Archives mensuelles : mars 2017

We’re Just Playing: The Influence of a Modified Tabletop Role-Playing Game on ELA Students’ In-Class Reading [article revu par comité de lecture]

Cook, M. P., Gremo, M., & Morgan, R. (2017). We’re Just Playing: The Influence of a Modified Tabletop Role-Playing Game on ELA Students’ In-Class Reading. Simulation & Gaming, 48(2), 199-218.

On fait juste jouer: L’influence d’un jeu de rôle sur table modifié sur l’activité de lecture d’une classe de Français.

Un enseignant de collège (équivalent cours de Français) adapte la nouvelle The Most Dangerous Game en un jeu de rôle sur table et devient le maître de jeu de 36 élèves (la classe est divisée en 2 groupes de 18, puis en équipes de 4-5 joueurs). Le système de résolution est une adaptation simple de Pathfinder RPG. Tout le matériel et les vidéos d’instruction sont en ligne ici.

Les élèves ont positivement:
– utilisé les informations de la nouvelle (événements et lieux) pour guider leurs décisions
– joué le rôle de leurs personnages
– collaboré pertinemment pour s’aider les uns les autres

Besoins:
– l’enseignant doit être un maitre de jeu expérimenté et être confortable dans ce rôle
– donner des instructions avant le jeu sur : comment participer au jeu et à l’histoire + comment communiquer et travailler dans un petit groupe.

Donjons & Dragons à la CIA [buzz médiatique + contexte historique]

Quatre agents de la CIA ont participé au festival SXSW à Austin, Texas en mars 2017. Ils ont présenté quelques jeux de rôles/ de plateau pour former les agents de la CIA.

Parmi les bénéfices de ces jeux :

  • Coût de développement faible
  • Rapidité et facilité de conception, de modification et d’adaptation
  • Stimule la collaboration et la coopération en équipe
  • Apprend la gestion de ressources, de budgets et du temps
  • Aide à analyser, modéliser, synthétiser et prévoir les environnements complexes et les problèmes d’un monde réel en changement rapide
  • Force les joueurs à gérer plusieurs scénarios simultanément
  • Développe le sens critique sur le modèle du jeu et ses biais

« Les gens jouent à un jeu, ensemble ils explorent le modèle mental que le concepteur du jeu a conçu. […] Ils apprennent, très vite, parce qu’ils sont immergés et ils agissent dedans le jeu. Ils lancent des actions, réagissent, voient ce qu’il se passe. Les histoires vous imprègnent et les joueurs vont se souvenir de ce qu’ils ont vécu car c’est devenu personnel […] Le plus grand pouvoir des jeux de simulation c’est que les joueurs doivent faire fonctionner le jeu eux-mêmes et en connaître les règles. » (David Clopper, CIA Senior Collection Analyst, programme de conception de jeu depuis 2008, joueur de Donjons & Dragons).

Sources: Ars Technica, SXSW & LaPresse

*

Précédents notoires d’utilisation de jeux pour le renseignement et la guerre:

  • Chine: Wei-hai (-500) et Weiqi (-400) comme jeux d’encerclement et de conquête de territoires pour la caste des lettrés.
  • Allemagne: différents Kriegspiels (de 1797 à 1876) sont des jeux de simulation de bataille pour entraîner les officiers de l’armée. Pendant la Première guerre mondiale, le haut commandement allemand playteste les offensives finales du printemps 1918.
  • Angleterre: le Ministère de la guerre conçoit des Règles pour simuler la guerre sur une carte en 1896 (HG Wells publie le jeu de guerre commercial Little Wars en 1913)
  • États-Unis: la RAND Corporation conçoit le Jeu de la guerre froide (1955-1956): quatre parties de jeu de rôles politiques massivement multijoueur. Le jeu de guerre Tactics a été publié une avant auparavant et a lancé l’âge d’or du jeu de guerre aux États-Unis.

Sources: cf. Zotero TRPG-JDR > History of RPG > Cold War-Wargames

Referencing the Imaginary: An Analysis of Library Collection of Role-Playing Game Materials [article révisé par un comité de lecture]

Schneider, E. and Hutchison, B. (2015). Referencing the Imaginary: An Analysis of Library Collection of Role-Playing Game Materials. The Reference Librarian, 56 (3) : 174–188.

Référencer l’imaginaire: une analyse des collections de jeux de rôle dans les bibliothèques

Une enquête américaine récente a montré que les jeux de rôle sont pauvrement collectionnés et mal référencés dans les bibliothèques publiques et académiques, même la Library of Congress. Deux raisons sont offertes : les effets des paniques morales des années 80 qui se font encore ressentir, et la méconnaissance des pratiques éditoriales complexes de ce passe-temps (plusieurs séries, plusieurs éditions et livres optionnels).

« Q1: A quel point ces jeux sont-ils collectionnés par les bibliothèques ?
La réponse est clairement: ces jeux ne pas pas largement ou systématiquement collectionnés. Parmi les 953 participants de OCLC [super-catalogue de bibliothèques], seuls 5,16% avaient au moins un de ces titres [liste conçue pour l’enquête] et en moyenne ils avaient 3,67 titres. Plus de 90% d’entre eux, n’avaient aucun titre. » (p.184)

Ces bibliothèques avaient les plus grandes collections (entre 100 et 150 éléments): 2 bibliothèques publiques (Allen County Public Library, Fort Wayne, Indiana ; et Genesee District Library, Flint, Michigan) et une bibliothèque académique (Oberlin College Library, Oberlin, Ohio).

Collection léguée non-empruntable

The Edwin and Terry Murray Collection of Role-Playing Games à la Bibliothèque Rubenstein de Duke University contient 10.000 éléments (250 pieds linéaires de rayonnage): 2400 livres de règles, 75 boîtes de jeu, 140 ensembles de figurines, 19 jeux de cartes, 100 périodiques et 13 manuscrits originaux de notes de jeu des Murray. La collection s’étend de 1972 à 2011. Malheureusement, c’est la seule collection de ce genre (pour l’instant). (p.186)

*

Recherches rapides dans quelques catalogues de bibliothèque

Dans le catalogue en ligne de la BnF (Bibliothèque nationale de France), la requête « Jeux de rôles (jeux) » comme Sujet apporte environ 285 jeux de rôles (25% des 381 résultats sont en fait des livres dont vous êtes le héros). La plupart sont des livres de règles de base et il n’y a pas de série complète d’un jeu en particulier.

Dans le catalogue en ligne de la BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec), la requête « Jeux de rôle (jeux de société) » comme Sujet apporte environ 160 éléments (61% des résultats n’étaient pas des jeux de rôles). 151 éléments proviennent de 2 maisons d’édition québécoises (DreamPod 9: 138 éléments; Ianus Publications : 23 éléments) et ils ne sont accessible qu’en consultation seulement car ils font partie du dépôt légal.