Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (2/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. Ce billet fait suite à un premier billet publié l’an dernier.

Quelques ajustements de méthode

Codage des variables

Le codage des variables a été compilé dans un fichier CSV déposé dans le projet OtSoCG sur GitHub. Le fichier est mis à jour au fur et à mesure. Les scripts R vont récupérer les données de ce fichier.

J’ai changé la manière de coder les variables. Par exemple, pour le type d’épigraphe, au lieu de tout mettre les types ensemble dans une même colonne (ex: lahr) je les ai mis chacun dans une colonne séparée (ex: colonne l, colonne a, colonne h, etc.). En cela, je suis les conseils de notre bibliothécaire des données numériques qui a relayé les principes de Tidy data de Hadley Wickham.

Principes de Tidy data de Hadley Wickham

Note : il faudrait que j’apprenne à utiliser des Jupyter notebook pour constituer des dictionnaires de code des variables (nom, format, sélection, etc.).

Noms des variables

  • qid : identifiant Wikidata du jeu générique ou de l’édition précise parfois (ex: Q5457)
  • edition : label du nom de l’édition (ex: 2nd, 2nd revised, etc.)
  • series_ordinal : rang de l’édition en nombre entier
  • label : nom du jeu (nom générique de la gamme, ou de la ligne de jeu). Rassembler les jeux le plus possible pour pouvoir faire des séries longitudinales.
  • date : date de publication
  • nb_forged : nombre total d’épigraphes inventés par le jeu pour le cadre intra-diégétique du monde
  • nb_work : nombre total d’épigraphes tirés d’œuvres pré-existantes au jeu (ie. le jeu contient au moins un) :
    • academic (codé a) : essai, ouvrage d’histoire, article, etc.
    • literature (l) : roman, nouvelle, poésie, etc.
    • historical (h) : citation de personnage historique
    • music (m): parole de chanson
    • religious (r) : issu de textes sacrés, religieux ou spirituels
    • game (g) : jeu (de société, de plateau, de carte, grandeur nature, etc.) ou parole de game designers
    • unknown (u) : je n’ai pas trouvé le type
    • bd (b) : bande dessinée, comic, manga, manwa, etc.
    • cinema (c) : film ou série tv
    • videogame (v) : jeu vidéo
    • franchise (f) : œuvre littéraire ou autre, précédent le jeu et dont le jeu est issu de la franchise ou qui est une inspiration explicite directe.
  • confusing_mix (x) : si les épigraphes inventés par les concepteurs du jeu et ceux tirés d’œuvres existantes se mélangent et créent une confusion fictif-réel.
  • notes (non codé) : notes diverses

Exclusions

Ont été exclus de la recension:

        • Les textes épigraphiques issus des scénarios (souvent des props : articles de presse, lettres etc.).
    • Les épigraphes attribués à une classe de personnage pour illustrer cette classe.
    • Les épigraphes sans source.

Premiers résultats

Quelques remarques pendant ce travail de recension.

Mise en page des épigraphes

Dans les jeux de rôle, la plupart des épigraphes ont une mise en forme semblable :

  • Section : Souvent dans la partie « fluff » du livre de jeu. Plus rarement dans la partie règle. Presque jamais parmi les listes d’éléments dans les règles (listes de sorts, listes d’équipement, listes de compétences).
  • Positionnement : En tête de chapitre, sous le titre du chapitre; ou en tête de paragraphe, sous le titre du paragraphe. Plus rarement, dans un encart encadré.
  • Structure : Texte de l’épigraphe, suivi de la source.
  • Paragraphe : Retrait à droite, ou à gauche ou les deux.
  • Police : Légèrement différente du texte régulier de tout le jeu (ex: en italique, ou dans une police différente, ou de taille plus réduite ou plus grande).
  • Mise en forme de la source : Auteur, suivi du nom de l’œuvre. Souvent précédé par un tiret cadratin. Exemple :
Zantabulous Zorcerer of Zo (2006), p. 5

Citations apocryphes

Dans mes formations, je mets souvent en garde mes étudiants contre les citations apocryphes (fausses citations) pour qu’ils ne fassent pas l’erreur d’en insérer dans leurs travaux. En effet, c’est une perte de crédit immédiate puisque cela prouve que l’étudiant n’a pas vérifié que l’auteur de la citation a vraiment dit une chose et dans quel document.

Quelle a été ma surprise de voir une (probable) fausse citation de Einstein dans Faery’s Tales Deluxe (p. 1) et dans Zantabulous Zorcerer of Zo (p. 89) !

Un bibliothécaire de la Library of Congress a fait une enquête sur cette fausse citation.

Épigraphes graphiques

Parfois, je suis tombé sur des citations de cases de bandes dessinées (Prince Valiant, Les Quatres de Baker Street), ou des gravures sous-titrées (Baron Munchausen).

Source : Prince Valiant : The Story-Telling Game (1989)

Données quantitatives

Le code R pour produire les résultats ci-dessous se trouve ici : https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/R/OtSoCG_epigraphs.R

Il peut être aussi être exécuté en ligne à partir de cette page (où j’ai reporté la plupart des scripts : https://colab.research.google.com/drive/1gb9XBBNy3qniJ-aRlq1r_LtAue0wBNxy

Épigraphes inventés intra-diégétiques

Certains jeux font un usage abondant de citations épigraphiques inventées par les concepteurs du jeu. Le but est principalement d’augmenter l’immersion dans l’univers du jeu en apportant une touche de vraisemblance. En effet, ce sont des épigraphes intra-diégétiques donnant la parole à des personnages non-joueurs.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes
inventés
Nobilis1st. ed.373
EarthdawnClassic242
Earthdawn3rd ed.111
Rogue Trader99
ChampionsThe New Millenium92
Corporation92
Cyberpunk202084
SLA Industries1.1 (2000)73
SLA Industries1st ed. (1993)73
Nephilim20e anniversaire64
Top 10 des jeux avec le plus d’épigraphes inventés

Confusion entre œuvres réelles et fictives

Edgar Alan Poe et H.P. Lovecraft aimaient mélanger des œuvres fictives (ex: le Necronomicon) avec des œuvres réelles (Harnušek 2013). Sans doute pour produire un effet de vraisemblance des œuvres fictives, troubler le lecteur, jouer avec lui et le mettre dans un état de confusion.

Certains jeux inventent des livres fictifs et les mélanges à des livres existants. Par exemple Call of Cthulhu reprend ce que faisait Lovecraft en listant des livres du Mythos avec des livres occultes existants. Ou bien Baron Munchausen 3rd ed. mentionne une douzaine de titres de faux-livres en faisant un astucieux mélange d’humour et d’érudition geek.

Cependant l’essentiel de ce procédé littéraire est repris dans les épigraphes. En effet, j’ai repéré 21 épigraphes d’œuvres inventées mélangés avec des épigraphes d’œuvres existantes, ou bien des citations pseudo-historiques de personnages historiques ayant existé à côté de citations réelles d’autres personnages historiques. La plupart de ces jeux peuvent être classés dans la catégorie de genre urban fantasy ou horreur contemporaine.

Source : Godlike: Superhero Roleplaying in a World on Fire, 1936-1946 (2001)
JeuxÉdition
Achtung Cthulhu!
Armageddon: The End Times2nd ed.
Bitume10e anniversaire
Changeling: The Dreaming1st ed.
Corporation
Cypher System
Fanhunter, el juego de rol épicodecadente
Godlike
In Nomine Satanis – Magna Veritas1ere éd.
In Nomine Satanis – Magna Veritas4e éd.
Nephilim3e éd.
Nephilim20e anniv. (4e)
NephilimEnglish
Orpheus
Over the Edge2nd ed.
Retrofuture
Sorcerer
Space Master2nd ed.
The Laundry
Werewolf: The Apocalypse2nd ed.
Z-Corps
Liste des 21 jeux mélangeants des épigraphes réels à des épigraphes fictifs inventés

Épigraphes d’œuvres existantes

Parmi les œuvres existantes, les types d’épigraphes les plus représentés (en général, voir note ci-dessous) sont :

Types d’épigrapheNombre de fois représentées
literature125
academic69
historical58
franchise44
religious39
music38
cinema31
confusing mix21
bd, comic, manga20
game17
unknown10
videogame1
Je n’ai pas indiqué le % proportionnel de chaque type car il peut y avoir plusieurs types pour un même jeu.

Note : Je n’ai pas compté le nombre de chaque type d’épigraphes. Je pense que c’est une erreur car j’aurai pu avoir un codage plus fin et plus pertinent. Je ne l’ai pas fait en croyant que je me gagnerai du temps mais, in fine, je ne pense pas que cela m’aurait créé plus de travail.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes d’œuvres existantes
Buffy the Vampire Slayer Roleplaying Game410
SengokuRevised ed.310
The Lord of the Rings Roleplaying Game273
Arcana Mvndi125
Mage: The Ascension1st ed.112
Vampire: The Masquerade1st ed.93
A Game of Thrones92
The Dying Earth Roleplaying Game91
Miles Christi90
The One Ring Roleplaying GameAdventurer’s book90
Top 10 des jeux qui citent le plus d’œuvres existantes

Futures pistes de recherche

  • Recenser d’autres jeux.
  • Recenser les pratiques de citations dans les bibliographies, les listes d’inspiration, les conseils de lecture, les références historiques, etc.
    • Comparer si les jeux avec une bibliographie sont aussi des jeux avec épigraphes. Corrélations ?
  • Constituer une liste de jeux notables avec un système de pondération pour donner une valeur aux données issues de chaque jeu. Par exemple, Vampire: The Masquerade n’a pas eu le même poids dans la culture du jeu de rôle que La méthode du Dr. Chestel. Établir des critères objectifs : nombre d’éditions, nombre de traductions, nombre de citations par d’autres jeux, existence d’une page Wikipédia, etc.
    En effet, je me suis rendu compte que présenter des données sans ce type de pondération avait moins de pertinence et moins de valeur car on peut moins généraliser.
    • Une fois la liste des jeux avec indice de notabilité constituée, dessiner un graphe avec le nombre d’épigraphes par années pour voir s’il y des tendances.

Mais pourquoi tout ça ?

  • Les jeux de rôle sur table et les citations me permettent de faire de la science amateur.
  • Cela permet de produire des connaissances modestes sur les jeux de rôle sur table, un domaine de niche mais que j’ai à coeur depuis l’école primaire.
  • Cela me permet d’exercer des méthodes pour ensuite être plus proche cognitivement et émotionnellement des étudiants et des chercheurs que j’accompagne.
  • Dans la démarche scientifique, il y a un aspect important : une douloureuse et irrationnelle obsession (painful irrational obession). On ne peut pas faire l’économie d’une collecte des données éreintante et coûteuse en persévérance. Un peu comme les scientifiques qui comptent les oiseaux sur des îles sans plage. Je pense que la science ne peut se passer de cette dimension fastidieuse. Savoir ça c’est bien, mais le pratiquer met bien les choses en perspective.
  • Je pense qu’en étudiant un sujet à fond, quel qu’il soit (alors autant que ce soit un hobby passionnant), on accroit sa culture générale. De plus, en étudiant ce sujet à fond, cela nous oblige à aller découvrir des méthodes et des bonnes pratiques (que l’on peut ensuite appliquer ailleurs).

Références

rdrr.io : Incorporer du code R dans une page web

Harnušek, Ondřej. « Lovecraft and Poe: Masters of the Macabre of Providence ». B.A. English Language and Literature, Masaryk University, 2013. https://is.muni.cz/th/361731/ff_b/Lovecraft_and_Poe_Masters_of_the_Macabre_of_Providence.pdf

Rothman, Joshua. « How Does Science Really Work? » The New Yorker, https://www.newyorker.com/magazine/2020/10/05/how-does-science-really-work. Consulté le 15 avril 2021.

Szalai, Jennifer. « Modern Science Didn’t Appear Until the 17th Century. What Took So Long? » The New York Times, 7 octobre 2020. NYTimes.com, https://www.nytimes.com/2020/10/07/books/review-knowledge-machine-irrationality-created-modern-science-michael-strevens.html.

Mises en demeure et pratiques de citation dans l’industrie des jeux de rôle sur table

Les lettres de mises en demeure (cease & desist letters ou cease-and-desist order) sont un élément important dans la pratique et dans la culture de la propriété intellectuelle de l’industrie des jeux de rôle sur table. Je vais montrer comment ces actions judiciaires ont eu un impact négatif sur les pratiques de citation et comment elles ont longtemps freiné les dédicaces, les hommages, les attributions et les reconnaissances explicites dans les œuvres.

Définition

Une lettre de mise en demeure (cease & desist letters) a pour but d’interpeller précisément, explicitement et formellement une personne ou une organisation à propos d’un conflit. Elle peut être rédigée par n’importe qui (par un cabinet d’avocat elle a juste un peu plus de crédit et potentiellement plus de précision légale). Elle contient aussi souvent une manière de résoudre ce conflit, habituellement cesser une activité (cease) et s’engager à ne pas l’entreprendre à nouveau (desist).

Zachary C. Strebeck, avocat spécialisé en droit d’auteur des jeux, estime qu’aux États-Unis un envoi de lettre de C&D par un avocat coûte entre 300$ et 1000$ (pour 1 à 2 h de travail) en 2018. Il nuance en disant que cela peut varier beaucoup selon les cabinets d’avocat (8).

C&D et D&D

Dungeons & Dragons a été le premier jeu de rôle publié, et les C&D de TSR (surnommé «T$R» ou «They Sue Regularly») ont été les premiers à marquer la communauté du jeu de rôle. De plus, TSR et WotC étant les principaux acteurs du secteur du jeu de rôle, leurs pratiques ont eu une influence significative. Plus tard, l’introduction de l’Open Game License par WotC a été un moment marquant pour la propriété intellectuelle et une sorte d’inversion de la logique des C&D.

Tactical Studies Rules (1973-1975)

TSR reçoit un C&D en 1974, de la fondation E.R. Burrough Estate pour Warriors of Mars (15).

TSR envoie un C&D en 1975 contre Robert Ruppert, qui vendait des feuilles de personnages estampillées « Dungeons & Dragons Character Sheet » pour 2 cents (3, p.108).

TSR Hobbies, Inc. (1975-1983)

Avec Tunnels & Trolls

Dans la première édition de Tunnels & Trolls (1975), publié par Flying Buffalo, son auteur Ken St-André mentionne Dungeons & Dragons dans sa découverte du jeu de rôle.

Tunnels & Trolls 1st ed. (p. 4)
Tunnels & Trolls 1st ed., p. 4.

TSR envoie un C&D vers 1975 ou 1976 contre la compagnie Flying Buffalo et le magazine Metagaming Concepts pour leurs publicités et leurs critiques de Tunnels & Trolls où ce dernier est qualifié étant un jeu « comme D&D ».

« The lawyers claimed that even using the words « Dungeons & Dragons » to help describe Tunnels & Trolls infringed on TSR’s rights. Flying Buffalo deleted any such comparisons from future advertisements. » (3, p.108)

Sans surprise, la référence à D&D disparaît dans les éditions suivantes de Tunnels & Trolls.

Avec Tolkien

TSR reçoit un C&D en fin 1977, de Saul Zaentz (via sa division Elan Merchandising qui avait acquis les droits dérivés non-littéraires de Tolkien) pour les créatures citées Hobbit, Ent, Balrog, etc. (5, p. 29).

Avec Arduin Grimoire

TSR envoie un C&D entre 1977-1979 contre David Hargrave pour son Arduin Grimoire (4). Dans la préface du premier volume de Arduin Grimoire, David Hargrave est explicite sur le changement de ton et de valeur dans la communauté du jeu de rôle dû à un énorme succès commercial.

Arduin Grimoire, vol. 1. p. 2.

Avec Chaosium

Jeff Pimper et Steve Perrin démarchèrent TSR pour publier un recueil de monstres et ils reçurent une lettre de C&D de TSR en retour (5, p. 250). Finalement, ils publièrent leur fameux All the Worlds’ Monsters avec Chaosium en 1977, quelques mois avant le Monster Manual de TSR. Depuis ce succès, Chaosium devint une maison d’édition de jeu de rôle importante.

En 1978 et en 1979, les auteurs de RuneQuest (Chaosium) ont dédicacé les deux premières éditions de leur jeu à Dave Arneson, Gary Gygax et Ken St-André (discuté dans un billet précédent).

runequest-1st-ed-p1
RuneQuest 1st ed., p. 1.
RuneQuest 2nd ed., p. 1.

La deuxième édition de RuneQuest inclua une page complète de références bibliographiques, parmi elles : AD&D, D&D, mais aussi Tunnels & Trolls et Arduin Grimoire.

runequest2-p111
RuneQuest 2e éd. p.111
 

TSR reçoit un C&D en 1981 de Chaosium pour la section inspirée de H.P. Lovecraft et de Michael Moorcock dans le Deities & Demigods (9 ; 12).

Les dédicaces et la bibliographie disparaissent de RuneQuest à la 3e édition (de Games Workshop en 1984). Une mention à D&D réapparaît dans la 6e édition du jeu (p. 4, 2012). Une bibliographie littéraire réapparaît à l’édition HeroQuest – Roleplaying in Glorantha (p. 266, 2003).

TSR, Inc. (1983-2003)

TSR envoie un C&D en 1992 contre Gary Gygax et son jeu Dangerous Dimensions (DD) avant sa publication, puis Dangerous Journey après publication (1992). (5, p.101)

TSR envoie des C&D en 1993 contre de très nombreux sites FTP ou sites web qui contiennent du matériel pour D&D, même des sites sans élément sous droit d’auteur (2).

« As the Internet exploded onto the public consciousness in the early- to mid-90’s, D&D players naturally brought their chosen hobby online. TSR followed them, issuing dozens of cease and desist orders that shut down fan sites.  The company even tried to prevent D&D fans from discussing the game in chat rooms and on message boards, earning derisive nicknames such as: “They Sue Regularly” (TSR) or “T$R”, to stress the appetence for money of TSR managers. » (11). Cela causa une animosité significative dans les communautés de jeux de rôle sur table (1, p.155).

Entre 1991 et 1994, Shannon Appelcline, historien des produits TSR/WotC (product historian), se souvient d’avoir été très en colère ( « very angry ») quand il a reçu par courriel un C&D de TSR pour un site web qu’il administrait mais qui ne contenait pas spécialement de contenu lié à D&D (16, à 9 min. 30 s.) :

« Most of the people would have had the same reaction, hey we don’t like this [T$R] already and now they send these nasty letters for legal rights they probably don’t have, and they are doing it incorrectly too. (…) After receiving that letter I didn’t touch anything related to TSR until 98-99 or so. (…) It pretty damages my relation with the company as a fan, yes. »

Cette vague de C&D semble avoir été assez massive et a été surnommée « TSR vs. The Internet » (17).

(Ajout 2020-09-06: il semble qu’aux États-Unis dans les années 90 « it was a scary time for IP rights, there was a real concern about losing rights because of the assine way US law forces active defense to retain things. Case law didn’t exist yet to protect rights-holders from fan-work. » (Armorlord).

Wizards of the Coast (1997-maintenant)

2000. WotC introduisit une nouvelle pratique dans la publication des jeux de rôle : l’Open Game License (v.1.0). Cette innovation s’inscrit dans la vague du mouvement des free software licenses et du copyleft. Elle fait aussi un contrepoint aux valeurs et aux dommages faits par les vagues de C&D de TSR.

2008. Un retour arrière de WotC vers une licence plus restrictive (Game System License, GSL).

WotC envoie un C&D en 2010 contre Die Cast Games (6).

WotC envoie un C&D en 2010 contre Masterplan où un fan commente : « It’s almost a badge of fandom. Only the Real Fans of the game get C&D letters – the ones who genuinely care about and love the game so much that they’re willing to invest substantial time and effort into building tools, forums and sites which support it. (…) A friendly email request would doubtless resolve any issues born out of simple ignorance or over-enthusiasm. Using C&D as a first solution is like burning a Daily Power on a Minion – total overkill (…) » .

2016. WotC revient à une licence OGL plus ouverte (v.1.0a).

Autres Cease & Desist

En lançant quelques recherches sur Internet, j’ai repéré ces quelques autres cas. Comme précédemment, il y a un biais de recherche et de sélection, donc ces faits ne sont pas représentatifs.

Le terme Fanwork Ban du wiki TV Tropes regroupe plusieurs cas intéressants.

La compagnie Palladium Books est célèbre dans le monde du jeu de rôle pour ses nombreuses lettres de C&D envoyées à des compagnies ou à des particuliers, spécialement pour ceux qui font des conversions vers d’autres règles de jeu (7 ; 14).

Games Workshop restreint aussi la diffusion de matériel ludique ou de bricolage maison fait des fans.

En 2001, Other Hands Magazine, conçu fait par un fan de MERP, a reçu un C&D de Tolkien Enterprises.

En 2007, le jeu de rôle Exodus, basé sur l’univers de Fallout, reçu un C&D de Bethesda.

2011. La 20th Century Fox envoie un C&D à de jeu de rôle de fans de Firefly.

2015. Le jeu de rôle amateur Mass Effect RPG pour Fate a été supprimé de la compétition des Ennies Awards par un C&D de BioWare/EA.

Date inconnue. C&D reçu par une MJ pour une partie en ligne de Harry Potter, de la part de Warner Bros (source).

Impact sur les pratiques de citation

Dans le mémoire de Colin Stricklin, ce dernier avance que les jeux de rôles sont des produits incomplets qui nécessitent le dialogue entre l’autorité des « hauts auteurs » des jeux (higher order author) et l’autorité des « bas auteurs » (lower order author), ie. des maîtres de jeu. Leur interaction créé une culture de convergence équitable et plus démocratique. Selon lui, les Cease & Desist y seraient naturellement moins fréquents que dans les autres média culturels (10, p. 67). Aucune étude de comparaison a été faite avec d’autres médias. De plus, en voyant cette recension, il semblerait que ce ne soit pas le cas. Enfin, les participants avertis du hobby sont familiers avec la pratique du C&D et ils savent qu’elle n’est pas rare.

Ainsi, on peut raisonnablement avancer que les pratiques de mise en demeure (par Cease & Desist) ont profondément marqué l’industrie du jeux de rôle et les commautés de fans. De plus, elles ont potentiellement influencé négativement les pratiques de citation, de dédicace, d’hommage, d’attribution et de reconnaissance explicite dans les jeux de rôle publiés. Souvent, on pratique la citation pour faire partie d’une communauté. Or, l’effet d’exclusion et de rejet d’une lettre de mise en demeure va à l’encontre de cette volonté d’appartenance ou d’inclusion. 

À l’inverse de cette tendance, j’élaborerai dans un prochain billet comment l’Open Game License dans des jeux de rôle dérivés pousse à la citation systématique.

(Ajout 2021-01-06: J’ai déposé un fichier tabulé des C&D recensé ici https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/data/ceasendesist_data.csv)

(Ajout 2021-04-08 : Une SUPERBE visualisation graphique des mises en demeure de TSR par Shannon Appelcline)

Références

(1) Peterson, Jon (2012). Playing at the World. San Diego, California: Unreason Press.

(2) Brown, Janelle (1997). Disaffected Fans Cheer D&D Buyout. Wired. https://www.wired.com/1997/04/disaffected-fans-cheer-dd-buyout/

(3) Ewalt, David M. (2014) Of Dice and Men: The Story of Dungeons & Dragons and The People Who Play It, Simon and Schuster. p.108.

(4) Hartlage, David (2015, juin 24). Once subversive, the Arduin Grimoire’s influence reaches today’s games [BLog]. DMDavid. https://dmdavid.com/tag/once-subversive-the-arduin-grimoire-reached-into-every-role-playing-game/

(5) Appelcline, Shannon. 2015. Designers & Dragons: The 70s. 2e éd. Silver Spring, MD: Evil Hat Productions.

(6) « Insidious (DCG1 Version) ». s. d. RPGGeek. Consulté le 25 juillet 2020. https://rpggeek.com/rpgitem/79231/insidious.

(7) Ninjafingers. 2010. « Why the Palladium Hate? » RPGnet Forums. https://forum.rpg.net/index.php?threads/why-the-palladium-hate.516154/.

(8) Strebeck, Zachary C. 2018. « How Much Does a Trademark Attorney Cost? [And What Do They Do?] ». Video Game Lawyer | Zachary C. Strebeck | Attorney at Law (blog). 2 octobre 2018. https://strebecklaw.com/trademark-attorney-cost/.

(9) Collins, Daniel R. « James Ward on Deities & Demigods ». Blog. Delta’s D&D Hotspot (blog), 6 mars 2015. https://deltasdnd.blogspot.com/2015/03/james-ward-on-deities-demigods.html.

(10) Stricklin, Colin. 2017. « Off the Rails: Convergence through Tabletop Role-Playing Modules ». M.A. English Literature, Laramie, WY: University of Wyoming. https://search.proquest.com/pqdtglobal/docview/1933767019/abstract/C78AFEE5079444BAPQ/14.

(11) Demil, Benoît, et Xavier Lecocq. 2014. « ‪The Rise and Fall of an Open Business Model‪ ». Revue d’économie industrielle 146 (2): 85‑113. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=REI_146_0085

(12) Hartlage, David. « The True Story of the Cthulhu and Elric Sections Removed from Deities & Demigods ». Blog. DMDavid (blog), 8 janvier 2019. http://dmdavid.com/tag/the-true-story-of-the-cthulhu-and-elric-sections-removed-from-deities-demigods/.

(13) Peterson, Jon. 2013. « Character Sheets in 1975 ». Blog. Playing at the World (blog). 7 juillet 2013. http://playingattheworld.blogspot.com/2013/07/character-sheets-in-1975.html.

(14) Alien Rope Burn. 2004. « The Palladium Megaverse Gigathread ». The Something Awful Forums. https://forums.somethingawful.com/showthread.php?threadid=3547622&pagenumber=1.

(15) Steve Zieser. « Warriors of Mars », Iron Rationales, August 28, 2010; et James Maliszewski « Retrospective: Warriors of Mars », Grognardia, March 14, 2012.

(16) « RPG Historian Shannon Appelcline Told to Cease & Desist by TSR ». 2019. Plot Points. https://plotpoints.libsyn.com/rpg-historian-shannon-appelcline-told-to-cease-desist-by-tsr-ep166.

(17) Vassilakos, Jim. 1995. « TSR vs. The Internet ». 1995. http://d7.pipemaze.com/tsr-vs-the-internet/.

Pratiques de citation des jeux de rôle sur table : Wikidata, SPARQL et RStudio

Avertissement : Les données sont incomplètes et leur traitement est embryonnaire. Ce 100e billet de blogue a pour but de faire le point sur la méthode et les résultats à mi-parcours.

Introduction

Dans le cadre du Projet Sur les épaules des géants des nuages, qui analyse les pratiques de citations dans les jeux de rôle sur table (JDRT), j’ai poussé mon travail vers :

  1. La sélection et le dépouillement de jeux de rôle sur table ;
  2. La création d’une base de données de citations, structurée et hébergée à l’intérieur de Wikidata, puis interrogée par SPARQL ;
  3. L’analyse de cette base de données par R et R Studio, une suite de logiciels libres de traitement statistique.

Sélection

La sélection des JDRT s’est faite sur :

  • La liste de tous les JDRT qui ont une page Wikipédia en anglais et en français. Complétude estimée : environ 95% ;
  • Plus tous les JDRT cités dans des périodiques que je suis depuis les dix dernières années : des podcasts francophones, des blogues francophones et anglophones et des magazines sur le JDRT. Complétude : environ 80% ;
  • Plus tous les JDRT cités par des JDRT issus des listes précédentes.

Cette sélection est modérément biaisée car la notoriété est attribuée de manière externe par des tierces parties (ie. les contributeurs de Wikipédia et les éditeurs des périodiques).

La sélection a été validée par le fait que chaque jeu mentionné comporte une ou plusieurs notices de référence dans la base de données RPGGeek (environ 99.9%).

Dépouillement

Le dépouillement des JDRT a été fait sur plusieurs mois. Chaque page de JDRT mentionnant un autre JDRT a été récolté dans un dossier électronique par numérisation ou par re-numérisation (capture d’écran d’un PDF par exemple) sous la forme de fichiers image PNG nommés nomdujeu-pXX.png (où XX représente la page de la numérisation).

Pour enrichir les données dépouillées, des métadonnées d’édition du JDRT ont aussi été capturées : ours, colophons,  pages de crédit (env. 90%), pages de remerciement, extrait de la page des participants des souscriptions (env. 50%), parfois couverture ou dos de couverture (env. 5%).

D’autres mentions de citation, d’attribution ou de référence ont été récoltées : bibliographies, filmographies, citations d’auteurs ou d’œuvres, etc.

Tout ou une partie des épigraphes ont été récoltés.

Conception de la base de données

J’ai choisi Wikidata pour déposer le cœur de la base de données des pratiques de citation.

  • Cela m’évite d’avoir à créer ma propre base de données ;
  • Cela me permet de partager ma base de données de manière ouverte ;
  • Wikidata est simple à alimenter ;
  • Wikidata exporte dans des formats simples. Aussi, il est très facile de l’interroger directement via R Studio avec le package adéquat ;
  • Il y avait presque toutes les propriétés dont j’ai besoin :
    • propriétés de citation (cites work P2860)
    • publisher P123
    • movement P135
    • author P50
    • publication date P577
    • Inconvénient : il n’y a pas de propriété pour renseigner les informations suivantes : existence d’une bibliographie, présence d’épigraphes.
  • Je peux potentiellement lier les données à d’autres bases de données pour enrichir ce cœur (à explorer : c’est une manipulation à faire dans R Studio, ou bien à faire semi-automatiquement dans Wikidata grâce à des programmes comme QuickStatements).

Pour l’occasion et pour enrichir Wikidata de données liées, j’ai demandé à Wikidata la création d’une propriété d’identifiant (identifier ID P7226) vers RPGGeek pour commencer à lier ces deux bases de données. L’identifiant est désormais présent dans l’outil Mix’n’Match de Magnus Manske.

Avancement

La saisie dans Wikidata a débuté en mai 2019. En décembre 2019, il y avait environ 13 000 éditions faites.

Environ 300 éléments Q ont été créés. La plupart sont des éléments Q d’un JDRT inexistant auparavant. Plus rarement, un élément Q a été créé pour une catégorie taxonomique (ex: tabletop role-playing game supplement, GM-less, death spiral, etc.).

Environ 766 liens ont été créés entre 137 JDRT (voir cette extraction SPARQL).

Beaucoup de données étaient à corriger ou à préciser. Par exemple, de nombreux JDRT n’avaient pas d’instance, ou bien avaient l’instance jeu (game) ou jeu de rôle (role-playing game), alors que l’instance correcte est jeu de rôle sur table (tabletop role-playing game).

D’autres mises en ordre taxonomiques ont été référencées sur la page WikiProject Boardgame.

SPARQL

Le langage SPARQL permet d’extraire les données de Wikidata. La principale requête pour ce projet a été déposée ici. Elle est aussi présente directement dans le code R.

Elle permet d’extraire un tableau simple, ayant les jeux analysés dans une colonne et tous les jeux de rôle cités par celui-ci dans une autre colonne.

Dans une seconde phase, il va être intéressant d’exporter aussi les données de maison d’édition et d’auteur pour pondérer à la baisse la force de certaines citations. En effet, beaucoup de jeux d’une même gamme/ maison d’édition se citent les uns les autres. De la même manière, parfois des jeux du même auteur sont mentionnés en indication purement autobiographique.

Analyse avec le logiciel R

R est une suite de logiciels libres pour traiter de données numériques. C’est la grande mode en ce moment dans la recherche universitaire alors pourquoi pas les utiliser pour mon projet ? Ces logiciels sont gratuit et ouverts, donc il existe beaucoup de partage de codes et d’outils en ligne. Idéal pour moi qui suis un programmeur du dimanche. De plus, la manipulation de R n’est pas très complexe avec l’interface R Studio.

J’ai déposé le code ici https://github.com/pmartinolli/OtSoCG

Cliquer sur l’image pour télécharger une visualisation des données (préliminaires) au format PDF.

Développement futur : comme expliqué précédemment, je souhaite pondérer les liens de citations en réduisant la force des liens vers d’autres JDRT de même publisher ou de même author.

Wikidata : base de données+requêtes pour programmeurs du dimanche

Synchronicité

Dans le billet précédent, j’expliquai les limites techniques de mon projet de chronologie des jeux de rôles, d’arbre des innovations et des citations, par mes limites de compétences en informatique. Il se trouve que je viens tout juste d’assister à une formation sur Wikidata donnée par Simon Villeneuve, véritable wiki-héros Chicoutimien (107 contributions).

Wikidata est une solution simple pour constituer une base de données d’éléments liés (ex: Q1375) et  pour générer des tableaux de données, des chronologies, des graphes, etc. grâce à des requêtes complexes. Même si les déclarations d’éléments peuvent être complexes, Wikidata m’évite d’avoir à apprendre des langages de programmation, de structuration de données et d’installer le tout localement. De plus, le cheminement est progressif et il porte ses fruits dès le début. Il peut être jumelé ou soutenir des projets d’humanités numériques pour lesquels vous manquez de ressources de programmation. Parlez-en à votre bibliothécaire disciplinaire.

Du coup, je réfléchis comment apparier mes données avec celles de Wikidata et comment utiliser cet outil qui a le bénéfice d’être entièrement ouvert (le contenu dans le domaine public CC0).

Bases de Wikidata

  • Un élément Wikidata Q possède des propriétés P qui elles-mêmes sont souvent d’autres éléments Q.
  • Pour plus de précisions, on peut encore préciser ces données avec des éléments P et Q.
  • Chaque élément est multilingue.
  • Il est possible de sourcer tous les éléments avec des références bibliographiques.
  • Il est possible de lier les données à des bases de données externes grâce à des propriétés de type « Identifiers / Identifiants ».
  • Chaque modification est signée et comptabilisée (j’en suis à 12 000 en nov. 2019).
  • On peut interroger Wikidata et récupérer les données sous différents formats grâce à des requêtes SPARQL (exemples).
  • On peut s’amuser à renseigner des éléments :

Bonnes pratiques pour les jeux de rôle sur table

Requêtes SPARQL

Exemples de graphe sur les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table.

C’est jeudi, c’est bibliométrie : jeu de rôle dans PubMed

J’ai lu dans l’excellent ouvrage de référence en recherche sur les jeux de rôles Role-Playing Game Studies :

« By 1960, the concept [of role-play] had been introduced in settings ranging from schools (Gillies 1948) to industry (Bavelas 1947) to prisons (Lassner 1950). Many papers would follow. Having been wholly absent from psychology journals before 1948, « role-playing » appeared as a keyword in three Pubmed citations in 1960, rising to a hundred papers per year in 1975 and even more thereafter. » (Bowman & Lieberoth 2018, p. 245)

PubMed est une base de données en libre accès sur la santé. En cherchant avec le mot clé "role-play*" cela donne ce résultat. Il est possible de l’exporter au format CSV et de le travailler dans Excel pour produire ceci :

Le terme "Role Playing" a été inclus dans la liste des MESH (Medical Subject Headings, le thésaurus de tous les termes contrôlés de la National Library of Medicine) en 1991. Avant, de 1975 à 1990, c’était une redirection du terme "psychodrama" dont il s’est ensuite émancipé.
____________
Bowman, Sarah Lynne, et Andreas Lieberoth. 2018. « Psychology and Role-Playing Games ». Dans Role-Playing Game Studies: Transmedia Foundations, édité par Sebastian Deterding et José P. Zagal, 245‑64. London: Routledge.

Role-playing games : Basic bibliometry with PsycNET (draft)

Nombre de publications révisées par les pairs référencées dans PsycNET

Martinolli, Pascal. « Role-Playing Games : Basic Bibliometry with PsycNET (Draft) », février 2018. (accès et réutilisation libre : CC BY)

Une analyse bibliométrique simple sur le sujet des jeux de rôle dans les bases de données en psychologie de PsycNET.

Données complémentaires (csv data, références bibliographiques, code source,…)