The Mimesis Effect: The Effect of Roles on Player Choice in Interactive Narrative Role-Playing Games [présentation]

Dominguez, Ignacio X., Rogelio E. Cardona-Rivera, James K. Vance, et David L. Roberts. “The Mimesis Effect: The Effect of Roles on Player Choice in Interactive Narrative Role-Playing Games.” Dans 34th Annual Chi Conference on Human Factors in Computing Systems, Chi 2016, 3438–49. San Jose, CA: Assoc Comp Machinery; SIG CHI, 2015. doi:10.1145/2858036.2858141.

Cette étude (n=210) examine le comportement de joueurs de jeu de rôle sur ordinateur qui contrôlent un personnage dans une histoire qui se déroule au fur et à mesure. L’étude montre que les joueurs font des choix consistants d’action selon des rôles stéréotypés. Cette consistance, appelée « mimesis effect », est vérifiée dans tous les cas : si le rôle est attribué au début du jeu, si le rôle est sélectionné par le joueur et aussi (surprenant) si aucune information à propos de rôle à jouer n’est donnée.

ex. si un joueur se voit attribué un voleur, ou s’il choisit de jouer un voleur, ou si aucune information de rôle n’est donnée et qu’il commence à jouer comme un voleur, alors il va continuer à jouer comme un voleur jusqu’à la fin du jeu. 1872

Dans la phase de validation, 3 rôles ont été calibrés pour suivre des stéréotypes de « D&D 4e » (guerrier, mage et voleur; respectivement agissant brutalement, ou magiquement, ou discrètement). Les sujets de l’étude étaient principalement de jeunes hommes, joueurs de jdr sur table ou sur ordinateur. Le fait de jouer un rôle ou un autre ne changeait pas le succès d’une action.

Jouer au jeu ici (bugué dans les chargements de plateaux): http://go.ncsu.edu/ixd-demo-rpg

Psychological Effects of Fantasy Games on Their Players: A Discourse-Based Look at the Evidence [chapitre]

Lieberoth, A., & Trier-Knudsen, J. (2016). Psychological Effects of Fantasy Games on Their Players: A Discourse-Based Look at the Evidence. Dans A. Byers & F. Crocco (Éd.), The Role-Playing Society: Essays on the Cultural Influence of RPGs (p. 46‑71). Jefferson, NC: McFarland.

Ce chapitre est une bonne analyse des différents discours sur les effets psychologiques du jeu de rôle et un résumé des rares études empiriques des 30 dernières années. L’auteur écarte définitivement les «allégations fortes» des années 1980 qui affirmaient que le jeu de rôle mène au suicide, au diagnostic clinique pathologique, à la violence ou au crime. Cependant, il faut aussi beaucoup nuancer les études des années 2000 qui valorisent les aspects positifs du jeu de rôle. En effet, il n’y a quasiment pas de preuve empirique que l’activité de jeu de rôle soit spécialement efficiente comparé à d’autres activités sociales et/ou intellectuelles du même type. Il faut arrêter les apologétiques théoriques et, sur le long terme, continuer de rassembler plus d’informations empiriques (quantitatives et qualitatives).

Extrait intéressant (p.48) : « En examinant les études sur le sujet, lorsqu’il s’agit du développement psychologique, éducatif ou social, il semblerait que les pratiques et la structure des communautés de joueurs ont un pouvoir explicatif au moins identique au jeu en lui-même. »

On en saura peut-être un peu plus dans un article en libre-accès à venir: Lieberoth, A., & Højgaard, J. Y. (forthcoming). Psychological effects of fantasy role-playing: a structured review of the empirical research. International Journal of Role-Playing.

  • D’autres chapitres intéressants du livre dont ce chapitre est issu :
    Base de données > Compiled works > The RPG Society
    En bibliothèque
    Critique du livre sur Analog Game Studies
  • Trouvé grâce à une alerte ProQuest (MLA International Bibliography).
    12 nouvelles références bibliographiques incorporées (dont 10 thèses ou mémoires qui m’avaient échappée : j’ai immédiatement corrigé mon alerte sur Dissertations & Theses).

    Auteur : alertes GS et univ. créées. Suivis Academia et RG.