La question en jeu de rôle : questionnement socratique et théâtre d’improvisation

La question traditionnelle du maître de jeu à ses joueurs est « Que faites-vous ? » Cependant, depuis quelques années avec la vogue des jeux inspirés par Apocalypse World, le maître de jeu pose de plus en plus de questions d’auteur en jeu à ses joueurs. Par exemple, « Dis-moi là maintenant pourquoi tu es l’ennemi de cette personne ? », « Décris-moi cette ville que tu as visité auparavant. » etc.

Ce type d’échange se base sur le théâtre d’improvisation où chacun construit avec bienveillance sur les propositions passées avec le moins de blocage ou de négation possible. Il se base aussi sur une technique pédagogique bien connue des juristes (qui en mange beaucoup dans leurs formations): le questionnement socratique. Il s’agit de poser une série de questions:

  • orientées (concentrées sur le sujet en cours de discussion)
  • stimulantes (pertinentes ou surprenantes ou défiantes, leurs réponses ont un impact)
  • synthétiques (reprendre et renforcer des éléments déjà établis)
  • et inclusives (pour rassembler le plus de joueurs dans la fiction).

L’Inquisition, pas le bon modèle pour la question.

Cela demande plus de préparation et/ou d’expérience de la part du maître de jeu. Les risques sont qu’il peut être (réellement ou perçu comme) non-respectueux, inintéressant, incompétent, manipulateur ou fainéant. Par exemple :

  • les questions masquent un manque ou une absence complète de préparation,
  • les questions le posent en adversaire des joueurs,
  • les réponses des joueurs sont sans conséquence,
  • les joueurs doivent répondre ce que le maître de jeu veut entendre.

Pour poser de bonnes questions, les principes sont :

  • la confiance (les joueurs savent que le maître de jeu ne va pas les humilier ou les punir pour les réponses),
  • la réciprocité (le maître de jeu apprend des joueurs, donne de la valeur aux réponses, et répond aussi aux questions),
  • l’ouverture (exposer tous les tenants et les aboutissants, le processus de discussion, les risques et les émotions que cela pourrait susciter),
  • l’équité (chaque joueur est considéré de manière égale).

Ce billet est inspiré du billet Is the Socratic Method Unethical? de Mitchell M. Handelsman.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.