D&D en prison… quel genre d’évasion ?

Pour les prisonniers, les jeux de rôle sur table peuvent être un loisir important.

  • « Par dessus tout, sans erreur, tous les liens de gangs, les appartenances religieuses ou les affiliations raciales sont dépassées par les liens du jeu. (…) Dungeons and Dragons est ma réhabilitation avec laquelle je m’échappe dans ma propre réalité pour résoudre mes propres problèmes. » (1)
  • [justifications d’un prisonnier pour avoir planté un stylo dans la jambe d’un autre prisonnier qui venait interrompre sa partie: ] « Dans la prison, on a 3h par jour d’accès aux tables communes et où on n’est pas enfermé. Alors on a très peu de temps pour jouer et temps doit être partagé avec les appels téléphoniques, les douches, etc.» (1)
  • Les prisonniers peuvent être très ingénieux pour construire leurs propres dés (normalement interdits) (2)

Pour le système pénitentiaire américain, les activités de jeux de rôle peuvent :

  • Amener à des comportements de gang, « les joueurs regardant le Maître de Jeu, au lieu de la hiérarchie d’autorité précautionneusement construite de la prison. » (3)
  • « Bloquer la réhabilitation (…) développer une obsession d’évasion de la vraie vie et du milieu correctionnel. » (3)
  • Promouvoir « la compétition hostile, la violence et les comportements d’évasion systématiques, ce qui compromet sa réhabilitation et sa reprogrammation positive. » (3)
  • Être banni de la prison car « la punition est un aspect fondamental de l’emprisonnement, et les prisons peuvent choisir de punir les prisonniers en les empêchant de participer à leurs passes-temps favoris. » (3)

Si l’évasion est une stratégie d’échapatoire, dans ce cas « la distraction des souffrances causées par le prisonnier», l’ennui en prison,… Frode Stenseng (4) a trouvé que cela pouvait amener à des résultats négatifs. Il a appelé cette stratégie d’évasion auto-suppressive (self suppression escapism). [NB: d’autres ont dit que ce type d’évasion pouvaient avoir des effets positifs, surtout en prison où l’ennui peut mener à des psychopathologies (5)]

Si l’évasion est un cadre pour développer de nouvelles compétences ou fortifier sa personnalité, dans ce cas développer des comportements coopératifs, communiquer, pratiquer des calculs de math simples, exercer son imagination active, jouer le rôle d’un personnage qui expérimente une croissance personnelle,… cela peut amener à des résultats positifs. Stenseng a appelé cette stratégie d’évasion auto-expansive (self-expansion escapism).

(1) Dragons in the Department of Corrections
(2) Comment jouer à « Donjons et Dragons » en prison
(3) source: US Court of Appeals, 7th Circuit; avec Google Scholar, chercher Case Law with « Singer v Raemisch ». Contexte: en 2010, la cour a affirmé un jugement permettant le bannissement de D&D en prison.
(4) U Oslo, Psychologie.
(5) How to survive solitary confinement.  
Other sources used : When Dragons Plays Dungeons + Zotero database > History of RPG > RPG bashing and defense > prison.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *