Pratiques de citation dans les jeux. Pourquoi citer ou ne pas citer ?

Essai dans le cadre de mon projet Sur les épaules des nains, recensant les pratiques de citation dans les jeux de rôles sur table.

Pourquoi citer ?

Pour quelles raisons les auteurs de documents publiés citent-ils d’autres auteurs, d’autres sources ou d’autres documents ?

  • rendre hommage ;
    • reconnaître que l’on est pas l’auteur original ;
    • se positionner en filiation ;
    • se positionner en opposition [3] ;
    • être protégé par la personne à qui on dédicace ;
    • reconnaître explicitement une adaptation, une imitation, un remix, un mash-up qui a été fait d’une œuvre originale ;
  • montrer son érudition ;
  • aider à évaluer l’idée originale [1] ;
    • appuyer la véracité d’une idée par des preuves factuelles ou des autorités expertes clairement listées et traçables ;
    • montrer l’angle d’étude ou de conception du document : la bibliographie d’une étude est un indicateur fort du type de méthode/discipline utilisée ;
    • exposer le contexte de la création d’une idée ;
    • servir à mesurer l’impact d’une idée, d’une source ou d’un auteur en calculant son nombre de citation [4] ;
    • retracer ou comprendre l’évolution ou le cheminement d’une idée [1] ;
      • situer un document dans la communauté de la recherche ;
      • comprendre les contradictions entre différentes autorités [1, 2] ;
  • créer un espace de discussion asynchrone entre chercheurs du monde entier ;
    • tisser un réseau social des documents ;
    • compiler une sélection de sources sur une idée.
  • aider le lecteur à savoir comment réutiliser l’idée originale (CC par ex.) ;
    • respecter la partie droit moral du droit d’auteur ;
    • respecter la partie droit patrimonial du droit d’auteur.

Pourquoi ne pas citer (sic) ?

Voici une liste de raisons pour lesquelles les auteurs d’œuvres ne citent pas :

  • « Le type de document que je conçois n’a pas besoin de citer d’autres choses. »
    • Ex: Un jeu bricolé-maison, une invitation à une convention privée, etc.
  • « Le type d’information que j’utilise n’a pas besoin d’être cité. »
    • Ex: Une phrase prononcée par un game designer dans une conférence, etc.
  • « Je n’y connais rien en droit d’auteur, en plagiat, en propriété intellectuelle. »
  • « Je me suis inspiré d’une œuvre mais je veux montrer que les idées originales viennent de moi. »
  • « Tout vient de moi. »
  • « Newton et Einstein n’aimaient pas trop citer leurs sources. Moi non plus. » [7]
  • « Citer alourdirait la lecture, la clarté ou l’esthétique du texte. »
  • « Il n’y a pas la place de mettre toutes ces informations. »
  • « Je ne veux pas expliquer toute ma méthode. Je ne veux livrer que les résultats » [6]
  • « Des auteurs, qui ont utilisé du contenu sous licence, ont été attaqués en justice, même s’ils avaient bien cités leurs sources. »
    • Ex: mise en demeure (cease and desist) de Tolkien Enterprises vs. TSR amenant à supprimer toutes références à Tolkien et aux créatures sous droit d’auteur (hobbit, ent, balrog, etc.) dans la 6ème impression de D&D de 1977 ;
    • TSR vs. Grimoire Games (Arduin) ;
    • Entente entre Chaosium et TSR sur Elric le Nécromancien de Michael Moorcock et le Mythe de Cthulhu de H.P. Lovecraft ;
    • Edgar Rice Burroughs Estate vs. TSR (Warriors of Mars wargame) ;
    • TSR vs. Gary Gygax’s Dangerous Dimensions [8];
  • « Des auteurs de jeu qui citaient, ne citent plus. » [5]

Lyrisme sur les citations

« It is textual DNA. » Dan Martin, 2018.

« Les références et la bibliographie ? C’est le réseau social des documents. » Pascal Martinolli, 2018.

Bibliographie

[1] King, Peter, et Andrew Arlig. « Peter Abelard ». Dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, édité par Edward N. Zalta, Fall 2018. Metaphysics Research Lab, Stanford University, 2018. https://plato.stanford.edu/archives/fall2018/entries/abelard/. Part 7.
[2] Anderson, Elizabeth, 2011. “Democracy, Public Policy, and Lay Assessments of Scientific Testimony,” Episteme, 8(2): 144–164. [lu dans https://plato.stanford.edu/entries/scientific-knowledge-social/]. Part 3.
[3] Deslauriers, Marguerite. « Lucrezia Marinella ». Dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, édité par Edward N. Zalta, Spring 2018. Metaphysics Research Lab, Stanford University, 2018. https://plato.stanford.edu/archives/spr2018/entries/lucrezia-marinella/. Part 6.
[4] Nickles, Thomas. « Historicist Theories of Scientific Rationality ». Dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, édité par Edward N. Zalta, Summer 2017. Metaphysics Research Lab, Stanford University, 2017. https://plato.stanford.edu/archives/sum2017/entries/rationality-historicist/. Part 1.6.
[5] Vianney, et Manuel. « Qui possède le game ? » Ludologies, du jeu sous toutes ses formes, 2019. https://soundcloud.com/ludologies/76-qui-possede-le-game.
à 00:56:01 : « Quelque chose qui ne se fait plus du tout. Bruno Faidutti, quand il faisait un jeu, … souvent il prenait une mécanique de jeu qu’il lui plaisait bien et il en faisait un autre – une mécanique de jeu qui n’était pas de lui je veux dire – et il en faisait un à lui et il le marquait dans la règle. C’est le cas de Loup Garou de Tiercelieux d’ailleurs qui le marque dans la règle qui s’inspire de Mafia. Ca ne se fait plus par exemple. Tu ne dis pas que tu fais un plagiat, tu dis que tu fais un hommage à un jeu. Là, ca ne se fait plus, Bruno Faidutti le faisait tout le temps et clairement. « je me suis inspiré de tel jeu pour faire celui-là ». On voyait bien le lien entre les deux. Mais après il faut s’en détacher, créer un univers différent et créer d’autres mécaniques. (Pourquoi la disparition de cette pratique ?) Les auteurs sont devenus un peu fébriles et ont décidé d’en vivre. C’est quand ils ont voulu devenir auteur. Je me souviens,  Bruno Faidutti organisait les Rencontres ludopathiques, et à l’époque personne ou quasiment personne ne vivait du jeu, c’était un hobby, il n’y avait pas de problème à reconnaître que tu avais pris là. C’était quasiment du Creative Commons. Mais au moment ou ça devient une utilité professionnelle, tout se tend un peu. On le voit dans le monde du jeu de societe ou tout se professionnalise. »
[6] Comme René Descartes, « comme la plupart des mathématiciens de l’époque, très jaloux de ses méthodes de résolution de problèmes et craignant que quelqu’un s’en empare pour les exploiter à son profit; à l’époque, on préférait livrer les résultats sans dire comment on les avait obtenus. La méthode complète [du Discours de la méthode] est exposée dans un manuscrit de jeunesse, Règles pour la direction de l’esprit, que Descartes n’a jamais publié de son vivant. » Jean-François Dortier, Descartes : Pouvoirs et limites de la méthode, Sciences humaines, no. 308, 2018, p.55.
[7] Jean-François Dortier, De Socrate à Foucault, Les philosophes au banc d’essai, éditions Sciences humaines, 2018.
[8] The Ultimate Interview With Gary Gygax. Interview par Ciro Alessandro Sacco. The Kyngdoms, 1999. http://www.keithrobinson.me/thekyngdoms/interviews/garygygax.php.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.