Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (2/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. Ce billet fait suite à un premier billet publié l’an dernier.

Quelques ajustements de méthode

Codage des variables

Le codage des variables a été compilé dans un fichier CSV déposé dans le projet OtSoCG sur GitHub. Le fichier est mis à jour au fur et à mesure. Les scripts R vont récupérer les données de ce fichier.

J’ai changé la manière de coder les variables. Par exemple, pour le type d’épigraphe, au lieu de tout mettre les types ensemble dans une même colonne (ex: lahr) je les ai mis chacun dans une colonne séparée (ex: colonne l, colonne a, colonne h, etc.). En cela, je suis les conseils de notre bibliothécaire des données numériques qui a relayé les principes de Tidy data de Hadley Wickham.

Principes de Tidy data de Hadley Wickham

Note : il faudrait que j’apprenne à utiliser des Jupyter notebook pour constituer des dictionnaires de code des variables (nom, format, sélection, etc.).

Noms des variables

  • qid : identifiant Wikidata du jeu générique ou de l’édition précise parfois (ex: Q5457)
  • edition : label du nom de l’édition (ex: 2nd, 2nd revised, etc.)
  • series_ordinal : rang de l’édition en nombre entier
  • label : nom du jeu (nom générique de la gamme, ou de la ligne de jeu). Rassembler les jeux le plus possible pour pouvoir faire des séries longitudinales.
  • date : date de publication
  • nb_forged : nombre total d’épigraphes inventés par le jeu pour le cadre intra-diégétique du monde
  • nb_work : nombre total d’épigraphes tirés d’œuvres pré-existantes au jeu (ie. le jeu contient au moins un) :
    • academic (codé a) : essai, ouvrage d’histoire, article, etc.
    • literature (l) : roman, nouvelle, poésie, etc.
    • historical (h) : citation de personnage historique
    • music (m): parole de chanson
    • religious (r) : issu de textes sacrés, religieux ou spirituels
    • game (g) : jeu (de société, de plateau, de carte, grandeur nature, etc.) ou parole de game designers
    • unknown (u) : je n’ai pas trouvé le type
    • bd (b) : bande dessinée, comic, manga, manwa, etc.
    • cinema (c) : film ou série tv
    • videogame (v) : jeu vidéo
    • franchise (f) : œuvre littéraire ou autre, précédent le jeu et dont le jeu est issu de la franchise ou qui est une inspiration explicite directe.
  • confusing_mix (x) : si les épigraphes inventés par les concepteurs du jeu et ceux tirés d’œuvres existantes se mélangent et créent une confusion fictif-réel.
  • notes (non codé) : notes diverses

Exclusions

Ont été exclus de la recension:

        • Les textes épigraphiques issus des scénarios (souvent des props : articles de presse, lettres etc.).
    • Les épigraphes attribués à une classe de personnage pour illustrer cette classe.
    • Les épigraphes sans source.

Premiers résultats

Quelques remarques pendant ce travail de recension.

Mise en page des épigraphes

Dans les jeux de rôle, la plupart des épigraphes ont une mise en forme semblable :

  • Section : Souvent dans la partie « fluff » du livre de jeu. Plus rarement dans la partie règle. Presque jamais parmi les listes d’éléments dans les règles (listes de sorts, listes d’équipement, listes de compétences).
  • Positionnement : En tête de chapitre, sous le titre du chapitre; ou en tête de paragraphe, sous le titre du paragraphe. Plus rarement, dans un encart encadré.
  • Structure : Texte de l’épigraphe, suivi de la source.
  • Paragraphe : Retrait à droite, ou à gauche ou les deux.
  • Police : Légèrement différente du texte régulier de tout le jeu (ex: en italique, ou dans une police différente, ou de taille plus réduite ou plus grande).
  • Mise en forme de la source : Auteur, suivi du nom de l’œuvre. Souvent précédé par un tiret cadratin. Exemple :
Zantabulous Zorcerer of Zo (2006), p. 5

Citations apocryphes

Dans mes formations, je mets souvent en garde mes étudiants contre les citations apocryphes (fausses citations) pour qu’ils ne fassent pas l’erreur d’en insérer dans leurs travaux. En effet, c’est une perte de crédit immédiate puisque cela prouve que l’étudiant n’a pas vérifié que l’auteur de la citation a vraiment dit une chose et dans quel document.

Quelle a été ma surprise de voir une (probable) fausse citation de Einstein dans Faery’s Tales Deluxe (p. 1) et dans Zantabulous Zorcerer of Zo (p. 89) !

Un bibliothécaire de la Library of Congress a fait une enquête sur cette fausse citation.

Épigraphes graphiques

Parfois, je suis tombé sur des citations de cases de bandes dessinées (Prince Valiant, Les Quatres de Baker Street), ou des gravures sous-titrées (Baron Munchausen).

Source : Prince Valiant : The Story-Telling Game (1989)

Données quantitatives

Le code R pour produire les résultats ci-dessous se trouve ici : https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/R/OtSoCG_epigraphs.R

Il peut être aussi être exécuté en ligne à partir de cette page (où j’ai reporté la plupart des scripts : https://colab.research.google.com/drive/1gb9XBBNy3qniJ-aRlq1r_LtAue0wBNxy

Épigraphes inventés intra-diégétiques

Certains jeux font un usage abondant de citations épigraphiques inventées par les concepteurs du jeu. Le but est principalement d’augmenter l’immersion dans l’univers du jeu en apportant une touche de vraisemblance. En effet, ce sont des épigraphes intra-diégétiques donnant la parole à des personnages non-joueurs.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes
inventés
Nobilis1st. ed.373
EarthdawnClassic242
Earthdawn3rd ed.111
Rogue Trader99
ChampionsThe New Millenium92
Corporation92
Cyberpunk202084
SLA Industries1.1 (2000)73
SLA Industries1st ed. (1993)73
Nephilim20e anniversaire64
Top 10 des jeux avec le plus d’épigraphes inventés

Confusion entre œuvres réelles et fictives

Edgar Alan Poe et H.P. Lovecraft aimaient mélanger des œuvres fictives (ex: le Necronomicon) avec des œuvres réelles (Harnušek 2013). Sans doute pour produire un effet de vraisemblance des œuvres fictives, troubler le lecteur, jouer avec lui et le mettre dans un état de confusion.

Certains jeux inventent des livres fictifs et les mélanges à des livres existants. Par exemple Call of Cthulhu reprend ce que faisait Lovecraft en listant des livres du Mythos avec des livres occultes existants. Ou bien Baron Munchausen 3rd ed. mentionne une douzaine de titres de faux-livres en faisant un astucieux mélange d’humour et d’érudition geek.

Cependant l’essentiel de ce procédé littéraire est repris dans les épigraphes. En effet, j’ai repéré 21 épigraphes d’œuvres inventées mélangés avec des épigraphes d’œuvres existantes, ou bien des citations pseudo-historiques de personnages historiques ayant existé à côté de citations réelles d’autres personnages historiques. La plupart de ces jeux peuvent être classés dans la catégorie de genre urban fantasy ou horreur contemporaine.

Source : Godlike: Superhero Roleplaying in a World on Fire, 1936-1946 (2001)
JeuxÉdition
Achtung Cthulhu!
Armageddon: The End Times2nd ed.
Bitume10e anniversaire
Changeling: The Dreaming1st ed.
Corporation
Cypher System
Fanhunter, el juego de rol épicodecadente
Godlike
In Nomine Satanis – Magna Veritas1ere éd.
In Nomine Satanis – Magna Veritas4e éd.
Nephilim3e éd.
Nephilim20e anniv. (4e)
NephilimEnglish
Orpheus
Over the Edge2nd ed.
Retrofuture
Sorcerer
Space Master2nd ed.
The Laundry
Werewolf: The Apocalypse2nd ed.
Z-Corps
Liste des 21 jeux mélangeants des épigraphes réels à des épigraphes fictifs inventés

Épigraphes d’œuvres existantes

Parmi les œuvres existantes, les types d’épigraphes les plus représentés (en général, voir note ci-dessous) sont :

Types d’épigrapheNombre de fois représentées
literature125
academic69
historical58
franchise44
religious39
music38
cinema31
confusing mix21
bd, comic, manga20
game17
unknown10
videogame1
Je n’ai pas indiqué le % proportionnel de chaque type car il peut y avoir plusieurs types pour un même jeu.

Note : Je n’ai pas compté le nombre de chaque type d’épigraphes. Je pense que c’est une erreur car j’aurai pu avoir un codage plus fin et plus pertinent. Je ne l’ai pas fait en croyant que je me gagnerai du temps mais, in fine, je ne pense pas que cela m’aurait créé plus de travail.

JeuxÉditionNombre d’épigraphes d’œuvres existantes
Buffy the Vampire Slayer Roleplaying Game410
SengokuRevised ed.310
The Lord of the Rings Roleplaying Game273
Arcana Mvndi125
Mage: The Ascension1st ed.112
Vampire: The Masquerade1st ed.93
A Game of Thrones92
The Dying Earth Roleplaying Game91
Miles Christi90
The One Ring Roleplaying GameAdventurer’s book90
Top 10 des jeux qui citent le plus d’œuvres existantes

Futures pistes de recherche

  • Recenser d’autres jeux.
  • Recenser les pratiques de citations dans les bibliographies, les listes d’inspiration, les conseils de lecture, les références historiques, etc.
    • Comparer si les jeux avec une bibliographie sont aussi des jeux avec épigraphes. Corrélations ?
  • Constituer une liste de jeux notables avec un système de pondération pour donner une valeur aux données issues de chaque jeu. Par exemple, Vampire: The Masquerade n’a pas eu le même poids dans la culture du jeu de rôle que La méthode du Dr. Chestel. Établir des critères objectifs : nombre d’éditions, nombre de traductions, nombre de citations par d’autres jeux, existence d’une page Wikipédia, etc.
    En effet, je me suis rendu compte que présenter des données sans ce type de pondération avait moins de pertinence et moins de valeur car on peut moins généraliser.
    • Une fois la liste des jeux avec indice de notabilité constituée, dessiner un graphe avec le nombre d’épigraphes par années pour voir s’il y des tendances.

Mais pourquoi tout ça ?

  • Les jeux de rôle sur table et les citations me permettent de faire de la science amateur.
  • Cela permet de produire des connaissances modestes sur les jeux de rôle sur table, un domaine de niche mais que j’ai à coeur depuis l’école primaire.
  • Cela me permet d’exercer des méthodes pour ensuite être plus proche cognitivement et émotionnellement des étudiants et des chercheurs que j’accompagne.
  • Dans la démarche scientifique, il y a un aspect important : une douloureuse et irrationnelle obsession (painful irrational obession). On ne peut pas faire l’économie d’une collecte des données éreintante et coûteuse en persévérance. Un peu comme les scientifiques qui comptent les oiseaux sur des îles sans plage. Je pense que la science ne peut se passer de cette dimension fastidieuse. Savoir ça c’est bien, mais le pratiquer met bien les choses en perspective.
  • Je pense qu’en étudiant un sujet à fond, quel qu’il soit (alors autant que ce soit un hobby passionnant), on accroit sa culture générale. De plus, en étudiant ce sujet à fond, cela nous oblige à aller découvrir des méthodes et des bonnes pratiques (que l’on peut ensuite appliquer ailleurs).

Références

rdrr.io : Incorporer du code R dans une page web

Harnušek, Ondřej. « Lovecraft and Poe: Masters of the Macabre of Providence ». B.A. English Language and Literature, Masaryk University, 2013. https://is.muni.cz/th/361731/ff_b/Lovecraft_and_Poe_Masters_of_the_Macabre_of_Providence.pdf

Rothman, Joshua. « How Does Science Really Work? » The New Yorker, https://www.newyorker.com/magazine/2020/10/05/how-does-science-really-work. Consulté le 15 avril 2021.

Szalai, Jennifer. « Modern Science Didn’t Appear Until the 17th Century. What Took So Long? » The New York Times, 7 octobre 2020. NYTimes.com, https://www.nytimes.com/2020/10/07/books/review-knowledge-machine-irrationality-created-modern-science-michael-strevens.html.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.