Le jeu de rôle sur table : une forme littéraire intercréative de la fiction [article, comité de lecture]

David, Coralie. « Le jeu de rôle sur table : une forme littéraire intercréative de la fiction ? » Sciences du jeu, nᵒ 6 (2016). doi:10.4000/sdj.682.

La littérature de type dionysiaque (spontanée, instinctive, immédiate, orale, autotélique, intercréée) a été refoulée et écrasée à l’époque contemporaine par la littérature de type apollinienne (écrite, figée, créé par un seul auteur et reçu par un lecteur dont les deux rôles sont distincts, travail long et réfléchi). Le jeu, dont surtout le jeu de rôle sur table, est une résurgence récente d’une littérature perfomative et intercréative :

  • plus collective et égalitaire
  • peu de délimitation claire entre créateur et récepteur
  • moins de hiérarchies installées par les industries ou les institutions culturelles
  • réception et création collectives de la fiction
  • immédiatement vécue, jouie, réalisée, transmise et partagée

Le langage a un pouvoir démiurgique (créateur d’univers) qui génère de la fiction. Véritable révolution médiatique, l’intercréativité est le dispositif de communication alternatif mis en place par les jeux de rôle pour faire l’expérience réceptive, créative, collective et orale d’une fiction.

Deux extraits issus d’autres textes:

« Nous avons beaucoup de moyens qui nous permettent de raconter des histoires (romans, films, jeux vidéo, etc.), mais la plupart nécessitent énormément de temps avant d’arriver jusqu’aux personnes auxquelles ils sont destinés. À l’inverse, un système de jeu de rôle nous permet de laisser s’exprimer notre imagination pendant des heures et de voir l’autre y réagir instantanément. » (David, 2015, p. 804)
David, Coralie. « Le jeu de rôle sur table : l’intercréativité de la fiction littéraire ». Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées, Université Paris 13, 2015.

« Le contrat ludique instaure le règne de la légaliberté, c’est l’acte par lequel chacun se soumet aux règles du jeu, créant par là le monde ludique. » (Duflo, 1997, p. 221)
Duflo, Colas. Jouer et philosopher. Paris: Presses universitaires de France, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *