à hôte-invités : revisiter le cadre relationnel des formations en bibliothèque. » (Congrès des professionnels et professionnelles de l’information (CPI), octobre 2019). Cela m’a donné l’occasion d’approfondir ce qu’est la relation d’hospitalité.

Hospitalité

La relation d’hospitalité est un des fondements de la vie sociale. C’est une série de comportements codifiés et universels qui permettent de réduire l’émotion de stress lors de la rencontre avec des personnes étrangères. Elle se joue sur le court terme, a une durée fixe et a lieu une fois.

Tous les participants vont faire comme si ils avaient un statut d’égaux, de pairs. Sauf que l’un des groupe aura le rôle de l’hôte et l’autre aura le rôle d’invité. Ces rôles sont clairement définis, séparés et distincts.

Pour l’hôte, la motivation de recevoir hospitalièrement est de maintenir ou d’augmenter sa réputation. Plus spirituellement, la relation d’hospitalité est un test d’humilité pour l’hôte et pour l’invité. Ce test s’exprime principalement par un test de service pour l’hôte et un test de dépendance volontaire pour l’invité. (Shryock 2012)

Pour l’archéologue Walter Crist, les jeux de société étaient des instruments de lubrification sociale pendant l’âge du bronze. Ils permettaient aux gens qui se connaissaient vaguement de mieux se connaître, de juger de la valeur de l’autre, de répondre à des questions comme « Es-tu assez bon pour faire partie de ma famille ? ou Ai-je assez confiance en toi pour commercer ? » (Crist, 2019). [ajout déc. 2020]

Invitation

Dans la sociabilité contemporaine, les rituels d’invitation ressemblent aux rituels d’hospitalité. Les personnes sont plus familières qu’étrangères. Les invitations peuvent être récurrentes. (Augustin 2018; Burn 2017)

Les bonnes pratiques

Préparation

L’hôte doit préparer quelque chose. Il en va de sa réputation, de sa souveraineté, de sa richesse et de sa générosité. Il doit même en faire un peu trop. L’invité doit accepter au moins de goûter. L’hospitalité étant un test d’humilité, c’est à l’hôte d’adapter son service à ses invités. Quel que soient les statuts des invités, il devrait avoir parlé à au moins chacun d’entre eux une fois.

Applications en jeu de rôle :

Si vous faites du low prep (peu de préparation), n’oubliez pas que c’est sûrement grâce à vos années d’expérience, votre culture que vous offrez; avec votre capacité d’écoute des joueurs. Si vous faites beaucoup de préparation, ne négligez pas l’écoute des joueurs et adaptez votre travail.

Même si tous les joueurs n’ont pas le même appétit d’attention, soyez attentif au coup de projecteur (spotlight) sur chacun et répartissez activement le temps de parole. Si vous êtes dans le laisser-faire, il se peut que vous ayez abandonné votre rôle d’hôte souverain. Que chacun ait l’impression de recevoir une attention équitable (pas forcément égale).

Présentations

L’hôte ne demande pas à son invité qui il est. Il doit d’abord le recevoir, le nourrir et le divertir. Un exemple de mauvais hôte : le géant Polyphème qui, certes mange ses invités, mais aussi qui harcèle Ulysse de la question « Qui es-tu ? ». Question barbare à laquelle Ulysse est bien justifié de mentir en répondant « Je m’appelle personne. » (Potter 2013)

Application pour les jeux de rôle :

Ne pas faire de présentation poussée des personnages dès le début. Laisser jouer d’abord, faire des flashbacks par la suite. Joueurs, ne poussez pas pas tout de suite le contenu de votre background de 10 pages en un bloc. Vous êtes l’invité : tissez-le progressivement avec la partie en cours selon les opportunités servies/ offertes.

Étapes liminaires

À chaque descente ou montée dans les différentes strates de jeu, c’est à l’hôte d’accompagner. Ainsi de la strate sociale vers la strate ludique, c’est à lui de favoriser une entrée progressive dans le jeu, avec des rituels physiques (lumière, local, etc.) ou oraux (phrases clés, rappel de la session passée, etc.). Il clarifie les confusions de rôle, de strate, d’attitude ludique, etc.

Applications :

Un maître de jeu peut inviter chez lui, dans sa campagne avec un genre spécifique, dans tel scénario, dans cette scène jouée à la première personne. C’est l’occasion d’introduire, voire de poser les cadres et les limites propres à chaque strate.

The Top Traits of a Good Dungeon Master: Sly Flourish
The Top Traits of a Good Dungeon Master: Sly Flourish (Shea 2017). La grande majorité des adjectifs sont liés à une personnalité hospitalière.

Souvent, le maître de jeu est l’invité dans la maison d’un des joueurs. Chaque strate a ses propres règles, chaque strate est emboîtée dans une autre (Sniezak 2016). Plus chaque strate est explicite, discutée et partagée, le mieux.

Assurer la sécurité

L’hôte doit garantir la sécurité et protection de ses hôtes. Dans l’ancien temps, il s’agissait principalement de la sécurité physique des invités.

Application :

Sécurité émotionnelle autour de la table. Le maître de jeu veille à ne pas confronter la peur du ridicule («On va se moquer de moi »), la peur de la folie («On va me trouver bizarre ») et la peur de l’obscène («On va me trouver choquant») (qui revient de loin 2019).

« Celui qui subit choisit » (Eugénie 2017).

Le maître de jeu peut animer un débriefing de rétroaction sur la partie après le jeu pour réduire la confusion, hiérarchiser les informations, corriger pour les prochaines fois, écouter ce qui n’a pas été dit ou pas bien entendu durant la partie, etc.

Souveraineté

En tout temps, l’hôte doit être souverain et le rester sans perdre ce rôle. Seul lui peut exclure. Il devrait suivre des règles préétablies (“explicites, officielles, précises, transparentes, auditables, réputées intangibles, et ne laissant aucune place à l’arbitraire”). Les personnes chez qui vous ne voulez jamais être invité ce sont les fées car elles sont connues pour transformer en arme n’importe quel échange social.

« Interactions with faeries in folklore and fiction are one part entertainment to three parts weaponized manners. » (Lauer 2019)

Applications :

« Je ne vous laisserai pas tomber » (Baker & Care Boss 2006). Le maître de jeu est présent et actif pour ses joueurs, quoi qu’il arrive. Il ne disparaît pas de manière impromptue. Il ne délègue pas son rôle d’hôte à un autre joueur (s’il le fait, il a confiance que ce joueur n’abusera pas de ce rôle temporaire).

Le contrat de table est un atout (Coeymans 2019).

Cadeaux

Les invités repartent avec des cadeaux de l’hôte. Ce sont des cadeaux qui créent du lien et qui invitent à la réciprocité. (Dobrin 2013)

Applications :

Des récompenses symboliques (XPs, pouvoirs, etc.), des invitations à du worldbuilding collaboratif, des props physiques (des cartes, textes, etc.).

Les mauvaises pratiques

Impromptu

L’invité arrive à l’impromptu, sans laisser l’hôte se préparer. Cela peut être interprété comme une mise en défaut de l’invité envers l’hôte qui n’est pas capable de servir convenablement (Zink 2010).

Applications :

Les joueurs qui ne répondent pas à une invitation à jouer mais qui s’invitent quand ils veulent à des moments qu’ils choisissent.

Les joueurs décident que leurs personnages quittent les fils directeurs de la campagne en cours pour aller dans une autre direction. Le maître de jeu doit réadapter sa campagne hebdomadaire ad hoc. (J’ai été de ces joueurs-là).

Épuisement de l’hôte

L’invité ne doit pas épuiser les ressources de l’hôte. C’est à lui de trouver comment refuser poliment une préparation ou une invitation trop généreuse.  Exemples de mauvais invités qui épuisent les ressources d’un petit royaume pauvre : les prétendants de Pénélope d’Ithaque qui seront tués (avec les servantes d’Ithaque aussi).

Applications :

Ne restez pas trop longtemps et rentrez chez vous, même si on vous propose de rester encore un peu. (J’ai été de ces joueurs-là)

Chers invités, minimisez votre empreinte personnelle. Rappelez-vous que vous avez accepté une dépendance temporaire volontaire. L’expression « Faites comme chez vous! » est seulement une expression de politesse. Ne faites jamais comme chez vous, faites comme chez l’hôte.

Comprendre le Gros Bill

Si être un joueur de type « Gros Bill » veut dire « tirer le jeu à soi, au détriment des autres participants, via les capacités de son personnage », alors un tel comportement peut être vu comme une atteinte à la relation d’hospitalité. En effet, en tirant l’invitation à lui au détriment de l’hôte et des autres invités, le joueur Gros Bill outrepasse l’humilité nécessaire à son rôle et il sort du cadre dans lequel il a accepté d’être accueilli. [ajout du 24 janvier 2021, suivant une enfilade sur Twitter]

Hôte > invité ?

Comme pour le don, le succès d’une relation d’hospitalité transformatrice pour l’hôte et pour l’invité, c’est quand l’invité a la possibilité réelle d’exprimer une réciprocité et que celle-ci est reçue en retour par l’hôte.

« L’hospitalité ce n’est pas changer les gens, mais offrir un espace où le changement peut avoir lieu. » (Henri Nouwen, 1986)

Abraham a reçu des invités qui se sont révélés être Dieu et ses anges, Zeus était le patron des visiteurs étrangers,… on ne sait jamais comment un invité peut nous transformer.

Wikimédia Commons - L'hospitalité d'Abraham, Arent de Gelder vers 1680.
Wikimédia Commons – L’hospitalité d’Abraham, Arent de Gelder vers 1680.

*

Références

« Où est le fun pour le MJ ? (avec le Grümph) » 2020. Ludologies. Consulté le 12 février 2020. https://soundcloud.com/ludologies/89-ou-est-le-fun-pour-le-mj.
 
« Sacred Hospitality ». 2018. Encyclopedia. TV Tropes. 19 mars 2018. http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/SacredHospitality.
 
Augustin, Sally. 2018. « Designing Great Guest Experiences ». Blog. Psychology Today (blog). 6 décembre 2018. https://www.psychologytoday.com/blog/people-places-and-things/201812/designing-great-guest-experiences.
 
Baker, Meguey, and Emily Care Boss. 2006. « The Fairgame Archive ». The Fairgame Archives (blog). 2006. http://fairgame-rpgs.com/index.php/fairgame/thread/32.
 
Burn, Shawn M. 2017. « Reducing Host-Guest Tensions: How to Be a Good Houseguest ». Blog. Psychology Today (blog). 17 novembre 2017. https://www.psychologytoday.com/us/blog/presence-mind/201711/reducing-host-guest-tensions-how-be-good-houseguest.
 
Cherel, Benoit, Globo, et Julien Pouard. 2018. « Les MJ ». Les Voix d’Altaride. Cendrones. http://www.cendrones.fr/voix-daltaride-61-mj/.

Crist, W. (2019). Playing against complexity: Board games as social strategy in Bronze Age Cyprus. Journal of Anthropological Archaeology, 55, 101078. https://doi.org/10.1016/j.jaa.2019.101078. Vulgarisé dans l’article
What We Learn from One of the World’s Oldest Board Games. The New Yorker. https://www.newyorker.com/culture/culture-desk/what-we-learn-from-one-of-the-worlds-oldest-board-games
 
Coeymans, Guillaume. 2019. « Le contrat de table : une révolution ? » Homo Ludis – Des jeux nés (blog). 10 mai 2019. https://homo-ludis.fr/le-contrat-de-table.
 
Dobrin, Arthur. 2013. « Giving and Receiving, the Right Way ». Blog. Psychology Today (blog). 2013. http://www.psychologytoday.com/blog/am-i-right/201311/giving-and-receiving-the-right-way.
 
Eugénie. 2017. « Eugénie: changer de paradigme: c’est celui qui choisit qui subit ». In . Lyon. https://www.youtube.com/watch?v=GCoDbnTfREs.
 
 
Keene, Krystina. 2019. « Monsters & Manners: A Mini-Etiquette Primer for TTRPGs ». Gnome Stew (blog). 28 juin 2019. https://gnomestew.com/monsters-manners-a-mini-etiquette-primer-for-ttrpgs/.
 
Kwan, Daniel. 2019. « Level up Your GM Skills with These Amazing Non-Gaming Resources ». Gnome Stew (blog). 27 août 2019. https://gnomestew.com/level-up-your-gm-skills-with-these-amazing-non-gaming-resources/.
 
Lauer, Chuck. 2019. « 4 Funky Fungi to Liven Up Your Game (And A Few Ways To Use Them)—Part 1 of 2 ». Gnome Stew (blog). 22 avril 2019. https://gnomestew.com/4-funky-fungi-to-liven-up-your-game-and-a-few-ways-to-use-them-part-1-of-2/.
 
Mercer, Matt. 2016. « RPG Etiquette! (Game Master Tips) ». Geek & Sundry. https://www.youtube.com/watch?v=_9X2Tz7QegM&feature=em-subs_digest-vrecs.
 
Nouwen, Henri J. M. 1986. Reaching Out: The Three Movements of the Spiritual Life. Reissue edition. Garden City, N.Y: Image.
 
Potter, Ben. 2013. « The Odyssey: Be Our Guest with Xenia ». Classical Wisdom Weekly (blog). 19 avril 2013. https://classicalwisdom.com/culture/literature/the-odyssey-be-our-guest-with-xenia/.
 
qui revient de loin. 2019. « Les 5 étages de la sécurité émotionnelle (work in progress) ». Text. qui revient de loin (blog). 24 juin 2019. http://qui.revient.de.loin.blog.free.fr/index.php?post%2F2019%2FLes-5-%C3%A9tages-de-la-s%C3%A9curit%C3%A9-%C3%A9motionnelle-%28version-courte%29.
 
Shea, Mike. 2017. « The Top Traits of a Good Dungeon Master: Sly Flourish ». Blog. Sly Flourish. 19 juin 2017. http://slyflourish.com/dm_traits_analysis.html.
 
Shryock, Andrew. 2012. « Breaking Hospitality Apart: Bad Hosts, Bad Guests, and the Problem of Sovereignty ». Journal of the Royal Anthropological Institute 18: S20‑33. https://doi.org/10.1111/j.1467-9655.2012.01758.x.
 
Sniezak, Christopher, Phil, et Bob. « Layer’s of the Game ». Misdirected Mark Podcast, 24 mai 2016. https://www.youtube.com/watch?v=qxievUiUpFw.
 
Zink, Michel. 2010. « Humbles et humiliés. Récits médiévaux de l’abaissement ». In Littératures de la France médiévale (1995-2016). Paris: College de France. https://www.college-de-france.fr/site/michel-zink/course-2010-2011.htm.

Dédicace spéciale

À tous les maîtres de jeu de rôle qui m’ont accueilli de manière hospitalière dans leurs histoires : Gregory, Laurent, Alex, Yohann, Berli, Nico, Hélios, Florient, Zulaan, Olivier, Oliviorc, Fabrice, Janus, Christian, Cyril, …

Pratiques de citation des jeux de rôle sur table : Wikidata, SPARQL et RStudio

Avertissement : Les données sont incomplètes et leur traitement est embryonnaire. Ce 100e billet de blogue a pour but de faire le point sur la méthode et les résultats à mi-parcours.

Introduction

Dans le cadre du Projet Sur les épaules des géants des nuages, qui analyse les pratiques de citations dans les jeux de rôle sur table (JDRT), j’ai poussé mon travail vers :

  1. La sélection et le dépouillement de jeux de rôle sur table ;
  2. La création d’une base de données de citations, structurée et hébergée à l’intérieur de Wikidata, puis interrogée par SPARQL ;
  3. L’analyse de cette base de données par R et R Studio, une suite de logiciels libres de traitement statistique.

Sélection

La sélection des JDRT s’est faite sur :

  • La liste de tous les JDRT qui ont une page Wikipédia en anglais et en français. Complétude estimée : environ 95% ;
  • Plus tous les JDRT cités dans des périodiques que je suis depuis les dix dernières années : des podcasts francophones, des blogues francophones et anglophones et des magazines sur le JDRT. Complétude : environ 80% ;
  • Plus tous les JDRT cités par des JDRT issus des listes précédentes.

Cette sélection est modérément biaisée car la notoriété est attribuée de manière externe par des tierces parties (ie. les contributeurs de Wikipédia et les éditeurs des périodiques).

La sélection a été validée par le fait que chaque jeu mentionné comporte une ou plusieurs notices de référence dans la base de données RPGGeek (environ 99.9%).

Dépouillement

Le dépouillement des JDRT a été fait sur plusieurs mois. Chaque page de JDRT mentionnant un autre JDRT a été récolté dans un dossier électronique par numérisation ou par re-numérisation (capture d’écran d’un PDF par exemple) sous la forme de fichiers image PNG nommés nomdujeu-pXX.png (où XX représente la page de la numérisation).

Pour enrichir les données dépouillées, des métadonnées d’édition du JDRT ont aussi été capturées : ours, colophons,  pages de crédit (env. 90%), pages de remerciement, extrait de la page des participants des souscriptions (env. 50%), parfois couverture ou dos de couverture (env. 5%).

D’autres mentions de citation, d’attribution ou de référence ont été récoltées : bibliographies, filmographies, citations d’auteurs ou d’œuvres, etc.

Tout ou une partie des épigraphes ont été récoltés.

Conception de la base de données

J’ai choisi Wikidata pour déposer le cœur de la base de données des pratiques de citation.

  • Cela m’évite d’avoir à créer ma propre base de données ;
  • Cela me permet de partager ma base de données de manière ouverte ;
  • Wikidata est simple à alimenter ;
  • Wikidata exporte dans des formats simples. Aussi, il est très facile de l’interroger directement via R Studio avec le package adéquat ;
  • Il y avait presque toutes les propriétés dont j’ai besoin :
    • propriétés de citation (cites work P2860)
    • publisher P123
    • movement P135
    • author P50
    • publication date P577
    • Inconvénient : il n’y a pas de propriété pour renseigner les informations suivantes : existence d’une bibliographie, présence d’épigraphes.
  • Je peux potentiellement lier les données à d’autres bases de données pour enrichir ce cœur (à explorer : c’est une manipulation à faire dans R Studio, ou bien à faire semi-automatiquement dans Wikidata grâce à des programmes comme QuickStatements).

Pour l’occasion et pour enrichir Wikidata de données liées, j’ai demandé à Wikidata la création d’une propriété d’identifiant (identifier ID P7226) vers RPGGeek pour commencer à lier ces deux bases de données. L’identifiant est désormais présent dans l’outil Mix’n’Match de Magnus Manske.

Avancement

La saisie dans Wikidata a débuté en mai 2019. En décembre 2019, il y avait environ 13 000 éditions faites.

Environ 300 éléments Q ont été créés. La plupart sont des éléments Q d’un JDRT inexistant auparavant. Plus rarement, un élément Q a été créé pour une catégorie taxonomique (ex: tabletop role-playing game supplement, GM-less, death spiral, etc.).

Environ 766 liens ont été créés entre 137 JDRT (voir cette extraction SPARQL).

Beaucoup de données étaient à corriger ou à préciser. Par exemple, de nombreux JDRT n’avaient pas d’instance, ou bien avaient l’instance jeu (game) ou jeu de rôle (role-playing game), alors que l’instance correcte est jeu de rôle sur table (tabletop role-playing game).

D’autres mises en ordre taxonomiques ont été référencées sur la page WikiProject Boardgame.

SPARQL

Le langage SPARQL permet d’extraire les données de Wikidata. La principale requête pour ce projet a été déposée ici. Elle est aussi présente directement dans le code R.

Elle permet d’extraire un tableau simple, ayant les jeux analysés dans une colonne et tous les jeux de rôle cités par celui-ci dans une autre colonne.

Dans une seconde phase, il va être intéressant d’exporter aussi les données de maison d’édition et d’auteur pour pondérer à la baisse la force de certaines citations. En effet, beaucoup de jeux d’une même gamme/ maison d’édition se citent les uns les autres. De la même manière, parfois des jeux du même auteur sont mentionnés en indication purement autobiographique.

Analyse avec le logiciel R

R est une suite de logiciels libres pour traiter de données numériques. C’est la grande mode en ce moment dans la recherche universitaire alors pourquoi pas les utiliser pour mon projet ? Ces logiciels sont gratuit et ouverts, donc il existe beaucoup de partage de codes et d’outils en ligne. Idéal pour moi qui suis un programmeur du dimanche. De plus, la manipulation de R n’est pas très complexe avec l’interface R Studio.

J’ai déposé le code ici https://github.com/pmartinolli/OtSoCG

Cliquer sur l’image pour télécharger une visualisation des données (préliminaires) au format PDF.

Développement futur : comme expliqué précédemment, je souhaite pondérer les liens de citations en réduisant la force des liens vers d’autres JDRT de même publisher ou de même author.

Wikidata : base de données+requêtes pour programmeurs du dimanche

Synchronicité

Dans le billet précédent, j’expliquai les limites techniques de mon projet de chronologie des jeux de rôles, d’arbre des innovations et des citations, par mes limites de compétences en informatique. Il se trouve que je viens tout juste d’assister à une formation sur Wikidata donnée par Simon Villeneuve, véritable wiki-héros Chicoutimien (107 contributions).

Wikidata est une solution simple pour constituer une base de données d’éléments liés (ex: Q1375) et  pour générer des tableaux de données, des chronologies, des graphes, etc. grâce à des requêtes complexes. Même si les déclarations d’éléments peuvent être complexes, Wikidata m’évite d’avoir à apprendre des langages de programmation, de structuration de données et d’installer le tout localement. De plus, le cheminement est progressif et il porte ses fruits dès le début. Il peut être jumelé ou soutenir des projets d’humanités numériques pour lesquels vous manquez de ressources de programmation. Parlez-en à votre bibliothécaire disciplinaire.

Du coup, je réfléchis comment apparier mes données avec celles de Wikidata et comment utiliser cet outil qui a le bénéfice d’être entièrement ouvert (le contenu dans le domaine public CC0).

Bases de Wikidata

  • Un élément Wikidata Q possède des propriétés P qui elles-mêmes sont souvent d’autres éléments Q.
  • Pour plus de précisions, on peut encore préciser ces données avec des éléments P et Q.
  • Chaque élément est multilingue.
  • Il est possible de sourcer tous les éléments avec des références bibliographiques.
  • Il est possible de lier les données à des bases de données externes grâce à des propriétés de type « Identifiers / Identifiants ».
  • Chaque modification est signée et comptabilisée (j’en suis à 12 000 en nov. 2019).
  • On peut interroger Wikidata et récupérer les données sous différents formats grâce à des requêtes SPARQL (exemples).
  • On peut s’amuser à renseigner des éléments :

Bonnes pratiques pour les jeux de rôle sur table

Requêtes SPARQL

Exemples de graphe sur les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table.