L’Enfer de Dante dans les jeux de rôle sur table

En ce moment, de nombreux événements célèbrent le 700e anniversaire de la mort Dante Alighieri (14 septembre). Ce poète italien du XIVe siècle est l’auteur de la Divina Commedia (« Divine Comédie ») où il raconte à la première personne une quête initiatique de transformation personnelle. La première partie Inferno L’Enfer ») est la plus connue. Elle possède une forte puissance évocatrice en raison de la description de lieux souterrains infernaux, variés et hantés par les tourments des suppliciés. L’Enfer de Dante a beaucoup influencé la culture, et donc la culture populaire, et donc la culture du jeu de rôle sur table. Dante était un joueur d’échecs. Est-il aussi un lointain ancêtre des rôlistes ?

« Continuez dans la forêt obscure, allez en 13. Sinon retournez en 256. »
[Gustave Doré, Inferno, Canto 1, 1861, CC0]

Un donjon dirigiste ?

L’Enfer pourrait être une inspiration ancienne de l’exploration de donjon (dungeon crawl) au point de vue esthétique en raison du caractère souterrain, lugubre et fantastique. Il est possible que les domaines de la Moria et du Mordor du Seigneur des Anneaux y aient empruntés des motifs.

Cependant, on pourrait reprocher à la quête initiatique de Dante d’être très dirigiste (railroading) car elle s’apparente plus au parcours linéaire d’un labyrinthe d’église (labyrinth en anglais) que de l’errance à choix multiples dans un labyrinthe de minotaure (maze en anglais).

Différence entre un labyrinthe (maze) et un labyrinthe (labyrinth).
CC-BY-NC : Sketchplanations.

Dirigisme ? Au début, Dante est perdu dans une forêt obscure. Il cherche à éviter successivement 3 bêtes sauvages qui le poussent à rencontrer Virgile. C’est un poète admiré de Dante mais surtout un PNJ donneur de quête et guide-accompagnateur qui sera abandonné à la fin de l’Enfer. Virgile sera ensuite remplacé par d’autres PNJs : Beatrice et Saint Bernard de Clairvaux pour le Purgatorio («Purgatoire») et le Paradiso («Paradis»). Ces PNJ sont omniprésents, ils répondent aux questions (même les plus impertinentes) et ils empêchent Dante de se perdre.

Comme dans les labyrinthes d’église, Dante a une agentivité très limitée : il a seulement le choix d’entrer dans le monde souterrain et de continuer. La porte qui mène aux enfers, et qui est peut être douée de parole comme avec le sort Bouche magique, annonce :

« Vous qui entrez, abandonnez toute espérance. » (Enfer III, 3).

C’est une introduction digne de tout bon donjon. Auguste Rodin a fait de cette porte son œuvre maîtresse.

Exploration extraplanaire

Plutôt qu’une exploration de donjons, la quête de Dante s’apparenterait plus à un arpentage des plans (planar crawl), c’est à dire à une visite de mondes parallèles ordonnés. Dante visite les neufs cercles concentriques et en spirale du cône des Enfers, puis le chemin ascendant du mont du Purgatoire, puis les cercles célestes et enfin les cercles angéliques du Paradis.

Structure des plans de la Divine comédie, Michelangelo Caetani, 1855, CC0.

Les premières esquisses des plans extérieurs (outer planes) dans Dragon Magazine pour OD&D (1977, no. 8, p. 4) et dans le Players Handbook pour Advanced Dungeons & Dragons, (1978, p. 120-121) doivent sans doute beaucoup à Dante. On y retrouve les Neufs Enfers, domaines des diables et de l’alignement loyal mauvais (Nine Hells of absolute Lawful Evil). Les autres plans d’existence ont la même structure empilées (ex : les 666 plans des Abysses chaotiques mauvais, etc.) et il faut normalement passer par la première couche avant d’accéder aux niveaux plus profonds. Il y a aussi une hiérarchie de puissance (D&D) ou de sévérité (Dante) entre les niveaux des enfers, les niveaux supérieurs étant plus bénins et plus vastes que les niveaux plus profonds.

Outer planes
En haut : plans extérieurs dans OD&D (Dragon Magazine no. 8, p.4, 1977) En bas : plans extérieurs dans AD&D (Players Handbook, 1978)

Dans Dragon Magazine no. 35 (1980), William Fawcett, concepteur de jeux et futur co-fondateur de Mayfair Games, mentionnait dans un article sur « Angels in Dungeons & Dragons » (p.18) [ajout après suggestion de Jon Peterson]:

« This article is intended as a supplement to the games of D&D and AD&D. Though the information it contains is based on both religious literature and theological speculations, it is not intended to be representative of any religion’s actual beliefs. Its sources also include popular fiction such as Dante’s Inferno and Milton’s Paradise Lost. »

Dans Dragon Magazine no. 75 (1983), Ed Greenwood, le futur concepteur du monde des Royaumes oubliés mentionnait dans son article « Nine Hells, part I » (p. 17) :

« A vast number of writers have offered their own religious or primarily fantastic conceptions of the infernal regions (those lands of the dead that are linked with evil spirits and, usually, punishment of the souls of the dead). The chief sources of geographically detailed descriptions of the hells are listed here, for DMs who want to develop their own versions: Dante’’s Inferno; Homer’’s Odyssey, book XI; Virgil’’s Aeneid, book VI; Spenser’’s Faerie Queene, book II canto 7; Ariosto’’s Orlando Furioso, book XVII; Tasso’ ’s Jerusalem Delivered, book IV; Milton’’ s Paradise Lost; Fenelon’’s Telemaque, book XVIII; and William Backford’’s fantasy romance Vuthek. Libraries are the best sources for the above books. »

Le module Inferno, publié par Judge Guild (1980), tente une première exploration des Enfers directement inspirées de Dante, mais il n’aura jamais de suite. Dedans, on y retrouve les 3 bêtes, mais aussi Charon, Minos, etc. Le jeu de rôle Abyss (1997) prend aussi explicitement l’Enfer de Dante comme cadre de campagne et permet de jouer les conflits entre les différents seigneurs des Enfers ou de jouer les forces d’interposition. Plus récemment, Inferno: Dante’s Guide to Hell (2021) pour D&D 5e est la toute dernière tentative d’exploration de l’Enfer de Dante dans une campagne.

Visite d’un autre monde

Un autre point commun entre la Divine comédie et les jeux de rôle fantastique est le thème de la visite d’un autre monde (visitation theme) qui a été décrit par Jon Peterson comme un trope littéraire qui a précédé et préparé l’apparition des jeux de rôle sur table dans Playing at the World. Ce sont des voyages d’évasion et de transformation personnelle. Le protagoniste fait face principalement à l’émotion de peur et la surmonte avant de retourner dans son monde d’origine :

The formula is a simple one: plausible contemporary persons undertake a journey to an undiscovered, fantastic realm, where after some adventures they return to their place of origin.

Exemples : Alice in Wonderland, The Wonderful Wizard of Oz, The Lion, the Witch, and the Wardrobe, A Connecticut Yankee at King Arthur’s Court.

« – Seulement des kobolds ?
– Seulement des kobolds. »
[Gustave Doré, planche n°7, “L’Enfer” de Dante, 1857, CC0]

 

Selon Edgar Dubourg, La Divine Comédie est l’une des premières fiction qui accorde une place importante au monde imaginaire. En effet, sa description est indépendante des besoins de l’intrigue et elle explore en détail des aspects précis et structurels qui vont au-delà de l’histoire. « D’ailleurs, durant le XVème siècle, un architecte du nom d’Antionio Maneti a créé une carte à partir de ce texte. Cette première carte imaginaire a lancé un débat très original pour l’époque : de 1450 à 1600, les intellectuels italiens l’ont débattu tout en essayant de l’améliorer à partir des écrits originaux, ce qui est l’un des premiers signes, dans l’histoire de la réception littéraire, d’un intérêt prononcé pour un monde imaginaire en lui-même ». [ajout 29 sept.]

Réenchantement du quotidien

Outre ce thème de la visite, Dante incorpore dans son voyage des personnes issues de sa culture humaniste (Virgile, Homère, etc.) ou de sa vie quotidienne (hommes politiques, religieux, etc.).

Cette démarche de sublimation d’émotions (colère ou amertume face à l’injustice ou la corruption, tristesse ou nostalgie de l’amour perdue) en les incorporant dans une fiction peut être proche de la démarche créative de joueurs et de maîtres de jeu. Les auteurs de fanfiction (une sous-culture proche du jeu de rôle sur table) ont aussi parfois une démarche semblable.

Économie du salut et ludification

Dans les lieux visités par Dante, les pécheurs sont punis proportionnellement aux fautes commises. Du Purgatoire au Paradis, il y a une progression par épreuves et par niveaux, avec lieux-clés et récompenses.

Cette modélisation scénarisée et simple d’action-conséquence correspond bien aux modèles de ludification (gamification) des jeux ludiques et des jeux sérieux. Le salut y est une démarche personnelle et collaborative, progressive, négociée, pédagogique, mesurable/ quantifiable et autotélique. Comme le jeu [de rôle sur table].

Avec D&D, il est intéressant de noter un changement théologique dans la signification des Enfers. Dans Dante et la théologie chrétienne, le diable est un ange qui refuse l’alliance avec Dieu, se détourne de lui, le trahit, le quitte pour demeurer seul. Dans D&D, Asmodée est un ange qui a dupé les dieux en leur faisant signer un contrat contenant des clauses cachées à son avantage (cf. Naetherion « Les Neufs Enfers »). D’une théologie de l’obéissance, on passe à une théologie du contrat. Le contrat est sans doute une valeur plus parlante dans le monde de l’édition.

Symbolisme

Le monde magique, accessible et décryptable, renvoie aussi à de nombreux thèmes de l’urban fantasy. Parfois une interprétation symbolique pertinente donne accès, ou aide à la compréhension ou à la maîtrise du monde magique ou du monde réel. Dans une sorte de démarche gnostique, certains jeux de rôle comme Nephilim ou Kult ont utilisé ce thème du symbolisme décrypté pour acquérir des connaissances qui donnent plus de pouvoir aux personnages. Il en va de même dans la Divine comédie où la compréhension ou l’anticipation des mécanismes du salut permet de choisir ensuite une vie bonne.

Dans Nephilim (3e édition, Manuel des joueurs, p. 102, 2001), Dante serait un Rose-Croix au côté de Paracelse, Agrippa, Descartes ou Goethe. Inferno (2003), un supplément de Kult 3e édition, cite et reprend légèrement les éléments de Dante. Dans Tenebrae (2013), l’Enfer de Dante est évoqué brièvement dans les secrets de l’univers de jeu permettant de jouer des paladins pendant la guerre de 30 ans. Dans Mélencholia (2020), un scénario pour Mantra – Oniropunk, les joueurs doivent parcourir les enfers pour rassembler neufs fragments.

Quelques jeux propose un cheminement de personnage-joueur proche de l’arc narratif de la découverte du salut de Dante :

  • L’ascension divine dans D&D Immortal rules.
  • L’éveil dans Kult.
  • La quête de l’Ascension dans Mage.
  • L’illumination spirituelle de l’Agartha dans Nephilim.

Dans les jeux cyberpunk

Dans quelques jeux de type cyberpunk ou post-apocalyptique, Dante est évoqué comme un clin d’œil.

Dans Shadowrun, Dante’s Inferno est une immense boîte de nuit iconique de Seattle, la ville centrale de l’univers de jeu. Il contient 9 étages avec de nombreux hologrammes simulant des flammes. On y entre par le toit en passant devant Charon, le videur, et on descend les étages. À chaque étage, à l’accès filtré, correspond un péché. L’étage le plus bas s’appelle Hell.

Dans le Monde du progrès, l’univers de jeu de SLA Industries, Dante est une planète de type « monde de guerre », en conflit perpétuel, où l’espérance de vie moyenne d’un soldat fraîchement débarqué ne dépasse pas quelques minutes. Les rares survivants qui en reviennent sont des vétérans de guerre fous qui hantent la ville de Mort City. Dans Mort City, on retrouve aussi une boîte de nuit immense et multi-étagée : The Pit.

At the entrance (“Deth’s Door”, after the Shaktar that runs gate security for The Pit) the words “Lasieate ogin sperenga voi ch’entrate” are written, which is Killian for “Abandon hope, all ye who enter here.”
SLA Industries: Mort Sourcebook (1995).

Dans Mage: the Ascension, le personnage sur la carte de tarot de la couverture (1ère éd.) est un Adepte du virtuel qui s’appelle Dante, un PNJ important du jeu. Dans le jeu post-apocalyptique Stygmata, les Anges de Dante sont des « motards convaincus que [l’Europe d’]Eden est un enfer à dominer. »

Dans beaucoup de jeux cyberpunk, certaines épreuves dans la matrice (monde parallèle informatique) peuvent être comparées au parcours infernal dantesque.

Dante, auteur de jeu de rôle ?

Dans Wraith : The Oblivion, Dante est l’auteur apocryphe (fictif) de l’Historia Popularis Stygiae (“Une histoire populaire de Stygie”). Il s’agit d’une section du jeu de rôle de base décrivant l’histoire du monde des ombres (2e édition, p. 59-75) :

(…) Here I cannot be silent, Readers. Hear me swear to you, as you go through this world, do not forget hope. Feed it, nourish it, conjoin with one another and encourage it, make it a powerful, lively thing. Do not forget the words of Charon, or the Lady of Fate, who have promised for us the path to eternal peace. I charge thee all, be faithful to the great goal, and there shall we all find Transcendence.
By Charon’s Oar,
Dante Aligheri

Une citation épigraphique non-apocryphe (donc vraie) de Dante est aussi présente à la page 236 :

« Trasumanar significar per verba non si poria. »
– Dante, Paradiso, Chant I. 70–71
Traduction : S’élever au-dessus de l’humain ne peut se décrire par des mots. NB: trasumanar est un mot inventé par Dante.

Citations de Dante

Que l’Inferno de Dante soit utilisé directement ou indirectement, Dante est assez souvent cité dans les jeux de rôle sur table. C’est dans les jeux du Monde des Ténèbres (World of Darkness) de White Wolf que l’on retrouve le plus de citations directes, de mentions dans le texte, dans la bibliographie, voire de textes apocryphes.

Jeu Liste bibliographique Citation épigraphique Mention dans le texte
Players Handbook. AD&D (1978) 0 0 0
Inferno (1980) 0 0 1
Dragon Magazine no. 35 (1980) 0 0 1
Dragon Magazine no. 75 (1983)
1 0 0
Abyss (1997)      
The Book of Madness (1994) pour Mage The Ascension 1e éd. 1    
Wraith : The Oblivion 1e éd. (1994)
1   1
Wraith : Player’s guide (1995)
0   1
Wraith : The Oblivion 2e éd. (1996)
0 1 p. 59-75
Mage: The Sorcerer’s Crusade (1998)
0 2.5  
Nephilim, Manuel des joueurs (3e éd. 2001)
0
0
1
Inferno, pour Kult 3e éd. fr. (2003) 0
0
p. 6-11
Casus Belli magazine (3e éd. no.3)
0
0
1
Tenebrae (2013)
     
Mélencholia (2020)
     
Inferno: Dante’s Guide to Hell (2021)
     

Même sans ces liens de citation explicite, il est raisonnable de penser à une influence de la Divine comédie sur de nombreux jeux de rôle sur table. Les motifs esthétiques de l’Enfer, la progression de la quête et l’organisation ordonnée des plans en seraient les principales manifestations.

____________________

Rédigé grâce à des recherches sur Le Guide du Rôliste Galactique, Wikipédia, DragonDex (index du magazine Dragon) et RPGGeek.

Merci de partager en commentaires vos références ou réflexions sur Dante dans les jeux de rôle sur table!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.