Et si… le jeu de rôle sur table avait été inventé avant 1971 ?

Le jeu de rôle sur table permet d’expérimenter de manière ludique la pensée contrefactuelle, c’est-à-dire de se demander « et si… » et simuler les conséquences d’un fait différent dans le passé.

Olivier Caïra pose la question « pourquoi tout cela n’a-t-il pas été inventé dans l’Antiquité ou à la Renaissance, mais au contraire au milieu des années 1970, en pleine explosion des loisirs audiovisuels? » (Caïra, 2007, p.143-144).

Selon son hypothèse (OC), celle de Mackay qu’il cite (Mc), et la mienne (PM) il faut que la culture :

  • soit fortement imprégnée de références culturelles et que ces références soient partagées par une communauté (OC)
  • accepte de jouer avec ces références (OC, Mc):
    • en les absorbant, en les acceptant, en les recyclant, en les mettant à distance (bref en ayant une posture active et non contemplative) (OC, Mc, PM)
    • en les sérialisant (Mc, PM)
  • encourage une sociabilité plaisante et divertissante entre pairs (PM)

Alors jouons et « Faisons un rêve » (purement contrefactuel)

An -379, au pied de l’Aréopage, des vieux philosophes ayant connu Socrate rejouent à voix basse les événements qui ont conduit à son empoisonnement. Ils utilisent un système free-form uniquement basé sur la rhétorique en honneur de leur maître. Après 37 simulations qui se terminent toutes par un TPK (Total Philosopher Kill), ils s’entendent sur le fait que si Socrate n’avait pas été une tête de mule il aurait 90 ans aujourd’hui.

An 803, dans les jardins d’Ispahan, des étudiants en droit jouent à Pour une nuit de plus où ils continuent les contes des 1001 Nuits de Shéhérazade avec des règles dérivés du Tavla.

An 1236, dans l’abbaye de Lérins, quatre moines utilisent leur temps de récréation pour poursuivre la quête chevaleresque du Graal. L’abbé n’est pas officiellement au courant mais il écoute la tablée depuis une pièce voisine car il a été lui aussi un fan de Chrétien de Troye dans sa jeunesse. Il aimerait interrompre la partie pour leur dire qu’ils ont tout faux sur Perceval.

An 1612, dans une maison de thé de Nanjing, des libraires se retrouvent pour jouer à Un peu plus à l’Ouest car ils veulent poursuivre les aventures hexcrawl du Roi des singes et de sa bande. Ils argumentent souvent sur le fait d’utiliser le Yi Jing comme générateur d’aléas est narrativiste ou simulationniste.

An 1893, à Londres, des jeunes courtiers en assurance se retrouvent au Gryffin Club pour résoudre des enquêtes inédites de Sherlock Holmes avec des tables statistiques actuarielles. Leur Crimemaster invente des cas bien plus compliqués que dans les feuilletons des journaux, mais ils s’accrochent et rentrent tard car c’est tout de même plus intéressant que les parlour games en famille.

Tandis que « dans la vraie vie » (purement factuelle)

Le 22 mai 1971, Dave Arneson lance une invitation à jouer chez lui une partie d’heroic fantasy basées sur les principes de Braunstein.

(source: Three Line Studio blog, Kuntz, 2017)

 

__________________________
Caïra, Olivier. Jeux de rôle: les forges de la fiction. Société. Paris: CNRS, 2007.
Mackay, Daniel. The Fantasy Role-Playing Game: A New Performing Art. Jefferson, NC: McFarland, 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.