Travailler avec les épigraphes littéraires dans Wikidata

Ce billet fait partie de la série sur les épigraphes. Plusieurs jeux de rôle sur table utilisent cette technique littéraire.

En 2019, une nouvelle propriété nommée épigraphe littéraire (P7150) a été créée dans Wikidata pour indexer les épigraphes dans les œuvres littéraires*. C’est une initiative très intéressante car elle prouve que Wikidata peut contenir une ontologie des données riche et précise dans ses descriptions qualitatives. Pour le moment, la propriété est assez peu utilisée (l’essentiel des contributions viennent de moi**).

Je rêve qu’un jour les données seront suffisamment complètes et significatives pour pouvoir produire des résultats intéressants en humanité numérique. Cela serait un beau sujet de mémoire ou de thèse. Hypothèse (développée dans un prochain billet) : Peut-être que les littératures de l’imaginaire sont plus référencées que la « normale » des œuvres littéraires, dans le sens qu’elles contiennent plus de références diverses vers d’autres œuvres ou d’autres sources.

Quelques exemples d’utilisation

Dans les littératures de l’imaginaire

      • Foundation : les épigraphes intra-diégétiques dévoilent la réussite du projet de Hari Seldon d’Encyclopédie Galactique et ainsi cadrent le récit.
      • Dans Dune, les épigraphes peuvent provenir de personnages qui deviendront centraux plus tard dans l’œuvre (comme la princesse Irulan). De manière générale, ils créent un style chorus (avant que ça ne devienne la mode).
      • Le Seigneur des Anneaux débute avec son fameux poème épigraphique qui synthétise l’histoire passée, la situation actuelle et les enjeux des romans. Il reprend en partie les mots du principal antagoniste dans un poème écrit par les peuples libres.
      • La servante écarlate commence avec des épigraphes sourcés qui dévoilent les conflits de valeur mis en jeu dans le roman.
      • The King in Yellow contient un épigraphe par chapitre/nouvelle, ainsi qu’un épigraphe pour le recueil : certains épigraphes renvoient à des œuvres existantes, d’autres à des œuvres fictives. Créant un effet de confusion propre au mouvement décadent, ainsi qu’un effet ludique avec le lecteur.

Dans les jeux de rôle sur table

Quelques requêtes SPARQL

    • Pour repérer tous les épigraphes dans les littératures de l’imaginaire
    • Pour lister les œuvres contenant le plus d’épigraphes
    • Pour compter combien d’épigraphes sont indexés dans Wikidata

Comment contribuer ?

Exemple d'indexation
Exemple d’indexation de la propriété Epigraph (P7150) dans Wikidata.
    • P7150 (epigraph)
      • Indiquer le texte de l’épigraphe sans guillemets.
      • Indiquer la langue de l’épigraphe : en ou fr ou la (latin) ou autre. En cas de langues multiple : mul. En cas de langue inconnue : und.
    • Qualifiers de P7150 :
      • P1545 (series ordinal) : si plusieurs épigraphes, indiquer leur ordre : 1, 2, 3,…
      • P792 (chapter) : quel endroit dans l’œuvre si ce n’est pas au début de l’œuvre (dans ce cas ne rien indiquer). Ou P958 (section, verse, paragraph, or clause)
      • P1552 (has quality)
        • = Q96102813 (in-universe perspective) : dans le cas d’un épigraphe intra-diégétique (donc vraie dans la fiction). (Exemple : le poème au début du Seigneur des Anneaux).
        • = Q112046597 (made up quotation) : dans le cas d’une citation fausse, inventée, apocryphe (Exemple : fausse citation de Eleanor Roosevelt dans Talladega Nights).
      • P5997 (stated in reference as) : la référence de l’épigraphe telle que rédigée dans l’œuvre.
    • References :
      • P248 (stated in) : QID de l’œuvre d’où l’épigraphe est issu.
      • P50 (author) : QID de l’auteur de l’épigraphe.
      • P792 (chapter) : quel endroit dans l’œuvre si ce n’est pas au début de l’œuvre (dans ce cas ne rien indiquer). Ou P958 (section, verse, paragraph, or clause).

______________________
* J’ai aussi clarifié l’ontologie et les autres définitions du terme épigraphe (en archéologie, en mathématiques, etc.).
** J’ai saisi les 84 épigraphes fous de Moby-Dick par exemple.

Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (2/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. Ce billet fait suite à un premier billet publié l’an dernier.

Quelques ajustements de méthode

Codage des variables

Le codage des variables a été compilé dans un fichier CSV déposé dans le projet OtSoCG sur GitHub. Le fichier est mis à jour au fur et à mesure. Les scripts R vont récupérer les données de ce fichier.

J’ai changé la manière de coder les variables. Par exemple, pour le type d’épigraphe, au lieu de tout mettre les types ensemble dans une même colonne (ex: lahr) je les ai mis chacun dans une colonne séparée (ex: colonne l, colonne a, colonne h, etc.). En cela, je suis les conseils de notre bibliothécaire des données numériques qui a relayé les principes de Tidy data de Hadley Wickham.

Principes de Tidy data de Hadley Wickham

Note : il faudrait que j’apprenne à utiliser des Jupyter notebook pour constituer des dictionnaires de code des variables (nom, format, sélection, etc.).

Noms des variables

  • qid : identifiant Wikidata du jeu générique ou de l’édition précise parfois (ex: Q5457)
  • edition : label du nom de l’édition (ex: 2nd, 2nd revised, etc.)
  • series_ordinal : rang de l’édition en nombre entier
  • label : nom du jeu (nom générique de la gamme, ou de la ligne de jeu). Rassembler les jeux le plus possible pour pouvoir faire des séries longitudinales.
  • date : date de publication
  • nb_forged : nombre total d’épigraphes inventés par le jeu pour le cadre intra-diégétique du monde
  • nb_work : nombre total d’épigraphes tirés d’œuvres pré-existantes au jeu (ie. le jeu contient au moins un) :
    • academic (codé a) : essai, ouvrage d’histoire, article, etc.
    • literature (l) : roman, nouvelle, poésie, etc.
    • historical (h) : citation de personnage historique
    • music (m): parole de chanson
    • religious (r) : issu de textes sacrés, religieux ou spirituels
    • game (g) : jeu (de société, de plateau, de carte, grandeur nature, etc.) ou parole de game designers
    • unknown (u) : je n’ai pas trouvé le type
    • bd (b) : bande dessinée, comic, manga, manwa, etc.
    • cinema (c) : film ou série tv
    • videogame (v) : jeu vidéo
    • franchise (f) : œuvre littéraire ou autre, précédent le jeu et dont le jeu est issu de la franchise ou qui est une inspiration explicite directe.
  • confusing_mix (x) : si les épigraphes inventés par les concepteurs du jeu et ceux tirés d’œuvres existantes se mélangent et créent une confusion fictif-réel.
  • notes (non codé) : notes diverses

Exclusions

Ont été exclus de la recension:

        • Les textes épigraphiques issus des scénarios (souvent des props : articles de presse, lettres etc.).
    • Les épigraphes attribués à une classe de personnage pour illustrer cette classe.
    • Les épigraphes sans source.

Premiers résultats

Quelques remarques pendant ce travail de recension.

Mise en page des épigraphes

Dans les jeux de rôle, la plupart des épigraphes ont une mise en forme semblable :

  • Section : Souvent dans la partie « fluff » du livre de jeu. Plus rarement dans la partie règle. Presque jamais parmi les listes d’éléments dans les règles (listes de sorts, listes d’équipement, listes de compétences).
  • Positionnement : En tête de chapitre, sous le titre du chapitre; ou en tête de paragraphe, sous le titre du paragraphe. Plus rarement, dans un encart encadré.
  • Structure : Texte de l’épigraphe, suivi de la source.
  • Paragraphe : Retrait à droite, ou à gauche ou les deux.
  • Police : Légèrement différente du texte régulier de tout le jeu (ex: en italique, ou dans une police différente, ou de taille plus réduite ou plus grande).
  • Mise en forme de la source : Auteur, suivi du nom de l’œuvre. Souvent précédé par un tiret cadratin. Exemple :
Zantabulous Zorcerer of Zo (2006), p. 5

Citations apocryphes

Dans mes formations, je mets souvent en garde mes étudiants contre les citations apocryphes (fausses citations) pour qu’ils ne fassent pas l’erreur d’en insérer dans leurs travaux. En effet, c’est une perte de crédit immédiate puisque cela prouve que l’étudiant n’a pas vérifié que l’auteur de la citation a vraiment dit une chose et dans quel document.

Quelle a été ma surprise de voir une (probable) fausse citation de Einstein dans Faery’s Tales Deluxe (p. 1) et dans Zantabulous Zorcerer of Zo (p. 89) !

Un bibliothécaire de la Library of Congress a fait une enquête sur cette fausse citation.

Épigraphes graphiques

Parfois, je suis tombé sur des citations de cases de bandes dessinées (Prince Valiant, Les Quatres de Baker Street), ou des gravures sous-titrées (Baron Munchausen).

Source : Prince Valiant : The Story-Telling Game (1989)

Données quantitatives

Le code R pour produire les résultats ci-dessous se trouve ici : https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/R/OtSoCG_epigraphs.R

Il peut être aussi être exécuté en ligne à partir de cette page (où j’ai reporté la plupart des scripts : https://colab.research.google.com/drive/1gb9XBBNy3qniJ-aRlq1r_LtAue0wBNxy

Épigraphes inventés intra-diégétiques

Certains jeux font un usage abondant de citations épigraphiques inventées par les concepteurs du jeu. Le but est principalement d’augmenter l’immersion dans l’univers du jeu en apportant une touche de vraisemblance. En effet, ce sont des épigraphes intra-diégétiques donnant la parole à des personnages non-joueurs.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes
inventés
Nobilis1st. ed.373
EarthdawnClassic242
Earthdawn3rd ed.111
Rogue Trader99
ChampionsThe New Millenium92
Corporation92
Cyberpunk202084
SLA Industries1.1 (2000)73
SLA Industries1st ed. (1993)73
Nephilim20e anniversaire64
Top 10 des jeux avec le plus d’épigraphes inventés

Confusion entre œuvres réelles et fictives

Edgar Alan Poe et H.P. Lovecraft aimaient mélanger des œuvres fictives (ex: le Necronomicon) avec des œuvres réelles (Harnušek 2013). Sans doute pour produire un effet de vraisemblance des œuvres fictives, troubler le lecteur, jouer avec lui et le mettre dans un état de confusion.

Certains jeux inventent des livres fictifs et les mélanges à des livres existants. Par exemple Call of Cthulhu reprend ce que faisait Lovecraft en listant des livres du Mythos avec des livres occultes existants. Ou bien Baron Munchausen 3rd ed. mentionne une douzaine de titres de faux-livres en faisant un astucieux mélange d’humour et d’érudition geek.

Cependant l’essentiel de ce procédé littéraire est repris dans les épigraphes. En effet, j’ai repéré 21 épigraphes d’œuvres inventées mélangés avec des épigraphes d’œuvres existantes, ou bien des citations pseudo-historiques de personnages historiques ayant existé à côté de citations réelles d’autres personnages historiques. La plupart de ces jeux peuvent être classés dans la catégorie de genre urban fantasy ou horreur contemporaine.

Source : Godlike: Superhero Roleplaying in a World on Fire, 1936-1946 (2001)
JeuxÉdition
Achtung Cthulhu!
Armageddon: The End Times2nd ed.
Bitume10e anniversaire
Changeling: The Dreaming1st ed.
Corporation
Cypher System
Fanhunter, el juego de rol épicodecadente
Godlike
In Nomine Satanis – Magna Veritas1ere éd.
In Nomine Satanis – Magna Veritas4e éd.
Nephilim3e éd.
Nephilim20e anniv. (4e)
NephilimEnglish
Orpheus
Over the Edge2nd ed.
Retrofuture
Sorcerer
Space Master2nd ed.
The Laundry
Werewolf: The Apocalypse2nd ed.
Z-Corps
Liste des 21 jeux mélangeants des épigraphes réels à des épigraphes fictifs inventés

Épigraphes d’œuvres existantes

Parmi les œuvres existantes, les types d’épigraphes les plus représentés (en général, voir note ci-dessous) sont :

Types d’épigrapheNombre de fois représentées
literature125
academic69
historical58
franchise44
religious39
music38
cinema31
confusing mix21
bd, comic, manga20
game17
unknown10
videogame1
Je n’ai pas indiqué le % proportionnel de chaque type car il peut y avoir plusieurs types pour un même jeu.

Note : Je n’ai pas compté le nombre de chaque type d’épigraphes. Je pense que c’est une erreur car j’aurai pu avoir un codage plus fin et plus pertinent. Je ne l’ai pas fait en croyant que je me gagnerai du temps mais, in fine, je ne pense pas que cela m’aurait créé plus de travail.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes d’œuvres existantes
Buffy the Vampire Slayer Roleplaying Game410
SengokuRevised ed.310
The Lord of the Rings Roleplaying Game273
Arcana Mvndi125
Mage: The Ascension1st ed.112
Vampire: The Masquerade1st ed.93
A Game of Thrones92
The Dying Earth Roleplaying Game91
Miles Christi90
The One Ring Roleplaying GameAdventurer’s book90
Top 10 des jeux qui citent le plus d’œuvres existantes

Futures pistes de recherche

  • Recenser d’autres jeux.
  • Recenser les pratiques de citations dans les bibliographies, les listes d’inspiration, les conseils de lecture, les références historiques, etc.
    • Comparer si les jeux avec une bibliographie sont aussi des jeux avec épigraphes. Corrélations ?
  • Constituer une liste de jeux notables avec un système de pondération pour donner une valeur aux données issues de chaque jeu. Par exemple, Vampire: The Masquerade n’a pas eu le même poids dans la culture du jeu de rôle que La méthode du Dr. Chestel. Établir des critères objectifs : nombre d’éditions, nombre de traductions, nombre de citations par d’autres jeux, existence d’une page Wikipédia, etc.
    En effet, je me suis rendu compte que présenter des données sans ce type de pondération avait moins de pertinence et moins de valeur car on peut moins généraliser.
    • Une fois la liste des jeux avec indice de notabilité constituée, dessiner un graphe avec le nombre d’épigraphes par années pour voir s’il y des tendances.

Mais pourquoi tout ça ?

  • Les jeux de rôle sur table et les citations me permettent de faire de la science amateur.
  • Cela permet de produire des connaissances modestes sur les jeux de rôle sur table, un domaine de niche mais que j’ai à coeur depuis l’école primaire.
  • Cela me permet d’exercer des méthodes pour ensuite être plus proche cognitivement et émotionnellement des étudiants et des chercheurs que j’accompagne.
  • Dans la démarche scientifique, il y a un aspect important : une douloureuse et irrationnelle obsession (painful irrational obession). On ne peut pas faire l’économie d’une collecte des données éreintante et coûteuse en persévérance. Un peu comme les scientifiques qui comptent les oiseaux sur des îles sans plage. Je pense que la science ne peut se passer de cette dimension fastidieuse. Savoir ça c’est bien, mais le pratiquer met bien les choses en perspective.
  • Je pense qu’en étudiant un sujet à fond, quel qu’il soit (alors autant que ce soit un hobby passionnant), on accroit sa culture générale. De plus, en étudiant ce sujet à fond, cela nous oblige à aller découvrir des méthodes et des bonnes pratiques (que l’on peut ensuite appliquer ailleurs).

Références

rdrr.io : Incorporer du code R dans une page web

Harnušek, Ondřej. « Lovecraft and Poe: Masters of the Macabre of Providence ». B.A. English Language and Literature, Masaryk University, 2013. https://is.muni.cz/th/361731/ff_b/Lovecraft_and_Poe_Masters_of_the_Macabre_of_Providence.pdf

Rothman, Joshua. « How Does Science Really Work? » The New Yorker, https://www.newyorker.com/magazine/2020/10/05/how-does-science-really-work. Consulté le 15 avril 2021.

Szalai, Jennifer. « Modern Science Didn’t Appear Until the 17th Century. What Took So Long? » The New York Times, 7 octobre 2020. NYTimes.com, https://www.nytimes.com/2020/10/07/books/review-knowledge-machine-irrationality-created-modern-science-michael-strevens.html.

Index des billets du blogue Jeu de rôle sur table

Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (1/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. L’idée m’est venu d’un des épisodes de Podcast Science d’il y a quelques années où une intervenante voulait faire une étude des utilisations d’épigraphes dans les articles scientifiques.

Généralités sur les épigraphes

Définition

Un épigraphe est une courte citation, habituellement d’un autre auteur, placée au début d’un texte, un livre ou un chapitre par exemple. C’est généralement un proverbe, un vers, une phrase d’un roman, etc. Cet élément de paratexte peut avoir des buts différents : poser une ambiance, jouer avec le lecteur, etc.

Histoire

Selon Pelish (7) qui s’appuie sur l’expertise de Flesh (8), les épigraphes littéraires sont apparus au XVIIe et ils sont devenus la mode au XVIIIe siècle.

Exemples d’œuvres influentes contenant des épigraphes (1,2,5) :

  • Les plus anciens que mes sources (1-5) ont investiguées remontent aux Canterbury Tales de Chaucer (c.1400).
  • Des épigraphes fictifs se trouvent dans Don Quixote (1605) et dans Gulliver’s Travels de Swift (1726) expliquant que Gulliver existe.
  • En latin : dans De l’esprit des lois de Montesquieu (1748) ou les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand (1848).
  • Pour chaque chapitre dans de nombreux romans gothiques : Le Moine de Lewis (1796), Melmoth de Maturin (1820), les nouvelles de Edgar Allan Poe, etc.
  • Il semble que les romantiques en font une utilisation abondante comparativement à leurs prédécesseurs : comme dans Han d’Islande de Victor Hugo (1823).
  • Moby-Dick de Melville (1851) contient peut être le plus long épigraphe.
  • Mode chic dans les années 20 avec Hemingway ou Fitzgerald.
  • Beaucoup d’auteurs de fantasy les utilisent [projet futur : en faire une recension] : J.R.R. Tolkien, C.S. Lewis, moi, etc.

Graphe de Google ngram comptant les occurrences des termes epigraph* dans le corpus numérisé de Google Books (NB : j’ai tenté de limiter les occurrences comptant le sens archéologique du terme)

Épigraphes et droit d’auteur

[NB: Les informations qui suivent ne constituent pas un avis juridique.]

Même si un épigraphe est un extrait court, cela ne dispense pas la personne qui diffuse un épigraphe issu d’un extrait d’un texte sous copyright de demander une autorisation pour son utilisation. Par exemple, les paroles de chanson ou les vers de poésie, même cités très laconiquement, sont susceptibles de poser problème.

Dans certains cas particuliers, une utilisation équitable peut être invoquée. Par exemple, le sens de l’épigraphe est directement relié au sens du texte qui suit (il n’est donc pas purement décoratif).

Buts

S’ajoutent ensuite des fonctions que je dirai « apéritives », spécifiques à l’épigraphe (2,3,4,5) :

  • Susciter une émotion (mood) chez le lecteur : une humeur, une disposition. Et ainsi donner un aperçu de l’esprit du texte, du ton, de l’ambiance, du genre, du thème, ou d’un changement de ton.
  • Interpeller la capacité d’interprétation du lecteur : amorce, clé de compréhension, commentaire du texte, éclairage nouveau sur un personnage, effet de loupe sur une idée.
  • Créer un espace de « transaction » entre le texte et le monde extérieur au texte, une « zone indéfinie », dans le but d’améliorer la réception du texte (1, p. 1-2).
  • Révéler ou présager un évènement à venir (foreshadowing), ou créer une attente chez le lecteur.
  • Exposer l’univers de manière diégétique et non magistrale pour donner un effet de vraisemblance et d’immersion. Exemple : l’épigraphe du Seigneur des Anneaux
Épigraphe des 3 volumes du Seigneur des Annneaux
Épigraphe des 3 volumes du Seigneur des Anneaux

Mais aussi :

  • Jeu avec le lecteur : épigraphes apocryphes (purement inventés), en contrepoint ou comme distance ironique avec le texte, épigraphes fictifs.
  • Caution intellectuelle ou morale des auteurs cités, ou connexion du texte à un corpus plus large d’œuvres.
  • Procédé d’accumulation baroque d’éléments très hétérogènes pour pousser des valeurs de métissage, de syncrétisme, de dialogue et de mélange des cultures (6).
  • Exposition de l’univers culturel de l’auteur du texte, et disons-le étalage de sa culture ou de son érudition.
  • Impression de mise en abime avec des mini-histoires derrière chaque épigraphe.
  • Rappel au lecteur que l’auteur aussi est un lecteur.
  • Faire joli en variant la mise en page.

Et dans les jeux de rôle sur table ?

Le site TV Tropes a brillamment synthétisé le concept d’épigraphe comme élément d’exposition diégétique avec le terme « Encyclopedia Exposita » (le site détaille aussi le terme Épigraphe, mais il est moins complet). Dans la sous-section Tabletop Games, il recense quelques jeux de rôle qui utilisent les épigraphes comme outils d’exposition sans douleur (painless exposition).

On y trouve (en mai 2020):

  • Une association avec le texte de fluff des cartes Magic: The Gathering.
  • Un commentaire sur les épigraphes très nombreux de Nobilis, épigraphes d’œuvres qui n’existent pas.
  • Une mention que les jeux de White Wolf, les Van Richten’s Guides de TSR, Shadowrun, Paranoia XP, Chuubo’s Marvelous Wish-Granting Engine et la gamme Warhammer 40.000 en font un usage régulier.

À ma connaissance et à ce jour, c’est seule la page web contenant de l’information sur les épigraphes dans les jeux de rôle (à part une discussion de forum portant sur les épigraphes dans les jeux SJG).

Pour aller plus loin

Dans le cadre de mon projet On the Shoulders of Cloud Giants, j’ai décidé d’ajouter une variable Épigraphe pour recenser tous les types d’épigraphes et leur quantité dans un jeu de rôle donné.

Codage de la variable

La variable est codée selon une série de caractères. Par exemple, une valeur peut être hrs ou bien gcab. Il n’y a pas d’ordre dans les lettres

s : several (more than 10) 0 : none (no epigraph) l : literary, written arts a : academic, essay h : historical r : religious p : pseudo-historical f : in fiction / purely diegetic g : game designers m : music c : cinema/tv v : videogame b : bd, manga, comics u : unknown

Script R Studio pour fusionner une variable dans une table locale avec une table de données existante

Le codage Épigraphe se fait à la main dans un fichier csv formaté comme il suit : "","citing","citingLabel","epigraph" "94","http://www.wikidata.org/entity/Q16382652","Athanor","rmlu" Voir le code https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/extractnmerge_epigraph.R

Quelques remarques pendant ce travail de recension

En attendant les résultats complets, voici ce que j’ai remarqué :

  • Dungeon World (25 épigraphes), Nobilis et Sorcerer (19) sont de grands champions du nombre d’épigraphes.
  • Nobilis contient bien des épigraphes complètement fictifs mais quasi-réels. Leur caractère purement diégétique n’est pas évident à premier abord puisqu’ils ressemblent à des épigraphes d’œuvres qui pourraient exister. Cela créé un effet de confusion intéressant.
  • Plusieurs jeux ont exactement six (6) épigraphes.
  • Pendragon explique (p. 6) les trois types de citations épigraphiques incluses dans le livre des règles et leurs significations.

Exemple :

kult-p240
Épigraphe graphiquement mis en évidence dans le texte du livret de base du jeu Kult (v.1 English), p.240. Extrait des paroles de musique de Dead Can Dance.

Et ensuite ?

À suivre pour les résultats de l’analyse : Partie 2

Références

  1. Genette, Gérard, Seuils, Paris, Editions du Seuil, 1987, p. 136-148.
  2. Ahern, Rosemary, éd. The Art of the Epigraph: How Great Books Begin. New York: Atria Books, 2012.
  3. Thiebaut, Guy. « L’effet-épigraphe dans le Facundo de D.F. Sarmiento ». América : Cahiers du CRICCAL, Les Formes brèves de l’expression culturelle en Amérique Latine de 1850 à nos jours : Poésie, Théâtre, Chanson, Chronique, Essai, 18, nᵒ 2 (1997): 547‑57. https://doi.org/10.3406/ameri.1997.1291.
  4. Kieffer, Kristen. « Should You Include an Epigraph in Your Novel? » Well-Storied (blog), 2016.
  5. Shemshurenko, Oksana, Guzel Golikova, et Monika Ševečková. « Poetics of the Psychological Game: The Role of the Epigraph in the Short Stories by E. A. Poe ». Astra Salvensis 1, nᵒ 4 (2017): 95‑101.
  6. Fabrice Parisot, « Espace micro-textuel et création romanesque : réfléxion autour des épigraphes dans El reino de este mundo d’Alejo Carpentier », Cahiers de Narratologie 8, 1997, p. 295-309. https://doi.org/10.4000/narratologie.11623
  7. Pelish, Alyssa. « A Defense of Epigraphs ». 3 Quarks Daily (blog), 11 avril 2011. https://3quarksdaily.com/3quarksdaily/2011/04/a-defense-of-epigraphs.html.
  8. William Flesch