Article “Jeux de rôle” dans l’encyclopédie Les barbares

Cuvelier, Pierre. (2016). Jeux de rôle. Bruno Dumézil (Éd.), Les barbares (p. 813‑814). Paris: Presses Universitaires de France.

Les jeux de rôles et la fantasy s’invitent dans une brique de 1500 pages en forme d’encyclopédie destinée aux universitaires sur le sujet des barbares.

Le barbare est un héros païen et pourfendeur de monstre (article Beowulf), dont les valeurs vivifiantes, simple et vraies s’opposent à la civilisation fourbe et décadente (Conan le barbare). En contrepied, il peut aussi symboliser la marge et l’échec (Games of Thrones). Sa liberté et son sens de l’honneur inspirent à dépasser les conventions sociales (Gladiator).

Il est une puissance individuelle qui visite temporairement la civilisation urbanisée mais qui n’est pas protégé par une organisation collective. Ou bien, il est une masse de population menaçante à la périphérie d’une civilisation amollie. Il est aussi une figure de transition et d’acculturation (Heroic Fantasy) dont les codes peuvent être joués comme thème central ou accessoire de l’univers de jeu (Jeux de rôle). Il est aussi un symbole d’intégration et de régénération (Prince Valiant), de valeurs combatives et de courage (Star Trek).

Le barbare est globalement positif, voire même il peut être une ligne de défense contre les civilisés corrompus, séduits ou aliénés par la technologie magique (Tolkien). Parfois, la définition de l’autre en barbare autorise sa destruction (Le 13e Guerrier) ou son opposition (300), à moins qu’un ennemi commun n’en fasse un allié d’opportunité (World of Warcraft).

Beowulf: 4 pages, Alban Gauthier.
Conan le barbare: 5 p., William Blanc
Games of Thrones: 2 p., William Blanc
Gladiator: 2 p., William Blanc
Heroic Fantasy: 4 p., Frédéric Ferro
Jeux de rôle: 2 p., Pierre Cuvelier
Prince Valiant: 3 p., William Blanc
Star Trek: 2 p., William Blanc
Tolkien: 3 p., Bruno Dumézil
Le 13e Guerrier: 2 p., Pierre Cuvelier
300: 2 p., Pierre Cuvelier
World of Warcraft: 2 p., William Blanc
(environ 500 articles au total dans l’encyclopédie)

Building the Culture of Contingency: Adaptive Choice in Ludic Literature from Role-Playing Games to Choose Your Own Adventure Books [chapitre]

Bryant, T. (2016). Building the Culture of Contingency: Adaptive Choice in Ludic Literature from Role-Playing Games to Choose Your Own Adventure Books. Dans A. Byers et F. Crocco (dir.), The Role-Playing Society: Essays on the Cultural Influence of RPGs (p. 72‑95). Jefferson, NC: McFarland.

Les jeux de rôles (JDR) et les livres dont vous êtes le héros (LDVELH) ont offert une échappatoire à l’anxiété générée par la culture des plans de contingence de la Guerre froide. Les guides de survie à une attaque nucléaire des années 50 et 60 se lisaient comme des LDVELH (seconde personne, impératif, informations groupées en petites unités, tension entre urgence et capacité de réponse). Même si les JDR se déroulent souvent dans des mondes fantastiques (distance sécurisante), la structure de la prise de décision sont les mêmes que celles de la Guerre froide : le joueur, même soumis à des contingences extrêmes, possède sa propre agentivité; il fait des choix adaptatif avec des éléments d’incertitude; il doit se préparer à des menaces immédiates et arbitraires. Il s’aventure souvent sous terre ().

Trouvé sur Flickr

Mon avis : Quelques idées sont trop peu développées (et donc sont peu convaincantes) : le thème de la fantasy permettraient d’éviter l’accusation d’anti-patriotisme (p.77); les parcours de « donjons » à travers pièges et monstres seraient une manière de transformer l’anxiété générées par la culture des bunkers anti-nucléaires (p.79); les JDR critiqueraient implicitement le manque d’agentivité du citoyen face à la menace nucléaire (p.83).

Extrait: « Les jeux de rôles ont accompagné la transition d’une culture de guerre traditionnelle vers une culture de conflit nucléaire. Ils ont répondu aux anxiétés de la société en mettant en valeur une agentivité individuelle forte, poussée à faire des choix adaptatifs face à des logiques de contingence implacables.» (p.82)

 

Documentaire: la panique morale à propos de D&D dans les années 80 aux États-Unis

« Donjons & Dragons fut accusé de mener les enfants au satanisme, mais aujourd’hui le jeu [de rôle] semblerait être plutôt une solution aux problèmes auxquels font face les parents. »

Pour aller plus loin :

  • Abyeta, S., & Forest, J. (1991). Relationship of Role-Playing Games to Self-Reported Criminal Behaviour. Psychological Reports, 69, 1187‑1192. http://doi.org/10.2466/pr0.1991.69.3f.1187
  • Byers, A. (2016). The Satanic Panic and Dungeons & Dragons: A Twenty-Five-Year Retrospective. In A. Byers & F. Crocco (Éd.), The Role-Playing Society: Essays on the Cultural Influence of RPGs (p. 22‑45). Jefferson, NC: McFarland.
  • Cardwell, P. J. (1994). The Attacks on Role-Playing Games. The Skeptical Inquirer, 18(2), 157‑165. Consulté à l’adresse http://www.rpgstudies.net/cardwell/attacks.html
  • Haberman, C. (2016, avril 17). When Dungeons & Dragons Set Off a ‘Moral Panic’. The New York Times. Consulté à l’adresse http://www.nytimes.com/2016/04/18/us/when-dungeons-dragons-set-off-a-moral-panic.html
  • Laycock, J. (2015). Dangerous Games: What the Moral Panic Over Role-Playing Games Says About Play, Religion, and Imagined Worlds. Oakland, CA: University of California Press.
  • Lis, E., Chiniara, C., Biskin, R., & Montoro, R. (2015). Psychiatrists’ Perceptions of Role-Playing Games. Psychiatric Quarterly, 86(3), 381‑384. http://doi.org/10.1007/s11126-015-9339-5
  • Matelly, J.-H. (1997). Jeu de rôle. Crimes ? Suicides ? Sectes ? : Istres, Toulon, Carpentras. Toulon: Presses du Midi.
  • Waldron, D. (2005). Role-Playing Games and the Christian Right: Community Formation in Response to a Moral Panic. Journal of Religion and Popular Culture, 9. Consulté à l’adresse http://ptgptb.org/0025/moral.html (traduit en français http://ptgptb.fr/le-jdr-et-la-droite-chretienne-aux-etats-unis)

Pour aller encore plus loin :

Deux autres mini-vidéos des mêmes producteurs :

AJOUT (3 juin) : PTGPTBvf vient de publier un excellent 15e volume sur ce sujet. Les articles sont traduits de l’anglais et ils traitent des paniques morales sur les jeux de rôles et leurs défenses:
Huot, B. (Éd.). (2016). Le JdR, c’est le maaal. Paris: PTGPTB (vf). Consulté à l’adresse http://ptgptb.fr/e-book-15-le-jdr-c-est-le-maaal