R Studio pour analyser votre bibliothèque de références Zotero

Ma proposition de présentation du colloque «Vous êtes dans une taverne… Retour sur 50 ans de jeux de rôle» a été acceptée. Intitulée « Évolution historique et analyse bibliométrique de la recherche académique sur le jeu de rôle sur table dans les publications universitaires », elle consiste principalement à faire une étude descriptive de la publication universitaire sur le jeu de rôle sur table depuis les années 80.

Depuis 2014, j’ai entrepris de rassembler des références universitaires se rapportant à l’étude du jeu de rôle sur table. Cette démarche a abouti à la création d’une base de données librement accessible via Zotero, comprenant un total de 2400 références. Parmi celles-ci, on dénombre 460 articles soumis à une évaluation par des pairs, 180 ouvrages, 300 thèses, et bien d’autres encore.

La base de données bibliographique est en libre accès à : https://www.zotero.org/groups/446523. Depuis 2019, Michael Freudenthal m’a rejoint pour gérer cette base de données.

Last Christmas, I gave you my R

Dans le but de faire une analyse bien reproductible, non seulement je verse les données en libre accès mais je verse aussi les algorithmes qui permettent de les analyser. Le tout est déposé sur GitHub à https://github.com/pmartinolli/ZoteroRnalysis

J’ai choisi d’utiliser le logiciel R Studio parce que j’ai appris à l’utiliser dans le cadre de mon travail, aussi parce que c’est un logiciel performant et libre, et enfin parce qu’il est facile de demander à ChatGPT 3.5 de OpenAI de corriger mes bugs de codage (ce que je fais très souvent).

Le principe est simple :

  • J’exporte les références bibliographiques de Zotero au format csv
  • J’importe les données dans R Studio
  • Je mouline les données dans R Studio
  • R Studio me produit des jolis graphiques et d’autres tables csv
  • Au passage, j’aligne mes données avec celles de Wikidata pour augmenter mes données (dans un processus appelé la «réconciliation», fait par le logiciel OpenRefine). Par exemple, avec la liste des noms des revues universitaires, je vais chercher la date de la création de la revue et son pays d’origine pour repérer des tendances.

All I want for this graph is you

Après ce deuxième jeu de mots douteux du temps des Fêtes (nous sommes le 1er décembre), voici quelques jolies extractions sous forme graphiques. Notez que ce ne sont pas les versions définitives car, d’ici le colloque, je vais encore « shampooiner les données » pour les corriger et les améliorer.

Pour la suite, je vous donne rendez-vous à Reims (je serai par Zoom), ou sur ce blogue, ou plus tard dans une publication plus définitive.

Annexe : suite de la proposition de présentation au colloque

« Dans la présentation, je vais expliquer en quoi la compilation d’articles évalués par des pairs et d’ouvrages publiés depuis les années 1980, tant en anglais qu’en français, est presque exhaustive et permet de généraliser les analyses qui vont suivre. Je mettrai également en lumière les éventuels biais de sélection et d’indexation qui peuvent être présents.

« Mon projet consiste à réaliser une analyse historique et bibliométrique des publications de type articles évalués par des pairs et de type chapitres de livres. Cette analyse permettra de mettre en évidence les variations observées au fil des années, dans diverses disciplines, pour différents sujets de recherche, ainsi que les enjeux entourant la publication (notamment les prépublications, les revues systématiques, les publications potentiellement prédatrices, les rétractions, etc.). Je montrerai, par exemple, comment les premières publications des années 1980 visaient à expliquer la montée en popularité de cette passion et à répondre aux paniques morales de l’époque. De même, j’illustrerai comment les publications récentes se concentrent davantage sur des thématiques telles que le genre, les actual play et les aspects psychothérapeutiques liés à la pratique du jeu de rôle. Je mettrai également en évidence la grande diversité des domaines académiques abordant l’étude du jeu de rôle, allant des disciplines traditionnelles telles que la sociologie, la psychologie et les humanités, jusqu’à des domaines plus atypiques tels que la musique, la neurosciences et la philosophie. Cette présentation s’étend également à l’échelle internationale, englobant l’Europe, l’Amérique du Nord, ainsi que d’autres régions d’Amérique latine et d’Asie. Je soulignerai la prédominance du jeu Dungeons & Dragons, tout en identifiant d’autres jeux étudiés ou mentionnés en marge de cette prépondérance.

« Pour enrichir cette analyse, je discuterai de la réflexion théorique et pratique de la communauté des joueurs sur leur loisir en parallèle du milieu universitaire. Je passerai également en revue les conférences, congrès et colloques consacrés au jeu de rôle, ainsi que les mémoires et thèses abordant ce sujet. Enfin, je discuterai des pratiques de citation dans le jeu de rôle sur table, dans son étude et dans ses communautés de pratiquants. »


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Martinolli (1 décembre 2023). R Studio pour analyser votre bibliothèque de références Zotero. Jeux de rôle sur table. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qk5e


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search