Defence wargaming handbook [extrait]

Defence wargaming handbook est une très bonne introduction en libre accès de ce qu’est un wargame et comment en concevoir un dans un but éducatif. Les wargames sont à l’origine du premier jeu de rôle sur table (D&D).

Sur le sujet de la détermination des conséquences des décisions des joueurs (jugements : libre, rigide, semi-rigide et minimal/consensuel), le jeu de rôle est cité comme un outil et une technique qui peut soutenir le jugement (p.44):

« Jeu de rôle. Les wargames militaires incluent parfois un élément de jeu de rôle, mais ils sont rarement basés sur le jeu de rôle seulement. Le jeu de rôle peut exercer une forte influence sur un jugement libre [un jugement d’expert basé sur son expérience, pas sur des règles] ou même sur un jugement minimal/consensuel. Limiter le jeu et les interactions d’un joueur peut réduire cette influence, mais au risque de réduire les bénéfices du jeu de rôle (créativité et pensée libre). L’expression ultime du jeu de rôle est un jeu complètement ouvert avec un jugement consensuel. Une étude scientifique [note de bas de page] a montré que dans les conflits humains, le jeu de rôle est un meilleur prédicateur des conséquences/ décisions d’un conflit qu’un simple expert, ou que la théorie des jeux, ou que les simulations d’interactions, ou que les jugements non-aidés. »
[note de bas de page = Green, K. C. (2005). Game theory, simulated interaction, and unaided judgement for forecasting decisions in conflicts: Further evidence. International Journal of Forecasting, 21(3), 463–472. On peut télécharger une version préliminaire en libre accès sur SSRN]

D&D en prison… quel genre d’évasion ?

Pour les prisonniers, les jeux de rôle sur table peuvent être un loisir important.

  • « Par dessus tout, sans erreur, tous les liens de gangs, les appartenances religieuses ou les affiliations raciales sont dépassées par les liens du jeu. (…) Dungeons and Dragons est ma réhabilitation avec laquelle je m’échappe dans ma propre réalité pour résoudre mes propres problèmes. » (1)
  • [justifications d’un prisonnier pour avoir planté un stylo dans la jambe d’un autre prisonnier qui venait interrompre sa partie: ] « Dans la prison, on a 3h par jour d’accès aux tables communes et où on n’est pas enfermé. Alors on a très peu de temps pour jouer et temps doit être partagé avec les appels téléphoniques, les douches, etc.» (1)
  • Les prisonniers peuvent être très ingénieux pour construire leurs propres dés (normalement interdits) (2)

Pour le système pénitentiaire américain, les activités de jeux de rôle peuvent :

  • Amener à des comportements de gang, « les joueurs regardant le Maître de Jeu, au lieu de la hiérarchie d’autorité précautionneusement construite de la prison. » (3)
  • « Bloquer la réhabilitation (…) développer une obsession d’évasion de la vraie vie et du milieu correctionnel. » (3)
  • Promouvoir « la compétition hostile, la violence et les comportements d’évasion systématiques, ce qui compromet sa réhabilitation et sa reprogrammation positive. » (3)
  • Être banni de la prison car « la punition est un aspect fondamental de l’emprisonnement, et les prisons peuvent choisir de punir les prisonniers en les empêchant de participer à leurs passes-temps favoris. » (3)

Si l’évasion est une stratégie d’échapatoire, dans ce cas « la distraction des souffrances causées par le prisonnier», l’ennui en prison,… Frode Stenseng (4) a trouvé que cela pouvait amener à des résultats négatifs. Il a appelé cette stratégie d’évasion auto-suppressive (self suppression escapism). [NB: d’autres ont dit que ce type d’évasion pouvaient avoir des effets positifs, surtout en prison où l’ennui peut mener à des psychopathologies (5)]

Si l’évasion est un cadre pour développer de nouvelles compétences ou fortifier sa personnalité, dans ce cas développer des comportements coopératifs, communiquer, pratiquer des calculs de math simples, exercer son imagination active, jouer le rôle d’un personnage qui expérimente une croissance personnelle,… cela peut amener à des résultats positifs. Stenseng a appelé cette stratégie d’évasion auto-expansive (self-expansion escapism).

(1) Dragons in the Department of Corrections
(2) Comment jouer à « Donjons et Dragons » en prison
(3) source: US Court of Appeals, 7th Circuit; avec Google Scholar, chercher Case Law with « Singer v Raemisch ». Contexte: en 2010, la cour a affirmé un jugement permettant le bannissement de D&D en prison.
(4) U Oslo, Psychologie.
(5) How to survive solitary confinement.  
Other sources used : When Dragons Plays Dungeons + Zotero database > History of RPG > RPG bashing and defense > prison.

Social Workers’ Perceptions of the Association Between Role Playing Games and Psychopathology [article révisé par comité de lecture]

Ben-Ezra, Menachem, Eric Lis, Agata Błachnio, Lia Ring, Osnat Lavenda et Michal Mahat-Shamir. « Social Workers’ Perceptions of the Association Between Role Playing Games and Psychopathology ». The Psychiatric Quarterly, 2017, 1‑6. doi:10.1007/s11126-017-9526-7.

Perceptions des travailleurs sociaux d’une possible association entre les jeux de rôles et une psychopathologie

  • Plus les travailleurs sociaux en connaissent sur les jeux de rôle, moins ils perçoivent de relations entre les jeux de rôle et une quelconque psychopathologie listée dans le DSM-IV-TR.

Cette étude suit 2 autres études: Psychiatrists’ Perceptions of Role-Playing Games & Psychiatrists’ Perceptions of World of Warcraft and Other MMORPGs. Ces deux études ont été faite avec le même questionnaire destiné à des psychiatres du réseau hospitalier de McGill, Canada. Elles peuvent avoir un biais de réponse car seulement 48 psychiatres ont répondu sur les 160 interrogés.

  • 22% des psychiatres qui ont répondu perçoivent un lien possible entre la pratique des jeux de rôles et des problèmes de santé mentale (comme la dépression ou l’anxiété sociale,…).
  • 23% avaient déjà joué dans leur vie aux jeux de rôle, 6% dans les 6 derniers mois.

Role immersion in a history course: Online versus face-to-face in Reacting to the Past [article révisé par comité de lecture]

Buchanan, Thomas C. et Edward Palmer. « Role Immersion in a History Course: Online versus Face-to-Face in Reacting to the Past ». Computers & Education 108 (2017), 85‑95. doi:10.1016/j.compedu.2016.12.008.
Immersion dans un rôle pour un cours d’Histoire: Comparaison de Reacting to the Past en ligne et en face-à-face
Reacting to the past (RTTP) est une technique d’enseignement basée le jeu de rôle non-costumé de personnages historiques dans des débats scénarisés.
C’est couteux car c’est une technique jouée en « face-à-face.
Les auteurs ont remarqué que le jeu de rôle en ligne avait les mêmes effets sur l’apprentissage, mais que en général les étudiants aimaient moins.
Pour une meilleure satisfaction des étudiants, ils suggèrent un format mixte combinant les techniques en ligne (préparation au scénario, vidéos de présentation et discussions) et les techniques en face-à-face (négociations complexes et prises de décision).
Notes: étudiants australiens de 2ème et 3ème année d’université (n=51+87); très bonne revue de littérature sur le sujet.