Efficacité non prouvée des thérapies basées sur le jeu de rôle pour les agresseurs sexuels [compte rendu]

Carey, Benedict. 2017. “Therapy for Sexual Misconduct? It’s Mostly Unproven.” The New York Times, November 27, 2017, section Health. https://www.nytimes.com/2017/11/27/health/sexual-harassment-addiction-treatment.html.

[article de quotidien, suivi d’un chapitre, d’un mémoire et d’un article révisé par les pairs]

« (…) Les preuves sont faibles en faveur du développement de l’empathie pour les agresseurs avec des techniques telles que le jeu de rôle (role-playing) ou la prise de perspective de la victime (role taking), dit Michael Seto, directeur en réhabilitation au Royal Ottawa Health Care Group. “Il est difficile d’enseigner l’empathie” dit-il. “Accepter ses responsabilité se fait souvent de manière confrontationnelle, au lieu de manière collaborative.” (…) Seulement si l’agresseur est volontaire, engagé et honnêtement mortifié, alors la thérapie sera autre chose qu’une ruse pour acquérir un peu de sympathie. (…)

* * *

Suggestions de lecture

  • Un expérience dans le cadre d’un mémoire de maîtrise. Des étudiants jouent le rôle d’adolescents dans des interactions interpersonnelles. Pas de changement mesurés dans le niveau d’empathie.
  • Une expérience de jeu de rôle avec des agresseurs sexuels. Une amélioration de la reconnaissance des conséquences pour les victimes est mesurée. Dans une revue évaluée par les pairs.
    • Webster, Stephen D., Louise E. Bowers, Ruth E. Mann, et William L. Marshall. 2005. “Developing Empathy in Sexual Offenders: The Value of Offence Re-Enactments.” Sexual Abuse 17 (1):63–77. https://doi.org/10.1177/107906320501700107.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *