Les épigraphes dans les jeux de rôle sur table (1/2)

Cet essai fait partie du projet On the Shoulders of Cloud Giants qui étudie les pratiques de citation dans les jeux de rôle sur table. L’idée m’est venu d’un des épisodes de Podcast Science d’il y a quelques années où une intervenante voulait faire une étude des utilisations d’épigraphes dans les articles scientifiques.

Généralités sur les épigraphes

Définition

Un épigraphe est une courte citation, habituellement d’un autre auteur, placée au début d’un texte, un livre ou un chapitre par exemple. C’est généralement un proverbe, un vers, une phrase d’un roman, etc. Cet élément de paratexte peut avoir des buts différents : poser une ambiance, jouer avec le lecteur, etc.

Histoire

Exemples d’œuvres influentes contenant des épigraphes (1,2,5) :

  • Les plus anciens que mes sources (1-5) ont investiguées remontent aux Canterbury Tales de Chaucer (c.1400).
  • Des épigraphes fictifs se trouvent dans Don Quixote (1605) et dans Gulliver’s Travels de Swift (1726) expliquant que Gulliver existe.
  • En latin : dans De l’esprit des lois de Montesquieu (1748) ou les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand (1848).
  • Pour chaque chapitre dans de nombreux romans gothiques : Le Moine de Lewis (1796), Melmoth de Maturin (1820), les nouvelles de Edgar Allan Poe, etc.
  • Il semble que les romantiques en font une utilisation abondante comparativement à leurs prédécesseurs : comme dans Han d’Islande de Victor Hugo (1823).
  • Moby-Dick de Melville (1851) contient peut être le plus long épigraphe.
  • Mode chic dans les années 20 avec Hemingway ou Fitzgerald.
  • Beaucoup d’auteurs de fantasy les utilisent [projet futur : en faire une recension] : J.R.R. Tolkien, C.S. Lewis, moi, etc.

Épigraphes et droit d’auteur

[NB: Les informations qui suivent ne constituent pas un avis juridique.]

Même si un épigraphe est un extrait court, cela ne dispense pas la personne qui diffuse un épigraphe issu d’un extrait d’un texte sous copyright de demander une autorisation pour son utilisation. Par exemple, les paroles de chanson ou les vers de poésie, même cités très laconiquement, sont susceptibles de poser problème.

Dans certains cas particuliers, une utilisation équitable peut être invoquée. Par exemple, le sens de l’épigraphe est directement relié au sens du texte qui suit (il n’est donc pas purement décoratif).

Buts

S’ajoutent ensuite des fonctions que je dirai « apéritives », spécifiques à l’épigraphe (2,3,4,5) :

  • Susciter une émotion (mood) chez le lecteur : une humeur, une disposition. Et ainsi donner un aperçu de l’esprit du texte, du ton, de l’ambiance, du genre, du thème, ou d’un changement de ton.
  • Interpeller la capacité d’interprétation du lecteur : amorce, clé de compréhension, commentaire du texte, éclairage nouveau sur un personnage, effet de loupe sur une idée.
  • Révéler ou présager un évènement à venir (foreshadowing), ou créer une attente chez le lecteur.
  • Exposer l’univers de manière diégétique et non magistrale pour donner un effet de vraisemblance et d’immersion. Exemple : l’épigraphe du Seigneur des Anneaux
Épigraphe des 3 volumes du Seigneur des Annneaux
Épigraphe des 3 volumes du Seigneur des Anneaux

Mais aussi :

  • Jeu avec le lecteur : épigraphes apocryphes (purement inventés), en contrepoint ou comme distance ironique avec le texte.
  • Caution intellectuelle ou morale des auteurs cités, ou connexion du texte à un corpus plus large d’œuvres.
  • Exposition de l’univers culturel de l’auteur du texte, et disons-le étalage de sa culture ou de son érudition.
  • Impression de mise en abime avec des mini-histoires derrière chaque épigraphe.
  • Rappel au lecteur que l’auteur aussi est un lecteur.
  • Faire joli en variant la mise en page.

Et dans les jeux de rôle sur table ?

Le site TV Tropes a brillamment synthétisé le concept d’épigraphe comme élément d’exposition diégétique avec le terme « Encyclopedia Exposita » (le site détaille aussi le terme Épigraphe, mais il est moins complet). Dans la sous-section Tabletop Games, il recense quelques jeux de rôle qui utilisent les épigraphes comme outils d’exposition sans douleur (painless exposition).

On y trouve (en mai 2020):

  • Une association avec le texte de fluff des cartes Magic: The Gathering.
  • Un commentaire sur les épigraphes très nombreux de Nobilis, épigraphes d’œuvres qui n’existent pas.
  • Une mention que les jeux de White Wolf, les Van Richten’s Guides de TSR, Shadowrun, Paranoia XP, Chuubo’s Marvelous Wish-Granting Engine et la gamme Warhammer 40.000 en font un usage régulier.

À ma connaissance et à ce jour, c’est seule la page web contenant de l’information sur les épigraphes dans les jeux de rôle (à part une discussion de forum portant sur les épigraphes dans les jeux SJG).

Pour aller plus loin

Dans le cadre de mon projet On the Shoulders of Cloud Giants, j’ai décidé d’ajouter une variable Épigraphe pour recenser tous les types d’épigraphes et leur quantité dans un jeu de rôle donné.

Codage de la variable

La variable est codée selon une série de caractères. Par exemple, une valeur peut être hrs ou bien gcab. Il n’y a pas d’ordre dans les lettres

s : several (more than 10)
0 : none (no epigraph)
l : literary, written arts
a : academic, essay
h : historical
r : religious
p : pseudo-historical
f : in fiction / purely diegetic
g : game designers
m : music
c : cinema/tv
v : videogame
b : bd, manga, comics
u : unknown

Script R Studio pour fusionner une variable dans une table locale avec une table de données existante

Le codage Épigraphe se fait à la main dans un fichier csv formaté comme il suit :

"","citing","citingLabel","epigraph"
"94","http://www.wikidata.org/entity/Q16382652","Athanor","rmlu"

Voir le code https://github.com/pmartinolli/OtSoCG/blob/master/extractnmerge_epigraph.R

Quelques remarques pendant ce travail de recension

En attendant les résultats complets, voici ce que j’ai remarqué :

  • Dungeon World (25 épigraphes), Nobilis et Sorcerer (19) sont de grands champions du nombre d’épigraphes.
  • Nobilis contient bien des épigraphes complètement fictifs mais quasi-réels. Leur caractère purement diégétique n’est pas évident à premier abord puisqu’ils ressemblent à des épigraphes d’œuvres qui pourraient exister. Cela créé un effet de confusion intéressant.
  • Plusieurs jeux ont exactement six (6) épigraphes.
  • Pendragon explique (p. 6) les trois types de citations épigraphiques incluses dans le livre des règles et leurs significations.

Exemple :

kult-p240
Épigraphe graphiquement mis en évidence dans le texte du livret de base du jeu Kult (v.1 English), p.240. Extrait des paroles de musique de Dead Can Dance.

Et ensuite ?

À suivre pour les résultats de l’analyse…

Références

  1. Genette, Gérard, Seuils, Paris, Editions du Seuil, 1987, p. 136-148.
  2. Ahern, Rosemary, éd. The Art of the Epigraph: How Great Books Begin. New York: Atria Books, 2012.
  3. Thiebaut, Guy. « L’effet-épigraphe dans le Facundo de D.F. Sarmiento ». América : Cahiers du CRICCAL, Les Formes brèves de l’expression culturelle en Amérique Latine de 1850 à nos jours : Poésie, Théâtre, Chanson, Chronique, Essai, 18, nᵒ 2 (1997): 547‑57. https://doi.org/10.3406/ameri.1997.1291.
  4. Kieffer, Kristen. « Should You Include an Epigraph in Your Novel? » Well-Storied (blog), 2016.
  5. Shemshurenko, Oksana, Guzel Golikova, et Monika Ševečková. « Poetics of the Psychological Game: The Role of the Epigraph in the Short Stories by E. A. Poe ». Astra Salvensis 1, nᵒ 4 (2017): 95‑101.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.