«L’effet Batman»: la persévérance peut être apprise par jeu de rôle

White, R. E., Prager, E. O., Schaefer, C., Kross, E., Duckworth, A. L., & Carlson, S. M. (2016). The “Batman Effect”: Improving Perseverance in Young Children. Child Development, n/a-n/a. https://doi.org/10.1111/cdev.12695

Les jeunes enfants qui jouent un rôle, s’identifiant à un personnage connu (ex: Batman) avec des qualités positives, peuvent augmenter leur persévérance. La persévérance est une habileté qui permet de s’auto-réguler, d’éviter la distraction et de rester concentrer sur ses buts et objectifs.

Comment ça marche? Jouer un rôle implique une auto-distantiation, ce qui veut dire sauter dans un point de vue à la 3ème personne ou se penser soi-même depuis une perspective extérieure. Spécialement, cela nous distance émotionnellement de nos expériences du moment (tentations, distractions ou émotions négatives), ce qui implique une meilleure auto-régulation et donc une meilleure persévérance.

Alors: « Costume-toi en Batman [ou Elsa] et va faire tes devoirs! » (via PsychologyToday)

Educational Games for Soft-Skills Training in Digital Environments [livre]

Dell’Aquila, Elena, ‎davide Marocco, Michela Ponticorvo, Andrea Di Ferdinando, Massimiliano Schembri, et Orazio Miglino. Educational Games for Soft-Skills Training in Digital Environments. Advances in Game-Based Learning. Cham: Springer International Publishing, 2017.

Jeux éducatifs pour développer les compétences relationnelles dans des environnements virtuels

Cet essai analyse les résultats de quelques jeux de rôle virtuels pour développer les compétences relationnelles. Ils sont principalement basés sur des interactions entre PJs et avec des PNJs. Le chapitre 2 est une excellente synthèse de ce que sont les jeux de rôle traditionnels en enseignement (depuis Moreno à nos jours). Le chapitre 3 liste des bonnes pratiques de conception pour ce type de jeux. Le chapitre 4 observe que les jeux virtuels sont aussi efficaces que les jeux en face-à-face. Les participants ont apprécié l’anonymat de leur avatar mais ils ont mentionné un manque d’engagement émotionnel.

Le maître de jeu est extrêmement important, surtout pour ses rétroactions immédiates en jeu et pour son expertise durant les débriefings complets. Les jeux basés sur les règles facilitent la tâche du MJ et ils sont plus adaptés pour les apprentissages cognitifs (acquisition de connaissances, résolution de problème, prise de décision,…). Les jeux basés sur la narration (drama-based), sont plus à jouer de manière traditionnelle et ils sont adaptés pour la conscience de son état affectif, l’auto-évaluation et la confiance en soi.

Cognitive Processes in Counterfactual Thinking [chapitre]

Byrne, Ruth M.J., et Vittorio Girotto. “Cognitive Processes in Counterfactual Thinking.” In Handbook of Imagination and Mental Simulation, édité par Keith D. Markman, William MP Klein, et Julie A. Suhr, 151–60. New York, NY: Psychology Press, 2012.

Les processus cognitifs de la pensée contrefactuelle [mes commentaires entre crochets]

Penser hypothétiquement pour imaginer des possibilités alternatives est fondamental pour le raisonnement et pour la prise de décision [et pour les JDR et les LDVELH]. La plupart des gens ont des biais sur ce processus en ayant tendance à se concentrer plus sur :
– les événements exceptionnels plutôt que les routiniers
– les actions que les inactions
– les choses contrôlables que les choses incontrôlables
– les faits exposés explicitement et compris
– peu de possibilités que beaucoup de possibilités
– les inférences illusoires (en oubliant qu’il y a des fausses possibilités)
– des choses temporairement vraies (alors qu’elles sont su fausses ou supposées fausses)
[les JDR renforcent la plupart de ces biais pour des raisons de divertissement et de satisfaction narrative]

* * *

Aussi, le contexte et la manière dont les gens acquièrent l’information [leur rôle] influencent leur compréhension des conditions contrefactuelles et leur création d’alternatives contrefactuelles.

Par exemple, il y a une histoire à propos d’un choix d’une enveloppe contenant un problème à résoudre, puis la résolution du problème. Le problème est trop difficile et on demande aux gens d’imaginer des possibilités alternatives qui auraient pu apporter une fin plus positive.

  • Les lecteurs de l’histoire se concentrent plus sur le choix de l’enveloppe (60%) parce qu’ils ont peu d’informations sur le contexte.
  • Les acteurs de l’histoire (et leurs observateurs) se concentrent plus sur la résolution du problème (92% pour les acteurs et 80% pour les observateurs). Ex: « Si j’avais eu plus de temps », « Si j’avais eu un crayon »,… parce qu’ils ont eu plus d’informations sur le contexte.

[Avoir un rôle mets en position de recevoir et de traiter beaucoup d’informations contextuelles qui vont produire ensuite des possibilités contrefactuelles plus riches]

La jeuderôlisation: une catégorie spécifique de la ludification

Terme inventé pour la première fois avec «Roleplayingfication» par Morten Greis Petersen, la jeuderôlisation (roleplayification) pourrait être un néologisme intéressant à la croisée des concepts de la ludification (gamification) et du jeu de rôle (role-play). En appliquant cela à l’éducation, nous avons :

  • Ludification : utilisation des mécaniques de jeu (points, badges, niveaux, tables de score, quêtes, défis,…) et des expériences de jeu (environnement sûr, immersion, exploration, compétition, narration) pour faire interagir et motiver les gens à apprendre quelque chose.
  • jeu de rôle : attitude où le joueur prétend jouer un rôle, des compétences et une personnalité (les siennes propres ou ceux d’un autre) dans une situation simulée pour se préparer ou améliorer ses aptitudes.

Quelques éléments de bibliométrie*:

  • Beaucoup d’études (c. 2300+) ont été faites récemment sur la ludification (depuis 2010, avec un pic de mode en 2015). Elles sont principalement en sciences informatiques (74%) et en ingénierie (15%), reflétant une forte composante informatique et donc peu d’interactions interpersonnelles synchrones.
  • Beaucoup d’études (c. 6500+) ont aussi été faîtes sur le jeu de rôle en éducation (depuis 1968, avec deux pics : 1989-1992 et 2011). Principalement en médecine et sciences infirmières (87%).

*

Je définis donc la jeuderôlisation comme :

  • L’utilisation des mécaniques et des expériences de jeu de rôle d’un personnage
    • jouer un rôle social ou professionnel
    • adopter une personnalité
    • comprendre via une autre perspective
    • jouer comme un acteur
    • parler en public, débattre
    • écoute active, lecture à froid
  • … dans une situation de jeu simulée
    • style grandeur nature: conversation directe, jeu permanent, pas d’ellipse
    • style table de jeu: plus de métajeu, possibilité de conversation et de jeu indirect, ellipses
  • … pour faire interagir et pour motiver un groupe de personnes (via des interactions interpersonnelles synchrones)
  • … pour apprendre quelque chose
    • se préparer
    • s’améliorer
    • découvrir
    • se sensibiliser

J’ai volontairement éliminé tous les autres aspects des jeux de rôle que l’on trouve souvent en ludification mais qui ne sont pas liés à une prise de rôle : points, niveaux, quêtes, narration, environnement sûr, immersion,…
__________________
* Source: www.Scopus.com, fonction Analyze results
Search for : gamif* OR ludif* in TITLE-ABS-KEY
Search for : (« role-play* » OR roleplay* in KEY)  AND (education OR training OR learning OR literacy in TITLE-ABS-KEY)